Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Paul Jorion

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Dim 21 Fév - 05:33 (2010)    Sujet du message: Paul Jorion Répondre en citant

Voici ce que Paul Jorion écrit sur le type qui a planté son avion dans son centre des impôts à Austin.

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Si vous lisez la presse américaine aujourd’hui, vous constaterez que la grande préoccupation, c’est de savoir si Joe Stack qui a planté son petit avion dans l’immeuble du fisc à Austin – Texas, faisant deux morts (lui y compris) et de nombreux blessés, était de gauche ou de droite. Joe était-il plutôt Tea Party avec son souci constant durant sa vie de payer le moins d’impôts possible – voire pas du tout ? Ou bien était-il plutôt communiste, comme le ferait penser sa transposition ingénieuse du « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » en un crédo capitaliste : « de chacun selon sa crédulité, à chacun selon sa cupidité » ?

Si l’on lit la proclamation qu’il laissa sur la toile, on découvre surtout un gars qui en a trop bavé, et qui se trouve un beau jour au bout du rouleau. Dans les moments de désespoir, ou bien le déclic finit par se faire, qui relance cahin-caha la machine à vivre, ou bien il n’a pas lieu, et comme Joe Stack, on se flingue. Lui, comme les pharaons, n’a pas voulu partir tout seul.

Rien de très politique au sens classique dans ce qu’il écrit : qu’il ne faut pas croire ce qu’on vous raconte à l’école parce que ce n’est pas de cette manière-là que ça marche, parce que les dés sont pipés. Que quand on n’est pas né au bon endroit, on a beau battre des ailes, on n’arrivera jamais à voler. Et il illustre sa thèse par des « éléments de contexte », comme le fait qu’il ignora le conseil donné par une vieille dame de suivre son exemple : de bouffer de la viande pour chat plutôt que de faire comme lui pendant plusieurs années et ne manger que du pain et du beurre de cacahuètes.

Il écrit aussi :

Je me souviens avoir lu à propos du krach boursier qui précéda la « Grande » crise qu’il y eut de riches banquiers et hommes d’affaire qui sautèrent par la fenêtre quand ils se rendirent compte qu’ils avaient merdé et avaient tout perdu. Le progrès accompli dans notre beau pays en 60 ans est tout à fait admirable puisqu’ils ont découvert depuis comment résoudre cette légère difficulté économique. Maintenant, ils se contentent de voler la classe moyenne (à qui on ne demande pas son avis – les élections sont une farce) pour se refaire, et on revient au « business as usual ». De nos jours, quand les riches se plantent, ce sont les pauvres qui paient pour leurs crimes… une solution à la fois propre et astucieuse.

A lire cela, on en vient même à se demander si Joe Stack n’était pas carrément fou.

Vous ne croyez pas ?



(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 21 Fév - 05:33 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 06:02 (2010)    Sujet du message: Paul Jorion Répondre en citant

Travailler beaucoup plus pour gagner beaucoup moins...

(A propos de l'excellente émission avec Paul Jorion sur @si, malheureusement pas accessible aux non-abonnés...)

Excellent Paul Jorion (j’entends bien que les Marxistes tendance Stalinienne le détestent cordialement, ce qui, de mon point de vue, non seulement ne lui retire rien mais le légitime dans la mesure où ces braves gens ont amplement démontré leur totale incompréhension des mécanismes économiques) ! Un type qui appartient au club minuscule qui avait prévu et décrit l’explosion en vol du capitalisme dévoyé avant qu’elle ne se produise réellement. Une élite. Un type qui s’offre le luxe de renvoyer dans ses buts un sous ministre des forages de Bercy et de la chasse à l’évadé fiscal en plein dans une émission de grande écoute, lui faisant observer qu’il n’est pas franchement qualifié – en tant que Néron jouant de la lyre pendant que Rome brûle - pour distribuer les bons et mauvais points compte tenu de son évidente incompétence et de son coupable aveuglement.

Nos deux économistes “classiques” sont égaux à eux-mêmes et d’ailleurs conformes en tous points à la horde des “experts” qui parasitent tous les secteurs et poussent toujours dans la mauvaise direction compte tenu de leur ignorance encyclopédique et dogmatique (économie, santé, climat, etc.)

Barré s’écrase mollement, conscient qu’il va se faire sauvagement moucher s’il débite ses habituelles calembredaines et Sterdyniak est simplement pathétique dans le néant intellectuel masqué, espère-t-il, par une morgue et une auto-satisfaction qui le transforment derechef en bouffon modèle Sarkozy 2007 modifié 2009…

Pourtant, face à la catastrophe annoncée, tout le monde – Paul Jorion compris dans une certaine mesure – reste plus ou moins comme Néron pendant l’incendie de Rome. Des exemples : cette semaine Judith se demandait doctement avec ses invités si trois heures de travail quotidien ne seraient pas suffisantes. Ou même zéro heure. Notre bon DS papotait autour des retraites à 60 ans (pendant le même temps l’âge médian du départ à la retraite en France est de 58 ans, et l’âge légal en Allemagne est de 67 ans… Cherchez l’erreur !)

Dans son Blog Paul Jorion raconte son intervention à Bruxelles, devant le parlement (qui tombe des nues) en novembre 2009 : “J’ai présenté comme origine de la crise, cinq causes principales (le résumé de mon intervention devrait être mis en ligne sur le site du comité) : baisse de la part salariale dans le partage du surplus au cours des trente dernières années – soulignant le rôle joué par les stock-options dans ce processus –, remplacement des salaires déficients par une politique de crédit complaisante, montée en puissance des bénéfices financiers dans la création de richesse – jusqu’à dépasser aux États-Unis 40 % de celle-ci, médiocrité et insuffisance des modèles financiers, aussi bien dans la valorisation des produits que dans la gestion du risque, enfin, vice conceptuel de la titrisation, transposant abusivement une logique assurantielle à un secteur – l’immobilier – coutumier des bulles financières.”

En réalité cette “crise” est une crise de l’endettement excessif. Des ménages américains, mais aussi des États et des collectivités locales, des entreprises et de l’ensemble des particuliers… Tout le monde vit sur un grand pied avec de l’argent qui, pour l’essentiel, n’existe pas.

Et surtout le montant total des dettes ne cesse de croître d’une manière aussi délirante qu’impossible à soutenir !

Jusqu’à quand peut-on, en effet, accumuler des dettes que l’on sait fort bien ne pas pouvoir rembourser ? Jusqu’à quand peut-on espérer trouver des gogos pour prêter de l’argent qu’ils ne reverront pas ?

Le début de la réponse se trouve dans la faillite de Lehman Brothers la suite dans celle de la Grèce, le pire restant à venir quand l’effet de domino s’enclenchera, ce qui ne devrait plus beaucoup tarder puisque le système repose sur une confiance qui fond comme neige au soleil. Et puisque les États non contents de ne plus avoir aucune marge de maneuvre sont aussi en train de perdre la confiance qui leur avait été accordée un peu vite !

La réalité est donc incroyablement plus sombre que ne le pensent tous les joyeux drilles qui dissertent sur le “droit à la paresse” en oubliant de se demander qui paie. En fait il va falloir choisir entre deux options peu follichones :

- Soit travailler beaucoup plus pour gagner beaucoup moins, le tout dans un Etat énormément moins dépensier et n’offrant plus guère de garanties sociales à ses citoyens faute d’être capable de les assumer financièrement.
- Soit mourir de faim, ce qui - je le rappelle à ceux qui l’ignorent - est une fin longue, douloureuse et peu enviable.

Comme j’entends d’ici les cris et piaillements effarouchés de mes lectrices et lecteurs je précise qu’il est passablement enfantin de penser qu’une chose ne peut pas se produire pour la simple raison qu’on ne veut pas qu’elle arrive ! Et pour ceux qui ne seraient pas convaincus je suggère de s’interroger sur l’envie qu’avaient leurs ancêtres d’aller se faire tuer à la guerre. Si le pire n’est pas toujours sûr, il arrive cependant qu’il survienne. Hélas ! Et surtout quand on a ajouté l’imprévoyance à l’aveuglement.

Le parallèle avec la guerre n’est d’ailleurs pas le fruit d’un hasard : une observation simple de l’histoire montre que les humains ont toujours eu besoin, à intervalle régulier, de “remettre les compteurs à zéro”, d’effacer les dettes, de piller le voisin et de lui piquer accessoirement ses femmes. L’arme atomique nous privant de cette soupape et les politiques du monde entier étant beaucoup trop niais, faibles, veules, voraces et incompétents pour limiter les mauvais instincts de leurs administrés il advient toujours ce qu’il doit advenir (c’est une manie dans l’histoire, je ne sais pourquoi ?) : les forts abusent de leurs forces et les riches se gavent au-delà de toute raison…

Seulement “Tant va la cruche à l’eau…” Je vous laisse finir : vous n’êtes pas assez cruches pour ignorer la chute !

***


_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:52 (2016)    Sujet du message: Paul Jorion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com