Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Jérôme Kerviel, le bouc émissaire...
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> L'actualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mekong.blues


Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 44
Localisation: Alès.

MessagePosté le: Dim 3 Fév - 12:50 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Patrice Guyot a écrit:
tarzan a écrit:
Il serait bon pour le peuple français d'avoir au minimum une banque de service public, maintenant il n'y en a plus une seule.

Quel service public mon Tarzan ?Celui qui arrache toujours plus "d'avantages acquis" à force de grèves qui prennent les citoyens en otages, qui ne font pas le boulot, qui s'arrangent pour être quatre là où un seul suffirait largement, histoire de ne pas trop se fatiguer et de pouvoir taper la belote dans de bonnes conditions... Le tout aux frais du contribuable (cochon de payant)

Moi j'écris ça : sévices publics, au moins on sait de quoi on parle !

***


    Il est marrant de voir que le service public soit encore dans ton esprit comme au temps des années -qui, si elles ont bel et bien existées, sont, crois moi révolues.

   Celà fait plus de 35ans que je m'efforce de rendre un service au publis , de même qu'Annie mon épouse qui a failli y laisser son dos. Et çà a été juste pour qu'elle reste paralysée à vie dans un fauteuil roulant.  Elle fait tout le département et depuis qu'elle roule tous les jours, l'accident ne pouvait que survenir. Elle s'est endormie au volant.
 
    Ma fille courait toute la france pour tenter de budgetiser à l'€ près tout ce qui se passe sur nos départements côtiers.

   Pour ma part, je tente de repêcher des gens qui sont à la dérive et qui n'ont les moyens de vivre en deçà du seuil de pauvreté.

   Et, crois moi tout comme de infirmier(e)s, assistant territoriaux, nous ne comptons pas notre temps. Et n'avons le temps de nous taper la belote. Et, encore moins sur ton dos de contribuable.

   Il est à souhaiter que lors de tes incessants voyages en Asie, tu ne chopes pas de maladie ou ne tombes dans un coin à fort taux d'épidémiologie. Car là, tu seras sans doute content des services publics qui te soigneront et te rembourseront d'une manière qui n'existe nulle part ailleurs au monde.

   Nos salaires ne nous permettent pas le luxe de moindres écarts. Et nos responsabilités, au service de clampains qui viennent du monde entier se faire soigner font que l'on nous ponctionne toujours plus.

    Je pense qu'il te faudrait réviser tes classiques en la matière. De nombreux fonctionnaires travaillent à Paris et sont logés à... l'armée du salut ou autres centres d'hébergement.

       Heureusement que J.S B et mes amis et la nature environnante nous permettent de nous dire que la vie mérite d'être vécue. Et on ne se prive pas de fêtes où on rigole bien.

   Et, il est vrai que mes tours du monde m'ont donné un regard qui me sert bien dans mon approche des gens, des choses et des lieux ...   Et celà, c'est sacré.    Tout comme ta rencontre qui me met du baume au coeur car, ainsi j'ai des nouvelles de ces derniers.

              A bientôt
_________________
L'ennui?... C'est qu'il n'existe pas.
Ou, c'est que le jour ne compte que 24 petites heures...
On peut avoir du "rab"? Cherche 25 ème heure désespérément.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 3 Fév - 12:50 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mimibig


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 2 649
Localisation: landes

MessagePosté le: Mer 6 Fév - 10:57 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

et bien voilà il sort de son mutisme Rolling Eyes


http://actualite.aol.fr/a-la-une/jerome-kerviel-je-ne-serai-pas-le-bouc-emi…

_________________
http://artmag.e-monsite.com

http://www.artmajeur.com/ludwigvonbiglee/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mer 6 Fév - 14:06 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Soyez un bon bouc, Kerviel !



C'est curieux cette ressemblance avec Sarkozy... Enfin surtout pour les cornes parce qu'il est quand même beaucoup plus laid, le sous-président !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 11:24 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Encore le Nouvel Obs ( excellent François Reynaert)

A vos ordres, ma Générale !

Il est peu charitable de rire du malheur d'autrui. Tout de même, avouez que cette histoire de la Société générale a des côtés réjouissants. Entendons-nous bien. Il ne s'agit pas de minimiser les terribles dégâts humains qu'elle aura causés. Glissons sur les problèmes personnels de ce pauvre M. Bouton. Dans un geste expiatoire éclatant, dès la découverte du scandale, il a proposé d'abandonner six mois de son salaire. C'était généreux. Il a juste oublié de préciser qu'au niveau de rémunération où on se situe à un poste comme le sien, avec les six mois restants, il lui reste de quoi nourrir sa famille pendant facilement deux siècles. Je pense au cauchemar que cette affaire doit faire vivre aux infortunés soutiers de sa société. Vous imaginez l'ambiance au guichet, quand vous devez faire une remarque à n'importe qui pour ses 103 euros de découvert, alors que votre boîte vient de se faire emplafonner de 5 milliards !

Oui, les détails techniques de l'histoire passent au-dessus de la tête de chacun d'entre nous, fis sont même passés pendant six mois au travers de l'écran des types qui étaient payés très cher pour les contrôler, c'est dire si, pour une fois, on se sent à l'aise d'être largué. En revanche, tout le monde se souvient très bien des chiffres. On les répète en boucle : 5 milliards de pertes. En général, on ne précise même plus la devise. Je comprends. A ce niveau, que ce soit en roupies indiennes, en sesterces ou en livres tournois, ça reste un délire. Le plus souvent, dans nos conversations de machine à café, on ne voit passer des sommes dépassant l'entendement que deux fois par décennie, avec l'annonce d'un gagnant de folie à l'Euro Millions. Au moins, cette fois, ça ne fait rêver personne. Encore qu'il y ait des similitudes. Quand on annonce le score du Loto, tout le monde gamberge : «Si je gagne ça, j'arrête de bosser et je me tire au soleil.» Pour celui qui a perdu encore plus, c'est pareil. Il peut arrêter de travailler également. La seule différence, c'est que généralement il va le faire à l'ombre.

Sans blague, ces milliards ont aussi des côtés plaisants. Ils relativisent certaines arrogances. Vous aurez remarqué l'autre chiffre qu'on s'est pris à répétition dans les oreilles la semaine passée : les 78 millions de budget du nouvel «Astérix». Les journalistes ont même parlé de «somme pharaonique», expression idiote, «Astérix et Cléopâtre», c'était le précédent. On sentait, derrière cette promotion, une vraie créativité artistique à l'oeuvre. Et il vaut le coût ce film ? Pensez ! 78 millions ! Quelle classe ! On croirait M. Sarkozy offrant une bague. Peu importe, disais-je, par comparaison avec le vrai thriller de la semaine, la production Pathé a fait petit joueur. Elle n'aura donc coûté que 70 bâtons, et ils auront eu besoin de cinquante vedettes pour produire une daube qui ne faire rire personne. Avec la vraie comédie du moment, «A vos ordres, ma Générale», le petit trader a coûté 70 fois plus, mais il était seul, et il a fait rire tout le monde.

Je blague. On est consterné par ce que cette faillite indique des folies d'un système dans lequel des gamins à gifler empochent mille fois le salaire d'un prof ou d'un médecin pour jouer notre planète au casino. Pourquoi insister là-dessus, tout le monde est d'accord, la gauche, la droite, le centre, et l'ensemble des dirigeants du monde. «Il faut moraliser le système», ont-ils hurlé de concert. Ils savent de quoi ils parlent, ils le répètent depuis trente ans. Non, le libéralisme ne sort pas grandi de cette affaire. Quand on pense qu'on a privatisé les banques à tout va depuis les années 1980 parce qu'au moins, dans le privé, on savait gérer.

Reste notre chouchou dans l'affaire, le désormais mondialement célèbre Jérôme Kerviel. Calmons-nous. Je ne suis pas sûr qu'il faille en faire le Robin des Bois des salles de marché : on nous dit qu'il n'a pas volé aux riches les milliards contestés. Je doute qu'il ait jamais voulu les donner aux pauvres. Au contraire, il était comme des tas de petits gars de son milieu et de sa génération, militant UMP, infatigable travailleur, prêt à sacrifier toutes ses vacances dans un seul noble but : se mettre encore plus de bonus dans les fouilles. Travailler plus pour gagner plus, en somme. Je sais, il est idiot de tirer de situation particulière des généralités abusives. Tout de même, pour une fois qu'on voit où il mène, ce slogan, que voulez-vous, on ne peut s'empêcher de sourire.



François Reynaert
Le Nouvel Observateur

Pertinence et humour percutant, du grand Reynaert !

Un seul commentaire : l'avantage d'avoir privatisé les banques c'est que quand elles se plantent ce sont plutôt les actionnaires qui morflent que les contribuables... Et c'est une consolation !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...


Dernière édition par Patrice Guyot le Ven 8 Fév - 23:05 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
mimibig


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 2 649
Localisation: landes

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 12:04 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Okay effectivement tout est dit....

moi je pense que le "petit" trader va un jour vendre son "histoire "à un cinéaste ....et se faire du "blé!!!!"il aime l'argent et le pouvoir !!
mais quand on voit nos politiques on se dit qu'il est à "bonne école!!!"

_________________
http://artmag.e-monsite.com

http://www.artmajeur.com/ludwigvonbiglee/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 18:57 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Patrice Guyot a écrit:

Encore le Nouvel Obs ( excellent François Reynaert)

A vos ordres, ma Générale !

Il est peu charitable de rire du malheur d'autrui. Tout de même, avouez que cette histoire de la Société générale a des côtés réjouissants. Entendons-nous bien. Il ne s'agit pas de minimiser les terribles dégâts humains qu'elle aura causés. Glissons sur les problèmes personnels de ce pauvre M. Bouton. Dans un geste expiatoire éclatant, dès la découverte du scandale, il a proposé d'abandonner six mois de son salaire. C'était généreux. Il a juste oublié de préciser qu'au niveau de rémunération où on se situe à un poste comme le sien, avec les six mois restants, il lui reste de quoi nourrir sa famille pendant facilement deux siècles. Je pense au cauchemar que cette affaire doit faire vivre aux infortunés soutiers de sa société. Vous imaginez l'ambiance au guichet, quand vous devez faire une remarque à n'importe qui pour ses 103 euros de découvert, alors que votre boîte vient de se faire emplafonner de 5 milliards !

Oui, les détails techniques de l'histoire passent au-dessus de la tête de chacun d'entre nous, fis sont même passés pendant six mois au travers de l'écran des types qui étaient payés très cher pour les contrôler, c'est dire si, pour une fois, on se sent à l'aise d'être largué. En revanche, tout le monde se souvient très bien des chiffres. On les répète en boucle : 5 milliards de pertes. En général, on ne précise même plus la devise. Je comprends. A ce niveau, que ce soit en roupies indiennes, en sesterces ou en livres tournois, ça reste un délire. Le plus souvent, dans nos conversations de machine à café, on ne voit passer des sommes dépassant l'entendement que deux fois par décennie, avec l'annonce d'un gagnant de folie à l'Euro Millions. Au moins, cette fois, ça ne fait rêver personne. Encore qu'il y ait des similitudes. Quand on annonce le score du Loto, tout le monde gamberge : «Si je gagne ça, j'arrête de bosser et je me tire au soleil.» Pour celui qui a perdu encore plus, c'est pareil. Il peut arrêter de travailler également. La seule différence, c'est que généralement il va le faire à l'ombre.

Sans blague, ces milliards ont aussi des côtés plaisants. Ils relativisent certaines arrogances. Vous aurez remarqué l'autre chiffre qu'on s'est pris à répétition dans les oreilles la semaine passée : les 78 millions de budget du nouvel «Astérix». Les journalistes ont même parlé de «somme pharaonique», expression idiote, «Astérix et Cléopâtre», c'était le précédent. On sentait, derrière cette promotion, une vraie créativité artistique à l'oeuvre. Et il vaut le coût ce film ? Pensez ! 78 millions ! Quelle classe ! On croirait M. Sarkozy offrant une bague. Peu importe, disais-je, par comparaison avec le vrai thriller de la semaine, la production Pathé a fait petit joueur. Elle n'aura donc coûté que 70 bâtons, et ils auront eu besoin de cinquante vedettes pour produire une daube qui ne faire rire personne. Avec la vraie comédie du moment, «A vos ordres, ma Générale», le petit trader a coûté 70 fois plus, mais il était seul, et il a fait rire tout le monde.

Je blague. On est consterné par ce que cette faillite indique des folies d'un système dans lequel des gamins à gifler empochent mille fois le salaire d'un prof ou d'un médecin pour jouer notre planète au casino. Pourquoi insister là-dessus, tout le monde est d'accord, la gauche, la droite, le centre, et l'ensemble des dirigeants du monde. «Il faut moraliser le système», ont-ils hurlé de concert. Ils savent de quoi ils parlent, ils le répètent depuis trente ans. Non, le libéralisme ne sort pas grandi de cette affaire. Quand on pense qu'on a privatisé les banques à tout va depuis les années 1980 parce qu'au moins, dans le privé, on savait gérer.

Reste notre chouchou dans l'affaire, le désormais mondialement célèbre Jérôme Kerviel. Calmons-nous. Je ne suis pas sûr qu'il faille en faire le Robin des Bois des salles de marché : on nous dit qu'il n'a pas volé aux riches les milliards contestés. Je doute qu'il ait jamais voulu les donner aux pauvres. Au contraire, il était comme des tas de petits gars de son milieu et de sa génération, militant UMP, infatigable travailleur, prêt à sacrifier toutes ses vacances dans un seul noble but : se mettre encore plus de bonus dans les fouilles. Travailler plus pour gagner plus, en somme. Je sais, il est idiot de tirer de situation particulière des généralités abusives. Tout de même, pour une fois qu'on voit où il mène, ce slogan, que voulez-vous, on ne peut s'empêcher de sourire.



François Reynaert
Le Nouvel Observateur

Pertinence et humour percutant, du grand Raynaert !

Un seul commentaire : l'avantage d'avoir privatisé les banques c'est que quand elles se plante ce sont plutôt les actionnaires qui morflent que les contribuables... Et c'est une consolation !

***
salut , ha ! que j'aimerais écrire comme ce mec , il est bon !

en parlant d'humour patrice je vais te titiller la rouspétance fonctionnarielle (il existe ce mot?)
voir en gros plus haut Laughing Laughing Laughing Laughing



_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 9 Fév - 00:49 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Voir mon commentaire :

l'avantage d'avoir privatisé les banques c'est que quand elles se plantent ce sont plutôt les actionnaires qui morflent que les contribuables... Et c'est une consolation !

Non ?

***



_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Sam 9 Fév - 15:34 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant





salut , suis pas sur que l'on ne se soit pas fait ponctionner , pour le lyonnais Bannir


Crédit Lyonnais et impunité

dimanche 16 novembre 2003
par Stéphane ARLEN





Depuis des mois, la France négocie avec les États-Unis au sujet de l’amende qu’elle aura à payer dans l’affaire Executive Life, filiale du Crédit Lyonnais. Aujourd’hui, on apprend que le gouvernement propose de payer 400 millions de dollars (sans compter les amendes payées directement par les entreprises impliquées) pour clore définitivement le dossier, c’est-à-dire pour qu’il n’y ait aucune poursuite contre les ex-dirigeants du Lyonnais responsables des magouilles en question. 
Il est stupéfiant que le gouvernement se serve de l’argent des Français pour acheter l’impunité de quelques crapules en col blanc qui n’ont eu de cesse de jouer avec l’argent public.  
Ouvertement, le gouvernement Raffarin achète une décision de justice, au mépris de l’égalité entre citoyens.  
On peut se demander ce que savent de compromettant les anciens du Lyonnais pour que l’Etat dépense des centaines de millions de dollars pour que la justice ne les entende pas.  
En tant que citoyen responsable de mes actes, je demande que le gouvernement laisse la justice américaine faire son enquête, et que l’argent public ne soit pas utilisé à payer l’impunité à des gens malhonnêtes qui savaient très bien ce qu’ils faisaient. Si des malversations sont avérées, comme cela semble être le cas, alors qu’on fasse payer ceux qui en sont à l’origine, et non pas tous les Français à qui l’on dira par la suite qu’on n’a plus d’argent pour l’éducation, les retraites, la sécurité sociale ou pour aider les pauvres vieux qui meurent de chaud...  
Si la France devait être reconnue responsable, en tant qu’actionnaire majoritaire du Crédit Lyonnais à l’époque, cela n’exclurait pas une condamnation des véritables acteurs de ce fiasco financier à des peines de prison.  
Je lance aujourd’hui une pétition pour demander au gouvernement de ne pas utiliser les fonds publics pour acheter l’impunité des personnes reconnues coupables dans cette affaire.  
Stéphane ARLEN 

_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 9 Fév - 17:50 (2008)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire... Répondre en citant

Crachez, connards de contribuables...

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:08 (2016)    Sujet du message: Jérôme Kerviel, le bouc émissaire...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> L'actualité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com