Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

AAA ou BB- ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 4 Juin - 09:11 (2010)    Sujet du message: AAA ou BB- ? Répondre en citant

Il est totalement certain que la France verra sa note dégradée sous peu.

Les prêteurs (car c’est d’eux qu’il s’agit) ont parfaitement compris que tout ceci sent le roussi de plus en plus fort. Pour expliquer le mécanisme je prends un exemple simple, et même à la portée de toutes les bourses (je parle d’économie, pas de quéquette, pour une fois, soyez un peu attentifs).

Vous avez un ami qui vient vous voir un jour et vous dit :

- Je suis emmerdé, j’attends un remboursement de la Sécu, plus de mille Zeuros, mais il paraît qu’il faut encore deux mois, et je n’ai plus une thune pour nourrir les petits affamés qui courent sur le rivage !

Vous, bon zigue (ou bonne potesse), vous courez au guichet de votre agence retirer la somme pour la prêter à votre ami dans la détresse.

Jusque là vous suivez, les cancres au fond de la classe, ou faut déjà que je réexplique, parce que c’est pas fini cette affaire (affaire, pas pour tout le monde d’ailleurs). Je reprends :

Un mois s’écoule, puis deux et vous rencontrez votre ami par hasard (il a pourtant bien essayé de se dissimuler derrière un passant et de détourner la tête).

- Alors mon ami, dîtes-vous benoîtement, les caisses de la protection sociale nationale t’ont-elles payé ce qu’elles te devaient ? (vous espérez un peu que l’animal va vous rembourser…)


- Tu tombes bien ! Non seulement elles ne m’ont pas remboursé mais elles me réclament deux années de cotisations que j’avais oublié de payer, tu sais comme je suis distrait !

- C’est bien ennuyeux tout ça !

- Comme tu dis surtout que je n’ai pas pu payer la bonne depuis six mois, elle commence à s’inquiéter ! Ce qui serait une bonne idée, et qui me sauverait la vie, c’est que tu me prêtes deux mille Zeuros de plus, comme ça je t’en devrais trois mille, ça ferait un compte rond ! Vous, très légèrement azimuté :

- Allons à la banque, je vais te donner ça (vous ne croyez pas si bien dire) !

Deux mois s’écoulent à nouveau (c’est fou comme ils ont tendance à s’écouler, ceux-là) et vous apercevez votre (ex) ami dans la foule. Vous tentez de vous planquer mais il vous a vu, hélas. Votre compte soulagé de sept mille Zeuros, histoire de faire un compte vraiment rond vous rentrez chez vous pour cuire vos Panzani à l’eau du robinet.

Et pour enlever un “A” en face du nom de votre ami dans le petit carnet où, facétieux, vous tenez le compte de la probabilité que vos petits camarades vous remboursent quand vous éprouvez le besoin de leur confier vos économies.

Comprendu, au fond de la classe, ou faut-il que je vienne réexpliquer ?

En fait on en parle par-ci par-là de ce qui nous pend au bout du nez.

Jacques Attali avant hier soir sur France 2 (L’objet du scandale) :

"Depuis 30 ans l'occident fait semblant de croître par la dette au lieu de croître par le travail !"

Bien vu !

Il ajoute que la Grèce ce n'est que le début d’autant que personne n’ignore qu’ils ne pourront pas payer en 2012, plan ou pas plan, milliards virtuels ou pas...

Et il a parfaitement raison ! Au réveil il va y avoir de solides gueules de bois.

Bon ! Maintenant devoir sur table.

Sujet : combien de temps un prêteur fera-t-il confiance à son débiteur lorsqu’il constatera que celui-ci, incapable de rembourser, ne cesse de réclamer de nouveaux prêts pour rembourser les précédents et assurer un train de vie luxueux et déraisonnable ?

Au boulot.

***


_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Juin - 09:11 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 20 Aoû - 14:49 (2010)    Sujet du message: AAA ou BB- ? Répondre en citant

Retraites: Moody's menace, Sarkozy et Fillon s'exécutent



Nicolas Sarkozy a convoqué de façon spectaculaire François Fillon et deux autres ministres pour une réunion sur les finances du pays. La veille, l'agence Moody's avait quasiment menacé de menacer la note de la France si la réforme des retraites n'était pas adoptée. Triple scandale.

Le couperet est tombé mardi 17 août. Sous forme de déni ou d'insinuation. L'Agence de notation Moody's affirme que les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Alllemagne et la France restent « bien positionnées ». Mais, car il y a un mais, l'Agence note que « ces pays se sont malgré tout rapprochés de la note de dégradation. » Quelques heures plus tard, les radios annoncent une réunion exceptionnelle à Bregançon du Président de la République et de trois ministres en charge des finances du pays : le Premier ministre François Fillon, la ministre des finances Christine Lagarde et le secrétaire d'état au budget François Barouin. Certes, l'Elysée a pris bien soin de faire savoir que le principe de cette réunion avait été arrêté au début du mois d'août. Mais la mise en scène de sa convocation la thématique de la réforme de la retraite exigée par Moody's donne l'impression que la politique ne se fait même plus à la corbeille mais dans les salles des agences de notation, ce qui ne marque pas forcément un progrès, le marché financier étant légèrement plus divers que le « triopole » de la notation mondiale.



Cette annonce est trois fois insupportable.

Un, il ne revient pas à Moody's ou à Fitch de décider comment la France entend faire des économies, si elle doit en faire. La réforme de la retraite est une option parmi d'autres. Elle relève en principe d'un choix politique, celui du gouvernement élu ou des électeurs eux-mêmes.

Deux, l'annonce de Moody's procède d'un chantage doucereux, qui était autrefois l'apanage du FMI, qui possède, au moins, d'un vernis de légitimité d'une institution publique inter-étatique. En quoi les agences financières qui se sont avérées incapables d'anticiper la crise des subprimes - donc d'apprécier le manque de crédibilité de nombre de banques et d'états - sont crédibles en matière de gestion d'un pays ?

Trois, les arguments économiques déployés par Moody's sont juste risibles : «Partir plus tard à la retraite augmentera le revenu disponible des salariés, réduira donc leur épargne, ce qui stimulera la consommation donc la croissance», rapporte ainsi le Figaro citant l'Agence. Un raisonnement hautement fragile. Croit-on que les entreprises si soucieuses de leur gestion, vont conserver des salariés âgés, qui coûtent plus cher pour une efficacité réputée moindre, pour faire plaisir à une gouvernement qui recule l'âge de la retraite ? In fine, le recul de l'âge de la retraite prolongera surtout l'activité des fonctionnaires. Mais du coup il coûtera plus cher à l'Etat - le salaire étant plus cher qu'une pension - et pèsera donc davantage sur les comptes publics. Sans parler, bien entendu, des conséquences pour les plus jeunes, puisque, à périmètre d'emploi égal, une retraite plus tardive retarde aussi mécaniquement l'entrée des jeunes dans l'emploi.

Nul ne contestera la nécessité d'équilibrer les comptes publics ou celle de faire évoluer le système de retraite par répartition. Mais la vision de Moody's relève d'un aveuglement évident sur les économies modernes. Les « agenciers  » sont effrayés par l'endettement public, alors que c'est bien l'endettement individuel privé - que les agences ignorent superbement - qui a provoqué la dernière crise financière mondiale.

Mais les Agences de notation ne seraient pas grand chose sans le blanc-seing que leur octroient les gouvernements. En convoquant Fillon et Lagarde à Brégançon en plein mois d'août, Sarkozy montre que sa communication n'est pas seulement organisée en fonction des électeurs lépénistes mais aussi des monde de la finance et de ses représentants les plus pervers et les plus irresponsables qui, après avoir encouru les foudres de la régulation, sont plus intouchables que jamais.

Philippe Cohen - Marianne | Mercredi 18 Août 2010
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:54 (2016)    Sujet du message: AAA ou BB- ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com