Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PROCES YVAN COLONNA
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Nos passions... Sans limite ! -> Vive la Corse, terre de résistance !
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mimibig


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 2 649
Localisation: landes

MessagePosté le: Ven 14 Déc - 12:46 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

voilà une punition annoncée d'avance par ce cher sarkosy...la perpétuité pour yvan ...
je ne sais pas ce que vous en pensez mais j'ai l'impression que du temps de pasqua il se passait de bien inquiétantes choses et si ce meurtre n'était que "politique" Question
en attendant colonna n'a pas su convaincre pour plaider son innocence...et on ne saura sans doute la vérité que dans 20 ou 30 années à moins que quelque chose ne se passe avant et fasse éclater cette vérité

_________________
http://artmag.e-monsite.com

http://www.artmajeur.com/ludwigvonbiglee/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Déc - 12:46 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 15 Déc - 15:42 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

Un jugement ignoble, une très lourde peine sans aucune preuve...

Or la LOI dit que le doute DOIT profiter à l'accusé (dans l'espoir qu'on ne condamne pas des innocents !)

Notre répugnante fonction publique (Police et Justice) veut montrer qu'elle fait son travail, trouve, juge et condamne ceux qui osent s'attaquer aux piliers de la Ponction Publique (pas de faute de frappe)...

Le moindre berger innocent fait l'affaire pour cette misérable démonstration !

Quelle honte !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Betty Boop


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 674

MessagePosté le: Lun 17 Déc - 11:01 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

Je ne pense pas que le jugement était ignoble, il a eu un procès équitable. La loi dit que le doute doit profiter à l'accusé, mais que c'est l'intime conviction qui doit amener à un verdict également. Donc si le jury n'a pas eu de doute, et si leur intime conviction était que Colonna était coupable, il n'y a pas faute.

En plus je ne trouve pas que ce soit une peine lourde : elle n'est pas assortie de période de sûreté. Donc il pourra bénéficier, n'importe quand, d'une remise de peine...

Et je trouve un peu choquant, j'espère que j'interprète mal cette phrase : "Notre répugnante fonction publique (Police et Justice) veut montrer qu'elle fait son travail, trouve, juge et condamne ceux qui osent s'attaquer aux piliers de la Ponction Publique (pas de faute de frappe)..." Que tu n'estimes pas qu'il y a légitimité à tuer un fonctionnaire simplement pour s'attaquer à la fonction publique ?

Dans cette affaire Colonna, mais aussi dans les autres accusés et condamnés de ce meurtre du préfet, ce qui me déplaît le plus c'est que ces gens disent avoir voulu tué un symbole, déshumanisant un humain, le rendant à l'état de chose, d'idée, ou de symbole. C'est d'une horreur. Mais cela montre aussi que les extrémistes ne sont pas tous des fanatiques religieux. Et que ces "nationalistes" sont une honte pour la France et donc aussi pour la Corse.

Quant à Colonna, il a fait appel. Il est donc à nouveau présumé innocent. Oui la justice fonctionne encore assez bien en France.

_________________
Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'État te le demande.
Revenir en haut
Raoul


Hors ligne

Inscrit le: 14 Déc 2007
Messages: 57

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 13:45 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

à mon avis (qui ne vaut pas grand chose), colonna a bénéficié d'un procés relativement équitable ; mais je pense qu'il n'est pas coupable, il a du se "dégonfler" à la dernière minute, ce qui explique pourquoi ses amis indépendantistes ont plutôt eu tendance à le charger. 
_________________
le compromis n'est pas la compromission
Revenir en haut
Betty Boop


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 674

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 14:05 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

Si ton avis, qui vaut bien celui d'un(e) autre (dont le mien), est juste, il est tout de même coupable : complicité ou non dénonciation de crime, association de malfaiteurs en vue d'une action terroriste ou d'un assassinat... Dans tous les cas, alors, sa condamnation est la même que pour les autres membres de l'organisation...
_________________
Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'État te le demande.
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 17:51 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant


Moi je le crois plutôt innocent... Si j'ai raison c'est une nouvelle affaire Dreyfus, ou une affaire Dominici !

Mais je n'ai pas de certitude, plutôt une intuition !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
MengWan


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 2 859
Localisation: Nulle part

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 22:37 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

Dreyfus n'a été dénoncé par personne, il a été condamné parce qu'il était juif !

Colonna a été dénoncé par ses "petits camarades" comme étant celui qui a tué le Préfet, s'il avait été japonais son sort eût été le même (sauf peut-être qu'il n'aurait pas "cavalé" 4 ans) ...

Transposer des situations de façon arbitraire est parfois absurde, il ne faut pas sombrer dans la "stupidité FLNC" !
Revenir en haut
Betty Boop


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 674

MessagePosté le: Mer 19 Déc - 00:14 (2007)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

MengWan a écrit:
Dreyfus n'a été dénoncé par personne, il a été condamné parce qu'il était juif !
Colonna a été dénoncé par ses "petits camarades" comme étant celui qui a tué le Préfet, s'il avait été japonais son sort eût été le même (sauf peut-être qu'il n'aurait pas "cavalé" 4 ans) ...

Transposer des situations de façon arbitraire est parfois absurde, il ne faut pas sombrer dans la "stupidité FLNC" !

Je trouve indécent de la part des nationalistes corses défenseurs de Colonna d'avoir fait cette comparaison.

De plus, Colonna a tout de même participé au vote de la mort du préfet.

Dreyfus était totalement innocent (je crois même qu'on connaissait le coupable), la seule chose qui plaidait contre lui : l'antisémitisme de l'époque.
_________________
Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'État te le demande.
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mar 18 Nov - 19:25 (2008)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

Victime de la raison d´Etat !
Madame, Monsieur, cari amichi,

Malgré la démonstration du caractère exclusivement à charge de l´instruction et des pressions scandaleuses éxercées par le pouvoir exécutif sur le pouvoir judiciaire.
Malgré l´absence totale de preuves ou d´indices matériels, et des dépositions de témoins oculaires de la scène du crime, qui innocentent Yvan Colonna, malgré les témoignages non démentis, établissant l´impossibilité matérielle qu´Yvan ait participé aux faits qui lui sont reprochés.
Malgré la mise à jour de pratiques policières dignes d´un État totalitaire (faux procès verbaux, pressions sur les témoins, détournement de procédures, disparition d´éléments de preuves favorables à l´accusé).
Malgré le fait que le doute doive profiter à l´accusé alors qu´il a été présent tout au long d´un procès émaillé de zones d´ombres et d´incertitudes.
Malgré le fait que la conviction intime du juge ne doive s´appliquer qu´en cas d´acquittement,

YVAN COLONNA A ETE CONDAMNE A LA RECLUSION CRIMINELLE A PERPETUITE




par une justice solidaire du pouvoir politique au titre de la raison d´État et animée d´un esprit de vengeance.


En fait, les audiences «équitables» dans leur forme ont dissimulé le poids de la raison d´État.
Appel a aussitôt été formé contre cette décision.


Yvan reste présumé innocent.

Le comité de soutien fort à ce jour de plus de 42000 signatures, continue et accentue son combat, y compris sur le plan européen, pour que soit enfin reconnue l´innocence d´Yvan Colonna à la prochaine échéance judiciaire en appel.
Au delà du cas d´Yvan, c´est aussi une exigence de démocratie et d´indépendance de la justice face au pouvoir politique et à la raison d´État que nous revendiquons.

Vous pouvez encore nous aider, si vous le désirez : En signant en ligne (voir ci-dessous) la pétition ou en demandant des grilles de signatures pour en récolter de nouvelles (noms et adresses complets et lisibles), en diffusant tout document d´information ainsi qu´en apportant votre contribution financière à l´impression des nouvelles brochures réactualisées ou en commandant des autocollants, des cartes postales et des Tee-shirts.

43652 personnes ont déjà signé la pétition, rejoignez les.

http://www.yvan-colonna.com/index.php?action=petition
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mer 19 Nov - 21:16 (2008)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

voici la troublante lettre du préfet Erignac ;

surtout ne pas oublier qu'il était aux premières lignes d'affaires plus que louches politico financières , l'état la jeté en pâture aux rapaces ,voulait-il jouer le jeux des affairistes corrompus , je ne pense pas ,dans cette affaire , je vois un homme intègre au milieux de loups voraces et je ne suis pas sur du tout que les natios étaient ses plus farouches ennemis , à méditer !


Claude Erignac et “l’histoire d’un piège”

imgp2318.1195236447.JPG Le document est exceptionnel. Sur papier à en-tête de la préfecture des Yvelines, le préfet Claude Erignac, qui vient d’apprendre sa nomination comme préfet de la région Corse, évoque son état d’esprit avant d’accepter cette mission, ses craintes et ses doutes. Vendredi en fin de matinée, cette longue confession a été lue à l’audience par le président de la cour d’assises, Dominique Coujard

Elle est manuscrite, titrée “Histoire d’un piège” et datée de février 1996.

“J’ai donc été pris au piège subtil tendu par quelques-uns, pas très nombreux et que je pense indentifier clairement (…) Le piège est quasi imparable pour un préfet. A la légitime ambition, exprimée clairement, d’être nommé préfet de région, on a su ajouter l’affirmation des éminentes qualités professionnelles et personnelles qui justifient un choix aussi unanime que réfléchi, dixit Debré [Jean-Louis, alors ministre de l’intérieur], du gouvernement.

Mes qualités sont donc si grandes que me voilà l’homme indispensable pour la Corse. Que répondre, sauf à courir le risque bien réel d’une disgrâce, d’une mise hors cadre ou d’une stagnation. Aucun argument légitimement avancé face à cette “mission de grande confiance, témoignage éclatant etc”. Et en plus, c’est sans doute vrai.

Si j’ai plus tard, l’occasion de régler ces comptes, il ne faudra pas oublier de le faire…

Il faut donc y aller et gérer dans la hâte tous les problèmes personnels, si nombreux, que nous pose cette nomination, vis à vis des familles, de nos projets en Lozère [dont Claude Erignac est originaire], de nos moyens qui vont être bien ajustés. Mais ce n’est pas - et de loin - l’essentiel.

Le seul problème sérieux est que j’ai clairement conscience de partir vers une mission impossible, faite de contradictions éclatantes entre le discours public du gouvernement, les négociations plus ou moins secrètes, les intentions réelles des uns et des autres…

Officiellement, ma mission est triple: rétablir l’autorité de l’Etat, contribuer au dialogue républicain, faire avancer les dossiers économiques, sociaux et culturels.

Mais quels sont les moyens? Un préfet ne saurait véritablement actionner les machines judiciaire et policière - pour la police, un peu sans doute, mais ce n’est pas ma tasse de thé - Cela dit, je vais m’y efforcer. Le problème est qu’il faut aussi veiller à ne pas contrarier le processus “politique” en cours avec la trêve acquise pour trois mois, attendue pour six mois supplémentaires.

En un mot, c’est le grand écart…avec les redoutables conséquences que l’on devine.

Pour les dossiers, j’ai l’impression que la volonté politique est bien hésitante. On peut le comprendre à voir les sommes déversées sur la Corse. Comment répondre à beaucoup à Paris de dire que cela suffit…Mais alors comment répondre aux attentes si impatientes de socio-professionnels de tout poil abreuvés, semble-t-il, ces derniers mois en particulier, de bonnes paroles et de semi-promesses.

En définitive, c’est cela qui me soucie le plus car je crains beaucoup cet exercice de faux-semblant.

Voilà bien vite résumées mes préoccupations du moment. Je ne veux pas les exprimer trop publiquement afin de ne pas démoraliser Dominique [son épouse], qui fait admirablement contre mauvaise fortune bon coeur.

Et j’ai toujours préféré “faire envie que pitié” et je tiens à partir de Versailles - ce poste somptueux que je n’ai jamais aimé - en faisant valoir l’évidente marque de confiance du président de la République et du gouvernement.

Nous partons donc.

Je m’accroche à l’idée que cela peut être pour 18 mois seulement, moyenne approximative de mes prédécesseurs. Et je vais m’efforcer de tenir chronique régulière de cette aventure, mission impossible pour la première fois de ma vie professionnelle”.


w.amnistia.net

http://amnistia.net/news/articles/corsdos/padduc/prefet_110.htm




Entrez les termes que vous recherchez. Envoyer un formulaire de recherche




Web


www.amnistia.net

Exclusif La vraie histoire du domaine de Punta d'Oru
Le préfet Bernard Bonnet nous raconte dans quelles conditions il a délivré l'autorisation de lotir à l'actuel président de la Collectivité territoriale de Corse

Par Enrico Porsia


Lundi 13 octobre 2008



Les services de la préfecture de la Corse-du-Sud ont délivré, le premier avril 1998, un permis de lotir à Monsieur Camille de Rocca Serra. Le projet de l'actuel président de l'Assemblée de l'île se trouve dans un espace non urbanisé et donc inconstructible. Théoriquement.

L'autorisation de lotir n'est pas signée personnellement par le préfet Bernard Bonnet.

L'ancien préfet de Corse nous explique:
"Je vous confirme que l'autorisation de lotir accordée à Monsieur Rocca Serra avait fait l'objet avant mon arrivée de négociations entre les services techniques de l'administration et M. Rocca Serra. Ces négociations avaient abouti à un accord.
Le projet était bouclé et l'arrêté de lotir devait être mis à la signature du préfet Claude Erignac lorsqu'est survenu le drame du 6 février 1998. Je ne me suis pas senti alors autorisé à revenir sur cet accord, d'autant plus que je me suis trouvé au même moment contraint de remettre en cause un autre accord qui avait été donné par l'administration sur le POS de Bonifacio".





Le 21 avril 1999 le préfet Bonnet avait refusé ce permis de construire à la SA Marcellesi... Vis-à-vis de la loi, le projet immobilier de la SA Marcellesi se retrouvait dans le même cas de figure que le lotissement de Monsieur Camille de Rocca Serra.




"C'est avec la meilleure attention que j'ai pris connaissance de votre décision de retirer et de refuser le permis de construire". Le 20 mai 1999, soit exactement 15 jours après que le préfét Bonnet a quitté l'île de Beauté pour la prison de la Santé, Camille de Rocca Serra prenait sa plume et adressait un courrier au nouveau préfet. Il lui demande de "procéder à un nouvel examen de ce projet" de la SA Marcellesi.




Le 6 septembre 1999, Bruno Delsol, le secrétaire général de la préfecture, écrit à Gérard Bonchristiani, le président de l'association de défense de l'environnement de Porto-Vecchio.
"Monsieur Marcellesi a déposé un recours gracieux. Au vu des éléments qu'il m'a apportés, je suis arrivé à la conclusion que son projet, tel qu'il l'a complété, était conforme aux lois et règlements. J'ai donc accepté ce recours gracieux". Une réponse lapidaire.
L'association "Pour le libre accès aux plages et la défense du littoral" décide donc de porter l'affaire devant la justice.




Le 21 octobre 1999, le préfet Jean-Pierre Lacroix confirme personnellement au maire de Porto-Vecchio que "l'achèvement de l'urbanisation de la rive nord du golfe de Santa Giulia est légitime".
Il sera démenti par la cour administrative d'appel de Marseille, le 15 avril 2004! En effet, en cette date, le permis de construire de la SA Marcellesi sur la rive nord du golfe de Santa Giulia a été annulé.
.
Six février 1998, le préfet de Corse, Claude Erignac, est assassiné.
Le 13 février 1998, le préfet Bernard Bonnet arrive en Corse. Le ministre de l'Intérieur, Jean-Pierre Chevènement a fait, lui aussi, le voyage. "Le ministre accompagné de ses collaborateurs m'installe personnellement à la préfecture d'Ajaccio", se souvient Bernard Bonnet. Il faut bien reconnaître que le nouveau préfet ne perd pas de temps et s'intéresse tout de suite au dossier du littoral. Un dossier très sensible.

"Le 16 février, je suspends le Plan d'Occupation des Sols (POS) de Bonifacio, pas assez respectueux de l'environnement", nous explique l'ancien préfet de Corse. Et, le jeudi 5 mars, le nouveau préfet défère devant le tribunal administratif de Bastia, le Plan d'Occupation des Sols de la commune. "Ce POS était incompatible avec la loi sur le littoral", précise Bernard Bonnet. (Et, effectivement, le tribunal administratif de Bastia annula, le 10/07/1998, le POS de Bonifacio, car jugé non conforme à la loi Littoral).

"Le préfet estime que le POS adopté par 'anticipation', le 23 décembre 1997, par la municipalité de Bonifacio comporte des 'erreurs manifestes' d'application du code de l'urbanisme. Il fonde son argumentation sur une dizaine d'exemples d'aménagements prévus par le maire qu'il considère comme incompatibles avec la loi sur le littoral", écrit à l'époque Le Monde. "La commune entendait, en effet, transformer en zones constructibles des espaces jusqu'alors interdits à tout aménagement. Ainsi, au lieu-dit Cala Longa, sur une bande de 3,5 kilomètres, des maisons individuelles de grand standing devaient être construites face à la mer. La préfecture affirme que ce site est enregistré en 'zone écologique remarquable'. Le rivage est classé réserve naturelle de chasse maritime et les oiseaux y trouvent un espace protégé. En relevant le même type de manquement sur des sites comme ceux de Tonnara ou de Pozzoniello, le préfet entend, par ce recours devant le tribunal administratif, bloquer toute extension de l'urbanisation et le 'mitage' de la côte", lisait-on dans les colonnes du Monde le 14 mars 1988.

Nous nous permettons de rappeler à nos lecteurs que le Plan Local d'Urbanisme de Bonifacio fait encore de nos jours l'actualité et qu'il est actuellement attaqué devant la justice par l'association de défense du littoral ABCDE. Nous nous permettons aussi de souligner que le secteur de Cala Longa a désormais acquis une notoriété certaine.

C'est en effet ici que Jean Reno, Jacques Séguéla et l'homme d'affaires Marc Sulitzer voulaient construire des luxueuses résidences… avant que le Conseil d'Etat d'abord, et le tribunal administratif ensuite leur rappellent que la loi Littoral est toujours en vigueur et que les permis de construire, délivrés par la municipalité, ne sont pas conformes. Ils viennent d'être annulés! (T.A. de Bastia, 9/10/2008).
Décidément, l'histoire se répète et les appétits qu'aiguise le littoral de la cité des falaises ne sont pas près de s'atténuer au fil du temps… Déjà en 1998, le maire de Bonifacio avait réagi avec colère face à la fermeté du préfet Bonnet.

La mairie de Bonifacio, dirigée à l'époque par Jean-Baptiste Lantieri, (celui même qui vendra son propre terrain de la côte Est à Jean Reno, d'abord, et à Marc Sulitzer ensuite) ne manqua pas une occasion pour faire état de son mécontentement.

"Nous révisons notre POS depuis 1992, cela nous a coûté plus de 180.000 francs, et le préfet Erignac avait donné son accord si nous ouvrions une enquête d'utilité publique, ce que nous devions faire au mois de mai", expliqua un proche du maire au Monde (14 mars 1988). Le journal ne manqua pas de souligner que "tous les services de l'Etat présents sur l'île et les présidents des conseils généraux et de l'Exécutif avaient donné leur accord au nouveau POS de la ville…" Et voilà le problème!

"J'avais remis en cause l'accord que mon prédécesseur, Claude Erignac, avait personnellement négocié avec Jean-Baptiste Lantieri, le maire de la commune, sur les zones constructibles du POS de Bonifacio. Je me souviens de la très vive réaction du maire de l'époque", se rappelle très précisément Bernard Bonnet…

C'est dans ce contexte qu'un autre permis de lotir, dans une propriété aujourd'hui très fameuse est accordé…
En effet, le premier avril 1998, un permis de lotir (1) est accordé à Monsieur Camille de Rocca Serra. L'actuel président de l'assemblée territoriale n'avait pas encore hérité du fauteuil présidentiel où siégeait jadis son père; à l'époque, il ne disposait que d'un siège au conseil général ainsi que de la mairie de Porto-Vecchio. La troisième ville de Corse est le fief des Rocca Serra. Le pouvoir se transmet de père en fils. Des pères et des fils qui veillent jalousement sur le bien-être et le développement de la région.

Or, ce permis de lotir concerne un terrain situé dans un espace non urbanisé, au beau milieu de ce qui bientôt devait devenir la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio. Vis-à-vis de la loi Littoral, ce n'est pas exactement ce qui s'appelle un endroit constructible!

Corse: on désanctuarise en famille

Notre nouveau dossier exclusif

au format PDF à télécharger



A lire aussi:

Plan d'aménagement de la Corse - Une gifle pour le Conseil exécutif!
Le conseil des sites recommande: revoyez votre copie!

Menaces de plaintes, mais aucun démenti argumenté…
Amnistia.net fait le point!

Plan d'aménagement de la Corse: les terrains "invisibles" de Monsieur Ange Santini, gérant d'une société immobilière et président du Conseil exécutif de l'île

"Désanctuarisation" de la Corse: le mystère de la bande orange
Amnistia.net a des doutes sur les informations concernant monsieur Ange Santini, le président du Conseil exécutif.
Nous en faisons part à nos lecteurs

France Bleu Corse Frequenza Mora, la délation, la censure, et Amnistia.net

Monsieur Ange Santini, président de l'Exécutif de Corse dément, mollement, une de nos informations… sans dire un mot sur le reste de notre dossier.
Amnistia.net maintient tout ce qu'elle a publié!

"Désanctuarisation" de la Corse:
Camille de Rocca Serra, président de la Collectivité territoriale, Ange Santini, président du Conseil exécutif et Jérôme Polverini, président de l'Office de l'Environnement ont réagi aux informations publiées par Amnistia.net… Sans les démentir!

Plan d'aménagement de la Corse: L'extraordinaire destin des terrains du président du Conseil exécutif, du président de l'Office de l'Environnement et du cousin du président de l'Assemblée de l'île.
Une passionnante histoire de familles, d'argent et de béton!

Dossier spécial Corse: Un littoral en béton?

Tout le Dossier Corse

Corse: on désanctuarise en famille

Notre nouveau dossier exclusif

au format PDF à télécharger


Et, pourtant… aujourd'hui, une soixantaine de villas de luxe, parmi lesquelles la célèbre bâtisse de Christian Clavier, ont poussé de terre comme autant de champignons. Difficile de le croire, si la loi Littoral avait été appliquée. Difficile encore de le croire, quand on sait qu'à quelques encablures du lotissement de Monsieur de Rocca Serra, un autre projet immobilier porté par la SA Marcellesi, dont le patron est aussi le vice-président de la chambre de commerce et de l'industrie de la Corse-du-Sud, a été bloqué par la vigilance du préfet Bonnet. C'était en d'avril 1999. Juste un an après la délivrance du permis de lotir à Monsieur de Rocca Serra. Or, vis-à-vis de la loi, le projet immobilier de la SA Marcellesi se retrouvait dans le même cas de figure que le lotissement de Monsieur Camille de Rocca Serra. Les deux projets immobiliers étant dans des espaces non urbanisés et donc inconstructibles. Théoriquement.

Le premier avril 1998, un permis de lotir est donc délivré à Monsieur Camille de Rocca Serra. Le document n'est pas signé personnellement par le préfet… et pourtant, le permis de lotir est bien là. Comment est-ce possible?

Nous avons posé la question à l'ancien préfet de Corse. Bernard Bonnet n'a aucun mal à reconnaître qu'il y a bien eu une grosse anomalie dans la délivrance du permis de lotir à l'actuel président de l'Assemblée territoriale:

"Je vous confirme que l'autorisation de lotir accordée à Monsieur Rocca Serra avait fait l'objet avant mon arrivée de négociations entre les services techniques de l'administration et M. Rocca Serra. Ces négociations avaient abouti à un accord.

Le projet était bouclé et l'arrêté de lotir devait être mis à la signature du préfet Claude Erignac lorsqu'est survenu le drame du 6 février 1998. Je ne me suis pas senti alors autorisé à revenir sur cet accord, d'autant plus que je me suis trouvé au même moment contraint de remettre en cause un autre accord qui avait été donné par l'administration sur le POS de Bonifacio".

Et voilà la raison qui a permis à Monsieur Camille de Rocca Serra de "valoriser", comme il se plaît à le dire, le terrain familial de Punta d'Oru. Un terrain qui, après la délivrance du permis de lotir, a sûrement rapporté "de l'or" a son heureux propriétaire! (1) Un premier permis de lotir avait déjà été accordé à Punta d'Oru à la famille de Rocca Serra en 1988… Deux ans après le vote de la loi Littoral, approuvée à l'unanimité en 1986!…






Abonnez-vous à Amnistia.net
.
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
MengWan


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 2 859
Localisation: Nulle part

MessagePosté le: Mer 19 Nov - 23:50 (2008)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

"voici la troublante lettre du préfet Erignac ;"

Décidément, une fois de plus vous êtes prêt à toutes les bassesses pour supporter les assassins !

Vous et vos co-religionnaires (du meurtre et de la terreur ...) devriez au moins vous abstenir de tenter de disséquer les doutes de vos victimes Evil or Very Mad

Et Me Erignac, qui a aussi été menacée de mort par vos "copains", était-elle fidèle (y compris en pensée ?)

Les porcs se roulent dans la m..., c'est le parfum qu'ils préfèrent !
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 20 Nov - 14:25 (2008)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA Répondre en citant

et oui mon coco , les barbouzes sont capable de tout !
mais nous savons aussi que ton cerveau est conditionné aux schémas propagandistes
les natios sont tous de vilains méchants mafieux
comme la propagande de là ou tu vis , le roi est merveilleux et sa sainte famille des icônes de bonté !
mais tu connais tout des affaires du monde , parles nous un peu du pays que tu admires ou l'on trouve une famille royaliste bling bling adulée par un peuple hyper conditionné , ou le crime de lèse majesté te même droit au géoles , ou l'on trouve une junte militaire et un pays sous tension , bref une admirable leçon de démocratie .

toi ce n'est pas dans la merde que tu te roule , mais dans l'eau de rose .
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:58 (2016)    Sujet du message: PROCES YVAN COLONNA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Nos passions... Sans limite ! -> Vive la Corse, terre de résistance ! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com