Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La fin de la Grèce... Et de l'Europe !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mer 15 Juin - 20:10 (2011)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe ! Répondre en citant

Et voilà : la Grèce s'effondre !Les abrutis de Bruxelles vont faire semblant de mettre de l'argent (qu'ils n'ont pas) dans le juke-box... GROTESQUE !

Trois banques françaises se font prendre les doigts dans la porte... (BNP - 5 milliards - Société Générale - 2,5 milliards - Crédit Agricole 600 millions...)

Les Grecs veulent tuer leurs dirigeants (pour le moment c'est plutôt le contraire, hélas : ces enculés font tirer sur la foule !)

L'explosion du système est là, toute proche...

Les porcs de Belges vont révéler aux vampires de Bercy le montant des comptes de Français !

Combien de temps les fils de putes qui font semblant de nous diriger vont-ils pourrir la vie de l'ensemble de leurs "administrés" avant d'avoir de très gros ennuis ?

Les paris sont ouverts !

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...


Dernière édition par Patrice Guyot le Jeu 16 Juin - 16:24 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Juin - 20:10 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MengWan


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 2 859
Localisation: Nulle part

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 00:06 (2011)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe ! Répondre en citant

Les grecs sont "dans la m..." parce qu'ils ont adhéré à l'euro (alors qu'ils ne tenaient pas les critères)
grâce à des comptes maquillés (à la demande du gouvernement grec de l'époque) par la banque US
Goldman-Sachs !

Le problème, avec les "trous" qu'on cache sous le tapis, c'est qu'ils grandissent grandissent lorsqu'ils sont
financiers ...

Le gouvernement actuel n'y est pour rien, par contre c'est lui qui subit la colère des concitoyens
(peut être en deux mots) en lieu et place du précédent !

En démocratie, le peuple est responsable des c.nneries faites par les dirigeants qu'il élit, la facture
est toujours pour lui ... (d'où l'importance du vote !)

Par contre, il est incompréhensible qu'aucune procédure n'ait été engagée contre les fraudeurs, y
compris sur le plan international (la Grèce aurait-elle peur de se faire bombarder comme la LiBye ?)

Cool
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 16:28 (2011)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe ! Répondre en citant

La revue de presse de l'excellent Gilles Klein sur @si

En Allemagne Der Tagesspiegel décrit les manifestations et les incidents en Grèce, avant de prendre du recul dans un deuxième article, pour s'interroger sur la crise morale qui se cache derrière la crise financière.

"La crise financière questionne les valeurs sur lesquelles repose l'Occident", écrit le quotidien allemand. "Et si l'économie de marché ne faisait que détruire la morale ? S'il détruisait ses propres fondations ?", s'interroge une économiste, Karen Horn, de l'Institut Der Deutschen Wirtschaft .

Voilà d'excellentes questions... Qu'il eût été bon de se poser un peu plus tôt !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 18 Juin - 17:54 (2011)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe ! Répondre en citant

Voici quelques contributions que j'ai postées sur @si sur l'économie en général et la Grèce en particulier :

Cette fois on joue vraiment “Game Over”

Pendant combien de temps va-t-on tenter de nous faire croire qu’on comble des trous avec du vent ?

Ou en soufflant dessus…

Avec de bonnes paroles, de vagues promesses et des déclarations de bonnes intentions…

Comment imaginer que personne n’ait entendu parler de l’éblouissante technique du célèbre Sapeur Camembert qui creusait un trou à droite pour boucher celui de gauche, et inversement ?

Le vrai ennui c’est que s’il est délicieux et merveilleusement confortable de vivre au dessus de ses moyens (Ah ! La Porsche neuve au lieu de la Clio hors d’âge…) cela ne peut généralement pas durer indéfiniment…

Pour au moins deux raisons :

- D’abord ce système suppose (ce que nous avons fait, quelle honte !) de rétablir l’esclavage dans l’ensemble des pays pauvres afin de se procurer pour une poignée de noyaux de cerises des objets qui devraient valoir beaucoup plus cher. Ce qui est, pour le moins, moralement discutable (je reste modéré, merci de le noter !)

- Ensuite l’astuce consiste à faire croire à des prêteurs divers qu’ils seront remboursés, avec intérêt, de l’argent qu’ils ont la naïveté de mettre à la dispositions des États qui paient leurs domestiques à crédit. Sauf qu’ils ne sont remboursés que par la méthode dite de la “cavalerie” qui consiste à faire un nouvel emprunt pour rembourser le précédent (dans le privé cette technique simplette - et très facile à détecter - se juge au pénal…)

Finalement il y a un gros ennui derrière cette immense déconnade : les prêteurs commencent (ils ne sont pas rapides, je vous l’accorde) à réaliser qu’on les prend pour des pigeons, voire pour des cons, et qu’ils pourront prochainement encadrer leurs titres de créances dans leurs chiottes, avec de jolis cadres en bois massif ou plaqué (faute d'argent), comme beaucoup de gens l’on fait avec l’emprunt Russe ou celui du Canal de Panamá

Si d’aventure mon opinion intéresse quelques lecteurs des très élitistes fora d’@si, la voilà :

Il y a tout de même des questions que personnes ne pose jamais (@si inclusivement) et qui sont fondamentales :

- Jusqu’à quel niveau les citoyens sont-ils prêts à payer des impôts, sachant qu’ils sont tout de même très élevés en France, en conservant quel pouvoir d’achat (ou non-pouvoir...)

- Quels services et avantages les citoyens attendent-ils en échange des efforts financiers qu’on exige d’eux (avec l’aide des huissiers si nécessaire) ? Une éducation – pour ma part j’écris ce mot “instruction”, réservant strictement le rôle d’éducation à la sphère privée et familiale, ne serait-ce que parce que lorsque l’État se mêle d’éduquer on entre dans le totalitarisme le plus effroyable – gratuite (il faut le dire vite quand on considère que l’État confisque 52% du PIB) Une santé gratuite ? Trop drôle, pour les mêmes raisons, et je vous engage à regarder combien l’URSSAF rembourse les lunettes ou les soins dentaires… Tâchez de ne pas être miros et d’avoir de bonnes dents ! Ou alors soyez riches, c’est la seule solution alternative…

- Quel lien social relie les Français ? Les riches marchent sur les pauvres et les volent comme dans un bois, les pauvres n’ont plus aucun moyen de se rebiffer : le chômage, l’exclusion et la rue guettent les rebelles… Les politiciens ne se refusent rien, ni d’augmenter sans fin les prélèvements, ni des avantages sans fin, au frais des couillons qui ne peuvent guère s’y opposer… Les très riches sont parvenus à se faire 100, 500 ou 1.000 [url=http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATnon04145]SMIC (attention c’est du brut, ne pensez pas que le citoyen de base se goinfre tout ce pognon, faut pas rêver non plus !)

- Est-il nécessaire, et souhaitons-nous continuer d’entretenir indéfiniment un nombre insensé de fonctionnaires que seuls nos petits enfants paieront peut-être s’ils sont très indulgents avec nos conneries ? Ceux-ci, pour la plupart recrutés pour de lamentables raisons électoralistes par des politiciens aussi indignes qu’irresponsables, sont-ils utiles à la collectivité qui les finance ?

- Je lisais le merveilleux Gilles Klein tout à l’heure (il sait tout…)

- 17.000 recrues dans l’éducation x 2.500 € mois x 12 mois x 30 ans (25-55 ans) = 15.300.000.000 €

Plus retraite pendant 30 ans (85 ans, les profs ont une excellente espérance de vie) : 15.300.000.000 €

Et Hop 30 milliards dans le lac ! Champagne !

Vous remarquerez au passage que la fille a des rêves et le crétin des ambitions...

Qui ne vont pas loin : prof en ZUP ça ne fait pas trop rêver...

Soyons sérieux, juste une seconde, où va notre civilisation en dehors du mur ?

Si quelqu’un a une réponse un peu intéressante je suis tout ouïe, et prêt à marcher dans les arguties les plus étranges…

Ou pas !
___________________________________________________________________________________________________

Non seulement nous ne sommes pas sortis de la crise mais nous n'en sommes qu'aux amuse-gueule d'une ripaille qui promet d'être gargantuesque.

D'ailleurs pourquoi en serions-nous sortis puisque rien n'a été fait (à part une aggravation des conneries et quelques cautères sur des jambes de bois)

Au risque de me répéter je confirme que le vent n'est pas le bon matériau en matière de bouchage de trous. De plus la technique qui consiste à aggraver non seulement le volume des dettes mais aussi la vitesse de leur accroissement est d'une grande imprudence pour ne pas dire d'une stupidité suicidaire !

Je vais vous faire rire, en 1900 l'État Français se contentait de ponctionner 10% du PIB (on appelait ça le revenu national, tout bêtement…) Nous en sommes à 52% et ça augmente chaque matin. De plus la France n'avait pas de dette au début du XXème siècle (c'est venu avec la première guerre, assez vite résorbé, puis en 1944 avec un énorme trou, là encore assez vite comblé)

Seulement faire des dettes pour une bonne guerre ça se conçoit, et quand la guerre est finie on comble parce qu'il faut reconstruire, ce qui donne une formidable croissance.

Depuis le début des années 70 nous avons – sans faire de guerre très significative – creusé une dette gigantesque par confort et par mollesse. Et surtout sans que cela corresponde à des investissements durables mais presque exclusivement pour payer des fonctionnaires dont une bonne moitié est totalement inutile, voire nuisible.

Un peu comme si un chef de famille empruntait chaque mois non pour rembourser l'emprunt contracté pour acheter sa maison mais pour payer sa domesticité, en aggravant toujours davantage sa dette, se contentant de payer les intérêts sans jamais être capable de rembourser le capital…

J'ai bien compris votre horreur des agences de notation, et il est vrai que l'on peut se demander ce qui domine chez elles entre la nullité et la saloperie. Mais le problème n'est pas là car il n'y a rien de moral dans le pognon et il n'est pas réellement surprenant (sauf naïveté pathologique) que les organismes (banques) ou les États (Chine par exemple) qui ont du pognon à placer cherchent à le fourrer à un endroit où ils ont une chance de le récupérer plutôt que dans un très grand chiotte à tirage de chasse rapide…

Or (et non pas HORS, qui n'a pas du tout le même sens, je le signale au passage) donc, agence de notation ou pas ceux qui ont de l'agent à placer commencent à penser qu'en le laissant dans les mains d'États évidemment irresponsables qui seront parfaitement incapables de rembourser est une mauvaise idée. On peut les comprendre, la seule surprise vient du fait qu'ils aient été aussi longs à réaliser et, sincèrement, ça ne plaide pas en faveur de leur niveau mental ni de leur lucidité !

[…] “ouvrez un livre d’économie”, nous conseillez-vous aimablement, mais non sans morgue. Je vous confirme en avoir ouvert beaucoup, et depuis fort longtemps, ayant fait une grande école de commerce et n'étant pas un perdreau de l'année. J'en ai tiré de très nombreux enseignements, à commencer par le constat que l'économie est politique et que les recettes de chaque auteur dépendent donc essentiellement de ses convictions politiques. Finalement rien n'est certain en économie, la plupart des chiffres sont truqués (c'est d'une facilité déconcertante, il n'y a que les statistiques qui soient plus simples à bricoler, c'est dire !)

Finalement parmi ces centaines de milliers de pages qui n'ont guère d'autre utilité que de flatter l'égo de leurs auteurs et pour les meilleurs de leur rapporter quelques droits d'auteur bien peu de choses et de règles certaines surnagent… Et de préférence les plus simples, l'essentiel de ce qui est compliqué ne vaut pas tripette, ne se vérifie quasiment jamais (ou alors par le plus grand des hasards et une seule fois !)

Voici les rares certitudes qui surnagent, à mon avis, sur cet océan de nigauderies prétentieuses :

1. L'argent n'est pas aussi abstrait et immatériel qu'on tente trop volontiers de le faire croire, il est à l'origine créé par un VRAI travail (aussi ridicule ou démodé que cela puisse paraître) lorsqu'il est créé, comme c'est le cas actuellement, par des emprunts on entre dans un cercle vicieux dont il est vite impossible de sortir autrement que par l'un des deux moyens disponibles : l'inflation (pour faire fondre les dettes et spolier en grande partie ses créanciers) ou la faillite pure et simple qui permet de ne rien rembourser du tout et de spolier totalement les imbéciles qui eu la mauvaise idée de prêter. Il est d'ailleurs vrai qu'en droit bancaire par exemple il est constant que le fait de prêter à des gens qui ne pourront, à l'évidence pas rembourser constitue une faute de la banque et peut même lui valoir (rarement hélas) des ennuis divers… Ce qui montre, là aussi, que les États s'autorisent ce qui est interdit aux autres !

2. L'emprunt n'est nullement dangereux intrinsèquement, c'est son mode d'emploi qui pose problème puisqu'il est naturellement tentant, aussi bien pour un État que pour une entreprise ou un simple péquin de vivre au-dessus de ses moyens, surtout à l'année pleine et sans jamais rembourser le principal.

3. La plus pénible caractéristique de l'argent est sa totale résistance à l'ubiquité qui a pour douloureuse conséquence que l'argent qui est dans la poche de Paul ne saurait être au même moment dans celle de Pierre ou de Bernadette (pourtant spécialiste en quêtes !)

4. Dans le prolongement de l'alinéa 3, il faut observer une autre conséquence également catastrophique qui est le fait que l'argent disponible doive être partagé. Ce qui ne poserait pas trop de problème si cela se faisait avec un peu d'équité… Mais hélas la mauvaise chance fait que ceux qui sont parvenus à s'emparer du pouvoir – qu'il soit politique ou économique en profitent TOUJOURS pour se goinfrer à en crever, appauvrissant d'autant tous les autres en vertu de la loi de non-ubiquité !

5. Ce sont en général les solutions les plus inattendues, farfelues et inimaginables qui fonctionnent pour rétablir une économie. Par exemple il est probable qu'actuellement il faudrait augmenter tous les salaires mensuels, jusqu'à 6.000 € bruts par exemple – sans augmenter les charges sociales dans un premier temps - , de 30%. Les conséquences négatives seraient non négligeables (faillites d'entreprises fragiles par exemple) mais les conséquences positives seraient fantastiques (fabuleuse relance de la consommation, rééquilibrage du partage travail-capital). Il faudrait y associer une brutale et massive augmentation des droits de douane afin de rendre – enfin – sans intérêt l'essentiel des productions étrangères… Et hélas se décider à envoyer à l'usine les innombrables gratte-papier de l'administration qui se grattent surtout les fesses à l'abri de leur emploi à vie : ils pourraient par exemple fabriquer des deux roues motorisés dont l'usage est indispensable en ville et dont nous n'avons pas produit un exemplaire depuis la vente de Motobécane à Yamaha, la disparition de Solex et la faillite de VOXAN qui fabriquait courageusement deux douzaines de motos par an à Issoire. Pourquoi laissons-nous ce marché à Honda, Yamaha, Suzuki, Kawasaki (Japon) BMW (Allemagne) Triumph (Angleterre) Ducati, Cagiva, MV Agusta (Italie) Royal Enfield (Inde) Harley-Davidson (Etats-Unis) ? Ils pourraient également fabriquer de l'électroménager, toujours utile, dont le marché est squatté à 99,9% par l'Allemagne et la Chine… Ou de l'électronique, voire des appareils photos numériques (je vous mets au défi d'en trouver un fabriqué en France)… Et je laisse de côté un nombre incroyable de pistes passionnantes et de secteurs porteurs de crainte de lasser vos patiences…

6. Malgré l'enthousiasme qui est à l'origine des lignes ci-haut j'avoue avoir une légère crainte : mes contemporains et concitoyens sont-ils prêts à se bouger les fesses avant d'avoir reçu un formidable coup pied au même endroit, sont-ils prêts à remettre quoi que ce soit en cause sans y être obligés de vive-force ? Seront-ils capable d'affronter les hordes de la police sarkozienne dans une constitution européenne qui prévoit que la peine de mort n'est pas en vigueur, sauf en cas d'émeute ou d'insurrection ? Envisageront-ils la nécessités de faire des projets plus ambitieux que d'aller faire trempette au camping des flots bleus pendant que leurs dirigeants se pavanent dans des palaces à leurs frais ?

Pour conclure je tiens à remercier ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu'à cette ligne, c'est incontestablement méritoire !

_________________________________________________________________________________________________________

Un râleur (les fonctionnaires défendent leur bout de gras, c'et même leur principale activité...) :

Qu'est-ce que vient faire là ce couplet anti-fonctionnaire ??!?

C'est marrant il y a toujours trop de fonctionnaires sauf quand vous vous retrouvez aux urgences, à la police ou au tribunal à attendre 3 heures qu'on s'occupe de vous... Alors là vous vous mettez à couiner que c'est un scandale, que l'Etat ne fait pas son travail !

Quant au calcul du coût total de l'embauche d'un fonctionnaire, c'est tellement primitif que cela ne mériterait même pas une réponse:
vos 30 milliards d'Euros seraient déjà à rapporter à l'ensemble des impôts et des cotisations retraite des personnes en question.
mais surtout il faudrait les rapporter à la création totale de richesse en France pour une période comparable (PIB annuel * 60 ans * augmentation du PIB sur cette période). --> 2 200 milliards € * 60 ans * x % ! Vous voyez que vos 30 milliards deviennent, tout d'un coup, assez ridicules.

Votre cerveau malgré le lavage de crâne opéré par les Jacques Marseille (rip), Michel Godet ou autres petite frappe néo-libérale, devrait se demander comment le ridicule PIB français de 1949 ou de 1914 parvenait à entretenir autant de fonctionnaires aujourd'hui en forte compression (instits, facteurs, militaires, cheminots, etc. etc.).

Ca me désole de lire encore ce genre de raisonnements grossiers.

NB: il n'y a plus beaucoup de fonctionnaires qui prennent leur retraite à 55 ans. La réforme des retraites (2003+2010), cela vous dit quelque chose ?

_________________________________________________________________________________________________________

Quand vous nous donnerez un moyen d'équilibrer les comptes de la nation sans vous contenter de holduper les prêteurs auprès de qui la cellule spécialisée de Bercy tend hebdomadairement sa sébile pour la modeste somme de 2.000.000.000 € (deux milliards, rythme actuel) je vous écouterai volontiers.

D'ici là vous pissez dans une contrebasse !

Et je vous engage, cher Monsieur fer, à regarder de plus près la définition du mot "grossier" que vous utilisez à mauvais escient...

_________________________________________________________________________________________________________

Re le même fonctionnaire :

- la fiscalité sur le patrimoine (la fuite des capitaux ok, mais c'est déjà plus difficile avec les propriétés "physiques": immobilier, terres),
- un vrai impôt progressif sur le revenu en rétablissant les tranches supérieures disparues (à 45, 50, 60, 70% et plus si affinités),
- un forcing au niveau européen pour faire pression sur les petits pays "parasites" (l'Allemagne ne s'est pas gêné avec le Lichtenstein).
- l'interdiction des transactions bancaires de la part de grandes entreprises et banques françaises avec des organismes basés dans une liste exhaustive de paradis fiscaux....

etc... etc...
Vous voyez, cher Monsieur, que ce n'est pas difficile. Il suffirait juste que nos gouvernants le veuillent.

_________________________________________________________________________________________________________

Cher Monsieur fer, votre comique est-il volontaire ou non ?

Parce que ça change tout, ce petit détail !

Quelques réponses en vrac sur vos commentaires hilarants :

- La fiscalité sur le patrimoine (peut-être savez vous que nous sommes l’un des très rares pays à pratiquer cette ineptie) je connais très bien : ma famille cotise amplement. Le seul ennui est que sa collecte, compte tenu de l'efficacité de notre administration, coûte autant que ce qu'elle rapporte, d'autant que les vrais "riches" (Liliane Bettencourt par exemple) en sont directement exemptés...

- L’impôt progressif, une vraie merveille : tout le monde a compris que le pourcentage simple est très insuffisant pour faire payer davantage à ceux qui gagnent plus… (à titre documentaire je vous engage à lire CECI qui vous montrera que cet impôt si évident (et qui me coûte fort cher) date de 1914, qu’il a été créé pour financer l’effort de guerre – contre nos excellents amis Allemands – et que, comme ne le précise pas cet article vaguement indigent, il était au taux fixe de 2% et tout naturellement prévu pour une durée limitée… On ne peut que s’étouffer de rire en regardant les ficelles utilisées pour baiser la population toujours davantage mais avec un mouvement souple, délicat et progressif ! Vous voudriez 70% et plus… (Pourquoi pas 100%) ? Pour les autres, je suppose, les meilleurs impôts sont ceux qu’on n'est pas appelé à payer soi-même, chacun le sait ! La charité bien organisée consiste à faire payer par les autres ce qu’on n’a pas envie de payer soi-même, ou ce qu'on a pas les moyens de payer parce qu'on ne s'est pas trop fatigué pour gagner sa vie (ce couplet ne concerne pas les victimes d'un système imbécile qui laisse honteusement sur le bord de la route des gens qui voudraient très sincèrement travailler)…

- Pour ce qui est des interdictions (bancaires ou autres) chacun se demande aujourd’hui ce qu’il a encore le droit de faire. C’est un problème. Et c’est surtout la conséquence de la totale impéritie des politiques et de leur administration de bras cassés : ces problèmes ne se poseraient pas si l’économie était encadrée comme elle le devrait, les prisons accueillant dès lors les quelques centaines de délinquants économiques qui détruisent notre pays plutôt que les quelques voleurs de pommes qui ne font rien de très grave mais qui sont traînés au trou avec des menottes et y passent des mois - bien que présumés innocents - parce que les juges ne trouvent pas utile de s’occuper de leur sort avant d’avoir épuisé leurs RTT (ce qui dure deux ou trois ans et nous vaut de lourdes condamnations – fort justifiées - de Bruxelles, sans aucun effet : les dirigeants se foutent royalement de ce que doivent payer les contribuables, en quoi cela les concerne-t-il ?)

- Pour ce qui est des paradis fiscaux (que je ne fréquente pas, méditant plus simplement de transférer l’ensemble de mes avoirs – qui sont loin d’être négligeables - en Asie du Sud-Est afin d'échapper une bonne fois à la voracité insatiable de Bercy) je ne doute pas un instant que vous préfériez l’enfer – pour les autres de préférence – ce qui ne vous honore pas particulièrement !

_________________________________________________________________________________________________________

Un autre casse-pieds :

Un prof débutant gagne 1400€ mensuels nets. Il atteindra les 2500€ après dix ou quinze ans de carrière (selon le titre et l'avancement).
Vos sources sont à revoir donc.

La ZUP, c'est un territoire urbain estampillé ; la ZEP, c'est l'estampille pour les établissement. Mais cela fait un certain temps que l'on parle de RAR.
Vos informations sont donc à mettre à jour.

Signé : un fonctionnaire qui garde vos enfants en essayant de les éduquer pour qu'ils comprennent le monde autrement que par schématisme, et qui apprend la tolérance et non la haine idéologique, sans pour autant refuser de voir les choses en face.

_________________________________________________________________________________________________________

Ne me faites pas rire, j'ai vécu longtemps avec une prof de lettres : 2500 € brut (ce qui est loin d'être énorme ou injustifié j'en conviens bien volontiers) est un salaire médian parfaitement conforme à la réalité.

Pour la ZUP vous avez raison, c'est bien ZEP, ce qui ne m'empêche pas de vous dire : ZUT ! Tous ces acronymes et autres borborygmes pour buses survoltées me gonflent à un point qui dépasse mes capacités de description...

Et pour mes filles - je ne sais pas faire les garçons - vous devez être gardien de prison, je suppose - et donc dépendre depuis deux jours de l'autorité d'un de mes amis, nouveau directeur de l'administration pénitentiaire... 35.000 personnes et 3 milliards d'€uro de budget annuel (mais j'ignorais qu'elles s'étaient fait embastiller)... Mes filles ont respectivement 36 et 31 ans, sauf votre respect. Ce site n'est pas réservé aux gamins impubères !

Enfin je n'ai aucune haine idéologique. Je me demande seulement comment sortir de l'impasse dans laquelle nous sommes, mais vous avez certainement la solution, génial comme vous êtes...

Pourriez-vous me la fournir ?

Un début de piste ?

Même pas... Vous êtes dur ! Moi qui rêve de voir les choses en face !
***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
MengWan


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 2 859
Localisation: Nulle part

MessagePosté le: Sam 18 Juin - 22:52 (2011)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe ! Répondre en citant

Citation:
Votre cerveau malgré le lavage de crâne opéré par les Jacques Marseille (rip), Michel Godet ou autres petite frappe néo-libérale, devrait se demander comment le ridicule PIB français de 1949 ou de 1914 parvenait à entretenir autant de fonctionnaires aujourd'hui en forte compression (instits, facteurs, militaires, cheminots, etc. etc.)

LOL

Cà, c'est le paradoxe absolu ...

Pas besoin de demander à Majax de trouver la "fraude", le nombre de fonctionnaires aujourd'hui est beaucoup PLUS important qu'autrefois !

Simplement, à l'époque, un fonctionnaire c'était "quelqu'un" (actif, "engagé" -métier, travailleur ... donc respecté), alors que de nos jours ... pffff

Cool
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 18 Juin - 23:12 (2011)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe ! Répondre en citant

Tu as mis le doigt dessus, comme d'habitude !

C'est d'ailleurs pour ça que je t'apprécie...

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:25 (2016)    Sujet du message: La fin de la Grèce... Et de l'Europe !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com