Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

TERRA CORSA RISERVA INDIANA
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Nos passions... Sans limite ! -> Vive la Corse, terre de résistance !
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mer 10 Sep - 14:04 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

http://levante.fr/padduc/index.html





Les patriotes de la refondation enfoncent le clou après l'action de Punta d'oru
Dans une conférence de presse à Aiacciu à la CTC le 5 septembre, les organisations de la refondation ont récusé le mélange des genres du président de l'assemblée de Corse, et les manipulations de la présidence française sur l'action de Punta d'oru. Ce site qui illustre les méfais du PADDUC, sur lequel elles sont revenues en demandant son retrait. PHOTOS à suivre


TEXTE DE LA CONFERENCE DE PRESSE DU 5 SEPTEMBRE 2008
"Les organisations indépendantistes engagées depuis plusieurs mois dans une démarche de refondation tiennent à préciser les motivations et le déroulement de leur action de samedi dernier, au domaine de « Punta d'Oru ».

1.La vérité sur l'action de la Punta d'Oru.

Cette enclave, haut lieu de la spéculation immobilière en Corse, est révélatrice de la dépossession du foncier qui sévit dans notre pays avec la complicité active, voire à l'initiative, d'élus directement et financièrement intéressés par ces menées spéculatives.
Le propriétaire et promoteur de « Punta d'Oru », n'est autre que Camille de Rocca Serra, Président de l'Assemblée de Corse, l'un des concepteurs à ce titre du PADDUC, plan d'aménagement ayant pour objectif de mettre la Corse à l'encan, par ailleurs ami personnel du président de la République française ainsi que de Christian Clavier et des autres membres de la jet set ayant acheté des propriétés à prix d'or dans la région de Porti Vecchju.
Lors de son mandat de maire de Porti Vecchju, Camille de Rocca Serra a grandement favorisé la spéculation immobilière sur sa commune (spéculation qu'il pratique lui-même personnellement par ailleurs). Aujourd'hui, il le fait comme Président de l'Assemblée de Corse, comme député, et fort de ses amitiés au plus haut niveau de l'Etat français. Ce mélange des genres relève d'un fonctionnement de république bananière. Cela explique la volonté de Camille de Rocca serra de “désanctuariser” la Corse exprimée en préalable à la mise en place du PADDUC il y a quelques mois.
C'est cette situation - inadmissible et gravement préjudiciable aux intérêts du peuple Corse - que nous avons voulu dénoncer par notre action de samedi.

Les conditions de cette occupation sont aujourd'hui parfaitement établies, d'une part par le témoignage des journalistes présents, et d'autre part par les auditions de Monsieur Clavier et de son personnel : il n'y a eu aucun incident, aucune menace, aucune voie de fait, donc, moralement et juridiquement, aucune violation de domicile. Pourtant, le parquet d'Aiacciu, ne tirant pas les conséquences de sa déroute judiciaire dans l'affaire des « organisateurs » de la manifestation de janvier 2008, se ridiculise à nouveau en ouvrant une enquête du chef d'une imaginaire violation de domicile.
Dans cette affaire comme dans les précédentes, on comprend que la marge de manœuvre du parquet est extrêmement réduite, la décision de poursuivre étant prise au plus haut niveau politique en raison d'éléments n'ayant rien à voir avec l'administration de la justice.
Mais, ce qu'il y a de plus grave, ce n'est pas la position du procureur français mais celle de Camille de Rocca Serra qui, voyant ses agissements démasqués aux yeux de l'opinion corse et française, s'est livré à des interviews surréalistes relevant du mensonge le plus grossier, n'hésitant pas à déclarer que l'occupation avait donné lieu à des dégradations et que le personnel de Monsieur Clavier avait été molesté. Ces déclarations, formellement contredites par tous les éléments du dossier, sont gravement diffamatoires à l'endroit des militants nationalistes présent sur les lieux. Elles pourraient valoir à ce collaborateur du système français de comparaître dans les semaines à venir devant un tribunal correctionnel de son pays, pour diffamation !

Au delà du cas, anecdotique, du responsable policier Dominique Rossi, cette affaire a permis de jeter un éclairage cru sur les pratiques de la France et de ses relais dont elle couvre toutes les turpitudes moyennant leur totale allégeance.
Pour leur part, les indépendantistes engagés dans la démarche de refondation entendent bien continuer à dénoncer ces dérives et à s'opposer au PADDUC, document organisant la dépossession de la communauté corse.

Le lotissement de luxe de Punta d'Oru (qui a débaptisé pour faire tendance, car son vrai nom en langue corse est CALA PURCINA, en français LA BAIE DES COCHONS!!!...) illustre ce que nous réserve le PADDUC : économie résidentielle, privatisation du littoral pour quelques peoples et autre nantis alors que la Corse (et Porti vechju en particulier) manque de logements pour les plus modestes et mêmes les catégories moyennes, grosse spéculation avec un rapport financier énorme, collusion voir confusion entre les politiques et les opérateurs immobiliers.


2. La question de fond du PADDUC.

Le plan de développement durable de la Corse doit être présenté aux élus de cette assemblée à l'automne après des commissions confidentielles et des travaux médiocres grassement payés à des cabinets parisiens. Le document qui va ête présenté est inquiétant.
Ce PADDUC persiste dans des choix catastrophiques qui sont le contraire du développement durable pour la Corse et les Corses :

> la colonisation de peuplement.
Page 15, le document nous explique qu'il faut encourager en Corse les migrations et la « séniorisation » (Installation de riches retraités de toute l'Europe). L'objectif de 320 000 habitants à l'horizon 2030 est fixé ! C'est une colonisation de peuplement sans équivalent dans le monde en terme de proportions sauf peut-être au Tibet. Le texte tente de nous rassurer en vantant les mérites de la langue Corse et du bilinguisme. Les exemples des pays Baltes, du Québec ou de la communauté autonome de Catalogne sont évoqués pour leur politique linguistique intégrative sans préciser que ce sont des entités souveraines où leurs langues sont officielles (PAGE 34) !

> Le choix de « l'économie résidentielle » (PAGE 32)
« L'économie résidentielle » est définie par le document comme « une forme d'économie où les résidents viennent s'installer pour dépenser ce qu'ils ont gagné ailleurs pendant leur vie active. » L'installation peut être plus ou moins intermitente et elle peut aussi concerner des actifs, et c'est le développement sans limites des résidences secondaires ( il y en a plus de 60 000 en Corse contre 100 000 principales, elles représentent près de 45 % des résidences sur le littora)l. De nombreux PLUs actuellement en cours favorisent les résidences secondaires alors que c'est une erreur de développement , elles créent un phénomène de concurrence avec le tourisme locatif, elles entrainent des surcoûts pour les réseaux, ainsi que des dégats écologiques.
L'immobilier résidentiel est l'ennemi du tourisme locatif intégré. Dans ce cadre la place des Corses est de pus en plus restreinte démographiquement, économiquement. Quelques franges seulement s'enrichisssent : dans l'immobilier et quelques services, les transports, la grande distribution...
Cette économie a fait des dégats énormes dans d'autres contrées, au Pays basque dit français, dans des régions françaises comme le Lubéron, les Corses eux ne souhaitent pas ce "développement"



> Le sacrifice des terres à potentialités agricoles.
Page 128 le texte précise que le PADDUC n'interfère pas sur les PLUs en vertu du principe de subsidiarité. La cartographie est déficiente, elle a choisi l'échelle 1/150 000 ème qui rend inopérente toute définition fine des espaces agricoles par rapport aux espaces voués à l'urbanisation. Ce document n'a aucune vertu régulatrice contre la pression sur le foncier.

>l'application de la loi littoral.
Le document vise à favoriser la continuité de l'existant (ce qui à terme est très dangereux sans une planification spatiale fine) et les fameux « hameaux nouveaux » qui seront des zones de spoliation foncière pour populations permanentes ou « temporaires ». Parmis eux, on le comprend bien, il y aura surtout des nantis voulant privatiser la beauté des paysages.



Ce PADDUC aurait du être un document régulateur et de prospective, mais il n'est qu'un plan de mise en vente de la terre corse. Le président de l'Assemblée de Corse nous parle de démocratie et nous indique qu'il y a le droit à l'amendement dans cette assemblée. Ce texte n'est pas amendable, car ce sont ses orientations qui sont mauvaises. Nous demandons le retrait du PADDUC et son remplacement par un document complètement refondé qui, lui, pourra être soumis à la consultation populaire des Corses par un referendum.
Nous somme confiants dans la démocratie en la matière car nous savons que les Corses ne sauraient accepter un plan qui sacrifierait leur existence même, en tant que communauté vivante sur sa terre. "


Les organisations de la refondation nationale CNI , RINNOVU, STRADA DRITTA, ANC-PSI.





http://www.rinnovu.com/index.php?action=article&numero=960&PHPSESSI…



http://levante.fr/loi_littoral/loi_accueil.html

http://levante.fr/padduc/index.html#

http://levante.fr/loi_littoral/loi-0709-conf.html

http://levante.fr/loi_littoral/loi-0709-pres.html

Exclusif Plan d'aménagement de la Corse:
L'extraordinaire destin des terrains du président du Conseil exécutif, du président de l'Office de l'Environnement et du cousin du président de l'Assemblée de l'île.
Une passionnante histoire de familles, d'argent et de béton!

Par Enrico Porsia


Jeudi 4 septembre 2008

Le 24 juillet 2008, le projet du Plan d'Aménagement et de Développement Durable de la Corse (PADDUC) a été arrêté par le président du Conseil exécutif. Ce document est stratégique, il aura valeur de Directive territoriale d'aménagement de l'île. La partie la plus sensible de ce nouveau plan concerne le foncier et la cartographie des espaces naturels remarquables du littoral. Rien d'étonnant: dans le désert économique corse, la seule forme de capitalisation possible trouve bien ses sources dans le foncier. Et quelques "seigneurs de la terre", de grandes familles de l'île, attendent avec impatience de faire fructifier leurs biens.

Le problème pour eux, bien souvent, ce sont ces espaces déclarés "remarquables" et protégés par la loi Littoral, votée à l'unanimité par le Parlement en 1986. Ces espaces remarquables, devenant de par la loi inconstructibles, aiguisent bien des appétits. Cette loi est devenue un véritable cauchemar pour bien des promoteurs immobiliers. Combien de rêves en béton se sont-ils brisés face à la loi Littoral? Et, combien de promoteurs immobiliers ne rêvent-ils de voir, demain, des terrains situés dans ces zones protégées, proches du rivage, glisser, comme par miracle, dans des espaces ne bénéficiant plus de la protection contre la construction. Le prix de ces terrains, désormais "désanctuarisés", grimperait. Il grimperait en flèche.

A lire aussi:

Corse: Petits arrangements pour enterrer la loi

Privatisation du territoire - Quand le sous-préfet de Sartene annonce: "Robespierre est mort!"

Corse - Bonifacio: L'enfant du pays, le notable de Neuilly et le banquier suisse

Dossier exclusif Tourisme bling-bling: La bataille de Bonifacio

Ile de Beauté: Sarko, Cécilia et le permis de construire de Jean Reno… Quel film! +1vidéo

Sarko en Corse: Argent public et hôtels de luxe

Corse: L'avenir en béton

Enquête exclusive Corse: la fièvre immobilière de l'extrême sud

Dossier spécial Corse: Un littoral en béton?

Tout le Dossier Corse
"Il appartient maintenant à l'assemblée de Corse d'adopter le PADDUC, après avoir reçu les avis du Conseil économique social et culturel, ainsi que du Conseil des sites; sachant qu'après son approbation définitive, le document devra avoir également été soumis à enquête publique", précise le président Camille de Rocca Serra dans sa lettre, adressée le 5 août 2008, aux conseillers territoriaux de l'île. Visiblement, les événements sont destinés à aller très vite et sont présentés, par le président de l'Assemblée comme une simple formalité.

Au tout début de l'automne 2008, les élus de l'assemblée de Corse seront donc appelés à examiner, et à voter, le nouveau PADDUC. Ensuite, démarrera l'enquête publique. Vraisemblablement elle sera bouclée en décembre. Début 2009 l'assemblée de Corse sera appelée à adopter définitivement le nouveau plan. Ensuite, tout terrain proche du littoral pouvant afficher un panneau "constructible" vaudra bel et bien de l'or en barres.

Amnistia.net est allé voir ce qui se passe sur les terres des principaux responsables de la Collectivité territoriale. Que prévoit la cartographie du PADDUC à Calvi, le fief du président du Conseil exécutif, Ange Santini, le porteur du Plan? Que prévoit le nouveau Plan d'aménagement à Porto-Vecchio, là ou règne la dynastie familiale des Rocca Serra dont Camille est le président de l'Assemblée territoriale? Enfin, nous avons aussi jeté un coup d'œil sur les terres de Jérôme Polverini, maire de Pianottoli Caldarellu et président de l'Office de l'Environnement de la Corse. Suivez-nous, le voyage est surprenant!

Calvi: quand le président de l'Exécutif de l'île désanctuarise ses propre terres…


Les espaces remarquables déclassés sur le nouveau PADDUC sont matérialisés par les tâches blanches qui "bouffent" la pinède de Calvi. La flèche n°1 indique le camping de la famille Santini. La flèche n°2 indique l'emplacement d'autres terrains achetés par la SCI gérée par Ange Santini.



En 1992, la SCI "U Serenu", dont le président du Conseil exécutif assure de nos jours encore la gérance, achète des terrains à la société Calvi Plage. Dans la section cadastrale AP4, très proche du rivage, la société d'Ange Santini a acheté un bon hectare de terres. Si l'on regarde le plan du PADDUC, on remarque que ces terrains, jusque-là classés dans un espace remarquable, se situent, désormais, dans une zone destinée à être "désanctuarisée".
Calvi. C'est la ville d'Ange Santini. Le président du Conseil exécutif. C'est lui, le porteur du nouveau Plan d'aménagement de l'île. L'homme est ambitieux. Quand il était tout jeune, il disait déjà qu'il voulait être maire - se souvient une de ses connaissances calvaises. Depuis, Ange a fait son chemin, et aujourd'hui, du haut de sa place à la tête du Conseil exécutif, il peut se contenter de diriger sa ville en étant simplement "maire adjoint"...

A Calvi, la famille Santini possède depuis bien longtemps un camping. Il s'appelle "La Pineda", s'étend sur plus de 5 hectares et est situé dans la pinède en bord de mer, sur un espace boisé classé et proche du rivage. Dans l'atlas du littoral rédigé par les services de l'Etat, la pinède de Calvi est clairement désignée comme un espace remarquable, strictement inconstructible.

Or, si l'on regarde aujourd'hui, attentivement, les nouveaux plans du PADDUC, arrêtés par le Conseil exécutif, on note que des zones entières de la pinède en bord de mer sont destinées à être déclassées. Et, surprise: le propre camping de la famille Santini se retrouve, comme par miracle, dans un espace que le Conseil exécutif propose au déclassement. Fini l'espace boisé classé, fini l'espace remarquable. Bref, finie la non-constructibilité.

Il faut bien reconnaître que Monsieur Ange Santini est très attaché à la magnifique pinède qui longe le golfe de Calvi. En 1992, la SCI "U Serenu", dont Monsieur Ange Santini assure de nos jours encore la gérance, achète des terrains à la société Calvi Plage. Ces terrains sont situés dans l'espace boisé classé de la pinède. Dans la section cadastrale AP4, très proche du rivage, la société d'Ange Santini a acheté un bon hectare de terres. Si l'on regarde le plan du PADDUC, on remarque que ces terrains, jusque-là classés dans un espace remarquable, se situent désormais, dans une zone destinée à être "désanctuarisée". Finie l'inconstructibilité pour les terres du président du Conseil exécutif si le PADDUC est adopté.

Ange Santini n'est pas à son premier essai. Quelque temps après avoir acheté des terrains, en 1992, à la société Calvi Plage, sur des terrains dont, pour certains, la mairie avait gentiment fait connaître sa renonciation à exercer son droit de préemption, Monsieur Santini dépose un permis de construire. A l'époque, il voulait bâtir un hôtel de 120 chambres. Le permis avait été rejeté au nom de la loi Littoral. Mais Monsieur Ange Santini est un homme tenace. En 1995, il est élu maire. En décembre 2004, la mairie de Calvi demande le déclassement d'une grande partie de la pinède. En bout de course, le maire n'a pas gain de cause. La loi Littoral devient un cauchemar. Mais le président du Conseil exécutif ne s'avoue pas vaincu. Il remet son projet de désanctuarisation dans le PADDUC... sans omettre de bien faire figurer ses terres dans des espaces dûment déclassés. Sans commentaire.

Porto-Vecchio: un nouveau complexe golfique sur le terres du cousin du président de l'Assemblée de l'île


Le lotissement de luxe Punta d'Oru.
Camille de Rocca Serra, l'actuel président de l'Assemblée de l'île, a obtenu en 1988 et en 1998 la possibilité de construire quelque 70 villas de luxe, dans son lotissement de Punta d'Oru. Situés entre le golfe de Santa Giulia (1) et la plage de Palombaghja, face au parc marin international des Bouches de Bonifacio, dans un espace exceptionnel, les terrains de Camille de Rocca Serra étaient, théoriquement, absolument intouchables.
Regardons maintenant ce qui se passe à l'extrême Sud de l'île. Porto-Vecchio, le fief du clan Rocca Serra dont Camille, l'actuel président de l'Assemblée de l'île, a obtenu en 1988 et en 1998 la possibilité de construire quelque 70 villas de luxe, dans son lotissement de Punta d'Oru... la bien nommée! Situés entre le golfe de Santa Giulia (1) et la plage de Palombaghja, face au parc marin international des Bouches de Bonifacio, dans un espace exceptionnel, les terrains de Camille de Rocca Serra étaient, théoriquement, absolument intouchables. Et, pourtant, ce sont bel et bien les services de l'Etat qui, en détournant les yeux de la loi, ont concédé ce privilège au chef du clan de l'Extrême Sud de l'île. Un privilège qui, il faut bien le reconnaître, vaut de l'or! C'est ici que le célèbre acteur Christian Clavier a choisi de bâtir sa désormais fameuse demeure corse.

Maintenant, il est intéressant de remarquer que dans le Plan Local d'Urbanisme, arrêté par la municipalité, un projet de construction d'un nouveau complexe golfique de 48 hectares apparaît à Porto-Vecchio. Le projet est d'envergure, et comprend hôtels, restaurants, commerces et résidences. Il est situé à peine au-dessus du magnifique "Golfo di sogno" (le golfe des rêves), sur des terres actuellement agricoles. Ce secteur avait été classé en 2001 "espace remarquable" par les services de l'Etat, avant d'être finalement déclassé sous la pression de la mairie … dont le maire à cette époque était … Camille de Rocca Serra. Porto-Vecchio est une ville influente. Le déclassement de ces terres que l'Etat avait projeté de rendre inconstructibles car "remarquables" au sens de la loi Littoral, a permis de les rendre constructibles dans le PADDUC et le PLU …

A lire aussi:

Tourisme bling-bling: La bataille de Bonifacio
De l'argent, du béton et beaucoup, beaucoup de pressions.
Découvrez l'intégralité de notre dossier exclusif:

8 pages PDF à télécharger

Téléchargement immédiat au moyen du service Allopass
1,50 euros par SMS
Nos abonnés peuvent télécharger le dossier en cliquant ici


Espace abonnés: 100% sans pub

Abonnement d'essai: 4 euros
et la valeur de ces terres s'est envolée. Ne vous trompez pas pour autant. Ces terres n'appartiennent pas à Camille de Rocca Serra, qui s'est déjà bien loti à Punta d'Oru. Les terrains en question sont la propriété de son cousin germain. En Corse, on le sait, la famille est importante... Tout comme l'immobilier, un secteur qui aiguise les intérêts dans bien de milieux…

C'est sûrement un hasard, mais lorsque Richard Casanova, présenté comme l'un des "big boss" de la redoutable bande de la Brise de mer, a été abattu le 23 avril 2008 à Porto-Vecchio, les enquêteurs ont retrouvé dans sa voiture des documents concernant les nouveaux plans d'urbanisme de la commune. Visiblement intriguée, la police judiciaire d'Ajaccio a même effectué des perquisitions et entendu Georges Mela. "Je n'avais aucun lien avec Richard Casanova, même s'il a dû m'arriver de le croiser à Porto-Vecchio", a précisé ce dernier à nos confrères de L'Express. Georges Mela est le maire de Porto-Vecchio… Depuis que Camille de Rocca Serra, député et président de l'assemblée de Corse, lui a confié ce fauteuil. Cumul des mandats oblige!

Pianottoli-Caldarellu: les terrains familiaux du président de l'Office de l'Environnement


Jérôme Polverini, président de l'Office de l'Environnement de la Corse, conseiller exécutif, et maire de la commune de Pianottoli-Caldarellu, a fait déclasser, dans la cartographie du PADDUC, les propres terrains de famille.
Jérôme Polverini, est le président de l'Office de l'Environnement de la Corse. En 2001, lors des "accords de Matignon", c'est bel et bien Monsieur Jérôme Polverini qui a été à l'origine de la rédaction du fameux article 12 du nouveau projet de loi sur la Corse. Un texte, rejeté par les députés, qui aurait permis de déroger à l'application de la loi Littoral sur l'île.

Jérôme Polverini est aussi conseiller exécutif. Il a personnellement élaboré le nouveau PADDUC, avec Monsieur Ange Santini, le président du Conseil exécutif de Corse. Nous sommes donc allés voir ce que prévoyait le nouveau Plan d'aménagement à Pianottoli-Caldarellu, la commune dont Monsieur Polverini est maire.

Décidément, le Conseil exécutif de la Collectivité territoriale a été très attentif au sort des propriétés, proches du rivage, de la famille Polverini. En effet, aussi bien Jérôme, le président de l'Office de l'Environnement, que sa sœur Marie Josée, peuvent constater que leurs terrains, inconstructibles puisque répertoriés dans l'atlas établi par les services de l'Etat dans l'espace remarquable numéro 54, sont désormais déclassés dans le nouveau PADDUC. Si le document est approuvé, dans l'état, ces terres ne seront plus forcément protégées des pelleteuses.

Pour bien comprendre le contenu réel du PADDUC, du point de vue foncier et de la loi Littoral, nous vous invitons à regarder le diaporama, très instructif, réalisé par l'association de défense du littoral
"U Levante"
Ainsi donc Monsieur le conseiller exécutif et maire de la commune, a fait déclasser, dans la cartographie du PADDUC, les propres terrains de famille… Il faut bien admettre que ce n'est pas proprement ce qu'on appelle une saine attitude citoyenne.

En Corse, on entend souvent dire: les politiques sont aux "affaires"!
Et, que remarque-t-on, dans les cas précis dont nous nous sommes intéressés?

Trois élus, directement responsables de la rédaction du Plan d'aménagement de la Corse, directement impliqués dans des gestions de communes littorales, qui semblent s'être d'abord occupés… de leurs propres affaires!
Sans vergogne aucune.









"Désanctuarisation" de la Corse:
A la suite de notre article du 4 septembre 2008, les trois responsables de la Collectivité territoriale: Monsieur Camille de Rocca Serra, président de l'assemblée de Corse, Monsieur Ange Santini, président de l'Exécutif et Monsieur Jérôme Polverini, président de l'Office de l'Environnement ont réagi... Sans démentir nos informations!

Par Enrico Porsia


Mardi 9 septembre 2008


Nous pouvons affirmer que la famille Gazzano, les propres cousins germains de Monsieur Camille de Rocca Serra, n'ont pas un seul projet golfique en chantier, mais bel et bien deux. Outre le complexe de Golfo di Sogno (ci-dessus) qui se situe sur un terrain de 48 hectares, sur un espace remarquable répertorié par les services de l'Etat et qui a été déclassé grâce à l'intervention du maire de la ville... qui, à l'époque, était Monsieur de Rocca Serra en personne, un deuxième projet de golf (ci-dessous), d'une superficie totale de 560.000 m2 (56 ha) situés entre le lieu-dit Murtonu et le hameau de Bocca d'Oru sur un secteur figurant sur la carte Agro-Sylvo-Pastorale de la Direction départementale de l'agriculture et de la forêt...


Le président de l'assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra a confirmé à nos confrères de France3 (19/20 régional du 7 septembre 2008) nos informations: "Je ne peux pas, je dirais, empêcher à un membre de ma famille de vouloir valoriser un projet à partir du moment où il participe à une action, je dirais, qui est compatible avec le projet de PLU de Porto-Vecchio et compatible avec toutes les règles d'urbanisme y compris, je dirais bien sûr, préalablement la loi Littoral". Bien sûr...

Nous nous permettons simplement de faire remarquer à Monsieur le président de la Collectivité territoriale que le projet en question se situe sur un terrain de 48 hectares, sur un "espace remarquable" répertorié par les services de l'Etat et qui a été déclassé grâce à l'intervention du maire de la ville... qui, à l'époque, était Monsieur de Rocca Serra en personne. Nous nous permettons encore de souligner que les terres appartenant à ses cousins, situées au-dessous de Golfo di Sogno, sont de très bonnes terres agricoles et que, si demain le PADDUC devait être voté en l'état, un nouveau complexe immobilier et golfique remplacerait l'ancien espace remarquable et l'actuel terrain agricole.

Mais ce n'est pas tout. Nous pouvons en effet affirmer que la famille Gazzano, les propres cousins germains de Monsieur Camille de Rocca Serra, n'ont pas un seul projet golfique en chantier, mais bel et bien deux. Outre le complexe de Golfo di Sogno, on voit très bien apparaître sur le nouveau Plan Local d'Urbanisme un deuxième projet de golf, d'une superficie totale de 560.000 m2 (56 ha) situés entre le lieu-dit Murtonu et le hameau de Bocca dell'Oru sur un secteur figurant sur la carte Agro-Sylvo-Pastorale de la Direction départementale de l'agriculture et de la forêt et reprise sur le schéma d'aménagement de la Corse (1992) en terre à vocation agricole.


"Ma propriété ne serait absolument pas rendue constructible par le PADDUC, car elle est déjà construite et elle est construite depuis 1971 par ma sœur et depuis 1995 par moi-même". Monsieur Polverini ne nous dit pas l'exacte vérité. En effet, uniquement deux maisons (encerclées en rouge) sont bâties sur les quatre parcelles de la famille Polverini, comme on peut le voir dans cette superposition du plan cadastral sur une image satellite Google.





Commune de Pianottoli-Caldarellu
Dans l'atlas établi par les services de l'Etat, les espaces remarquables, inconstructibles, sont indiqués en vert pointillé.
Dans le projet du PADDUC, certains espaces remarquables ont été supprimés. En vert, sont indiqués les espaces remarquables conservés.
(1) dans cette zone proposée à la déclassification, sont situés des terrains de la famille Polverini.
(2) les terrains de ses voisins restent en espace protégé.
Une terre, de propriété de la famille Gazzano, qui est située au-dessous de la propriété de la famille Rocca Serra à Punta d'Oru. Décidément, le président de l'assemblée de Corse est très sensible aux projets immobiliers et golfiques de ses cousins!

Jérôme Polverini, le président de l'Office de l'Environnement de la Corse balaie d'un revers de manche nos informations: "Ma propriété ne serait absolument pas rendue constructible par le PADDUC, car elle est déjà construite et elle est construite depuis 1971 par ma sœur et depuis 1995 par moi-même". Nous voilà sans voix. Eh oui, car Monsieur Polverini ne nous dit pas l'exacte vérité. En effet, uniquement deux maisons sont bâties sur les quatre parcelles de la famille Polverini. Une maison sur un terrain de Jérôme et une autre sur celui de sa sœur. En revanche, les deux autres parcelles, sont vierges de toute construction. Nous sommes formels.
Monsieur le conseiller exécutif doit sans doute avoir eu un petit oubli passager...

Mais voilà, il y a une autre affirmation du président de l'Office de l'Environnement qui nous laisse perplexes. Monsieur Polverini prétend en effet que sa propriété "n'a aucune valeur écologique", car "elle n'est pas située en ZNIEFF (Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique)". Dommage qu'une ZNIEFF ne soit pas le seul critère de classement des services de l'Etat et que la propriété de Jérôme Polverini a bel et bien été répertoriée dans l'espace remarquable n°54.

Enfin, Monsieur Polverini précise avec force: "Nous ne vendons pas les biens de famille…" Nous n'avons aucune raison de ne pas le croire. La seule chose que nous pouvons affirmer, c'est que dans la carte communale de Pianottoli-Caldarellu, parue en 2007, le maire Jérôme Polverini n'a pas omis de faire figurer deux parcelles (sur quatre) de sa propriété (et de celle de sa sœur) en zone urbanisable. Pour en faire quoi? Sûrement pas pour les vendre, c'est Monsieur Polverini lui-même qui l'affirme… Mais pas forcément pour les laisser en l'état non plus...




Dommage que, le président du Conseil exécutif, n'ait pas voulu réagir aussi aux informations publiées par Amnistia.net.
Pas un seul mot sur son camping de 5 hectares dans l'espace boisé classé et destiné, très prochainement, à la déclassification. Regardez vous-mêmes: voici le plan du camping affiché sur le site Internet de "La Pineda". Et voici le nouveau plan du PADDUC. Comme on peut le constater, le camping de la famille Santini se retrouve dans une poche à "désanctuariser", matérialisée par une tâche blanche sur le plan.
Et, Monsieur Ange Santini? Le président du Conseil exécutif n'était pas content. Et, il s'est tu un long moment. Ensuite, il a esquivé les caméras de France3 Corse, pour s'exprimer, par communiqué, dans les colonnes de Corse Matin.

Ici, le président du Conseil exécutif s'en est pris, pêle-mêle à "des organisations extrémistes qui ont engagé une opération médiatique d'envergure"... aux "ayatollahs verts et les prêtresses de la Nature vierge", sans omettre les "habituels censeurs et donneurs de leçon qui, pour avoir toujours vingt ans, se croient encore en mai 1968".

C'est pourtant dommage que, le président du Conseil exécutif, n'ait pas voulu réagir aussi aux informations publiées par Amnistia.net.
Pas un seul mot concernant la SCI U Serenu dont Monsieur Ange Santini assure pourtant, de nos jours encore, la gérance. Pas un seul mot sur les activités de cette société immobilière, présente depuis 1992 dans la pinède de Calvi. Et comble, pas un seul mot sur son camping de 5 hectares dans l'espace boisé classé et destiné, très prochainement, à la déclassification.

A lire aussi:

Plan d'aménagement de la Corse: L'extraordinaire destin des terrains du président du Conseil exécutif, du président de l'Office de l'Environnement et du cousin du président de l'Assemblée de l'île.
Une passionnante histoire de familles, d'argent et de béton!

Dossier exclusif Tourisme bling-bling: La bataille de Bonifacio

Corse: Petits arrangements pour enterrer la loi

Corse - Bonifacio: L'enfant du pays, le notable de Neuilly et le banquier suisse

Sarko en Corse: Argent public et hôtels de luxe

Enquête exclusive Corse: la fièvre immobilière de l'extrême sud

Dossier spécial Corse: Un littoral en béton?

Tout le Dossier Corse

Pour bien comprendre le contenu réel du PADDUC, du point de vue foncier et de la loi Littoral, nous vous invitons à regarder le diaporama, très instructif, réalisé par l'association de défense du littoral
"U Levante"
Dans son communiqué, Monsieur Santini, nous parle uniquement d'un "terrain de 1000 m2 réservé à la constructibilité dans la pinède de Calvi". Mais, figurez-vous, que c'est pour la bonne cause: la création d'un centre pour la Jeunesse!
1000 m2, c'est pourtant bien peu au regard des zones déclassées qui apparaissent sur les plans du projet du PADDUC.
Et pourtant, pas une ligne, pas une phrase, pas un mot, rien dans le communiqué rendu public par Monsieur Ange Santini.

En revanche, le président du Conseil exécutif se fait un devoir de nous préciser sa conception, très originale, de la transparence. Le responsable politique, Ange Santini, ne s'exprime pas uniquement en son nom:
"Mes amis Camille de Rocca Serra et Jérôme Polverini, comme moi-même, nous n'avons certainement pas de compte à rendre sur ce que nous sommes et faisons dans notre vie privée, car nous n'avons à rougir de rien".

Et nous voilà rassurés!
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Sep - 14:04 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 16:05 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Réaction des militants de la refondation suite aux convocations policières dans "l'Affaire Clavier"


http://www.unita-naziunale.org/portail/DOSSIER-UNITA/2008_clavier-rossi.htm


Le 11 septembre 2008 : (13:10 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org - Corse - Lutte de Masse) Militant(e)s et sympathisant(e)s de la Refondation Nationale, nous sommes aujourd'hui convoqués pour nous « expliquer » devant la gendarmerie et la justice (sic !) françaises sur une prétendue « violation de domicile à l'aide de manœuvres, menace, voie de fait ou contrainte ».

Nous réfutons totalement les termes mensongers de cette procédure qui survient dans la suite logique des propos provocateurs du promoteur immobilier M. Camille de Rocca – Serra, accessoirement président de la Collectivité territoriale.

Nous ne sommes comptables que devant toutes les femmes et hommes qui forment la communauté corse toujours niée dans son identité.

Nous sommes comme beaucoup d'autres les enfants de cette terre corse que quelques uns ont décidé de brader sous les injonctions de la finance internationale.

Nous réaffirmons notre exigence du retrait du PADDUC, véritable mise en coupe réglée de la Corse.

La répression dont nous sommes l'objet n'est que la démonstration d'un fonctionnement policier et judiciaire totalement vassalisé, preuve s'il en est que la France n'est un pays ni d'égalité, ni de liberté. Les droits de l'homme n'y sont pas respectés, les droits des riches et autres nantis, eux sont privilégiés…

Nous sommes et demeurons des personnes libres, qu'aucun diktat ne viendra impressionner.

A TARRA HE DI U POPULU !

Paul Félix Benedetti , Marie Claude Branca, Joseph Colombani, Gérard Dykstra, Pierre Poggioli, Jean Marie Poli, Rosa Prosperi, Olivier Sauli, Véronique Sciaretti, Jean-Guy Talamoni

Dossier "Spéculation" sur Unità Naziunale : Lire le dossier ici
Dossier Clavier Rossi : La république Bananière
Source photo : Unità Naziunale, Archives du site.
Source info : Unità Naziunale
© UNITA NAZIUNALE
_________________
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 22:57 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Tant que tu n'auras pas présenté les excuses du peuple Corse (qui a fait sauter sa baraque) à Siné je t'interdis de parler de Corse sur mon forum...

Si nécessaire j'effacerai tous les fils qui évoquent cette île répugnante !

Un peu c'est bien mais trop c'est trop...

Et là c'est beaucoup trop !

Je ne le dirais pas deux fois : c'est EXCUSES ou disparition subite de tous les fils concernant la Corse : j'en ai soupé des nazis de tout poil, des tarés qui condamnent et qui exécutent en se croyant dans leur droit.

Ici c'est chez moi, j'avais prévenu dès le début : on ne chie pas sur les tapis, on ne fait pas briller ses chaussures avec les rideaux et on n'encule pas les bonnes...

C'est à prendre ou à laisser.

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
sili


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 191
Localisation: fr

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 23:36 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Patrice Guyot a écrit:
Tant que tu n'auras pas présenté les excuses du peuple Corse (qui a fait sauter sa baraque) à Siné je t'interdis de parler de Corse sur mon forum...
Si nécessaire j'effacerai tous les fils qui évoquent cette île répugnante !

Un peu c'est bien mais trop c'est trop...

Et là c'est beaucoup trop !

Je ne le dirais pas deux fois : c'est EXCUSES ou disparition subite de tous les fils concernant la Corse : j'en ai soupé des nazis de tout poil, des tarés qui condamnent et qui exécutent en se croyant dans leur droit.

Ici c'est chez moi, j'avais prévenu dès le début : on ne chie pas sur les tapis, on ne fait pas briller ses chaussures avec les rideaux et on n'encule pas les bonnes...

C'est à prendre ou à laisser.

***




maintenant, tu comprends pourquoi je ne tenais pas trop à la fusion du foirum avec ton forum...
_________________
Défendre une idée n’implique pas forcement qu’on y adhère
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 14:54 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

bonjour quand même , mieux que des excuses qui ne seraient être appropriées à quelqu'un qui se moque de la mort de personnes qu'il ne connait pas , j'ai répondu dans le fil , que siné soit un pourfendeur de cons , ça me convient , mais parfois même le plus "libertaire" devrait faire preuve de retenue .........devant justement le manque de preuves !
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 15:23 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

C'est le vent qui a fait tomber sa maison ?

Il sentait la poudre, ce jour là !

P.S. : (pour Sili), monter un forum c'est pas tellement évident, il faut des participants et il n'y a pas de raison de laisser des couillons chier dans les plates bandes...

Surtout que si on l'accepte le forum disparaît faute d'intervenants (le Foirum en est un excellent exemple)...

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 15:37 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Patrice Guyot a écrit:
C'est le vent qui a fait tomber sa maison ?

Il sentait la poudre, ce jour là !

P.S. : (pour Sili), monter un forum c'est pas tellement évident, il faut des participants et il n'y a pas de raison de laisser des couillons chier dans les plates bandes...

Surtout que si on l'accepte le forum disparaît faute d'intervenants (le Foirum en est un excellent exemple)...

***


pour te dérider , je dirais que quelques fois un couillon qui chie dans les plates bande , cela apporte de l'engrais et enrichit la végétation , en l'occurrence aujourd'hui hui , une grosse plante carnivore qui ma bouffé la tronche Laughing Laughing Laughing
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 16:38 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

C'était un chien, ta plante, ou quoi ?

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 16:46 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Patrice Guyot a écrit:
C'était un chien, ta plante, ou quoi ?

***


non , c'etait toi Laughing Laughing Laughing
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Betty Boop


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 674

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 16:48 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Mazette !

Che, tu es devenu le porte-parole du peuple corse ? T'es bien payé au moins ?

Et les terroristes nationalistes sont devenus les représentants des Corses ? Quand est-ce que les Corses ont viré leur députés ?


Mort de Rire
_________________
Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'État te le demande.
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Dim 14 Sep - 16:55 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Betty Boop a écrit:
Mazette !

Che, tu es devenu le porte-parole du peuple corse ? T'es bien payé au moins ?

Et les terroristes nationalistes sont devenus les représentants des Corses ? Quand est-ce que les Corses ont viré leur députés ?


Mort de Rire


je fais ça gratos , et je m'en prend plein la tronche Laughing
virer tous ces corses clanistes , les fossoyeurs , un rêve qui deviendra un jour réalité !
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Lun 15 Sep - 13:51 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

FRONT UNI CONTRE CE PADDUC
Fronte Unitu contr'à stu Padduc
Plan d’Aménagement et de Développement DUrable de la Corse
• Parce que nous voulons un développement réellement durable pour les générations à venir, au service de la lutte contre les inégalités et contre la pauvreté,
• Parce qu’il n’y a pas de développement durable et humain sans une démocratie où les citoyens puissent s’impliquer, où les élus font confiance aux citoyens,
• Parce que ce projet de Padduc ne répond à aucune de ces conditions

Signer la pétition - Voir les signataires

http://cll-corse.org/petition/index.php?petition=3&signe=oui

Le Padduc en vidéo - Télécharger le Padduc

Document stratégique,qui engage l’avenir de la Corse, accessible depuis un mois, élaboré à l’abri du regard des citoyens et soustrait au débat public dans son élaboration, le Padduc est irrecevable tant dans la forme que sur le fond. Il est contraire aux intérêts collectifs de tous les Corses.

En effet,

* les priorités économiques sont fondées sur une mono-activité touristique littorale et une économie résidentielle,
* une centaine d’espaces remarquables littoraux perdent leur statut de protection et s’ouvrent à l’urbanisation,
* les terres agricoles ne sont plus protégées,
* la gestion durable des ressources en eau est mise en péril,
* de dangereux projets sont programmés concernant la gestion des déchets, l’énergie, les transports,
* le volet social est inexistant,
* la dimension culturelle, invoquée pourtant comme alibi en permanence, disparaît au bénéfice d'une vague notion de "loisirs",
* ce Padduc oriente l’économie vers la spéculation, la vie chère, le logement inaccessible, au détriment d’une économie de production,
* les choix de ce Padduc impliquent le travail saisonnier, sous qualifié, précaire,
* les charges des infrastructures nécessaires à ce type de développement reposent sur les seuls contribuables locaux,
* ce Padduc participe à la perte des valeurs et à la disparition programmée de notre identité.

Ce modèle mise sur un tourisme massif, un accroissement de l’économie résidentielle, un déséquilibre démographique, un déséquilibre entre le littoral et la montagne, une bétonisation des côtes, une disparition de l’agriculture, une dégradation sociale. Un tel modèle est aujourd’hui, partout, en complet échec. Dans ce type de société, la démocratie régresse, le pouvoir des clans s’intensifie, les grandes multinationales et l’argent douteux gèrent l’économie et le politique.

* Parce que nous voulons un développement réellement durable pour les générations à venir, au service de la lutte contre les inégalités et contre la pauvreté,
* Parce qu’il n’y a pas de développement durable et humain sans une démocratie où les citoyens puissent s’impliquer, où les élus font confiance aux citoyens,
* Parce que ce projet de Padduc ne répond à aucune de ces conditions,

Nous disons :
NON A CE PADDUC
Ce Padduc doit être retiré.
Nous appelons tous les citoyens, les membres du Conseil économique social et culturel de Corse, ceux du Conseil des sites et les élus de l’Assemblée de Corse à s’associer à notre refus.

Les signataires, au 13 septembre 2008

Associations :
Collectif pour la loi Littoral
Collectif contre l’incinération des déchets
A Noscia Tarra
A Sentinella (Galeria)
A Voce di U Misincu
Abcde
Adez
Adisc
Adre
Aria Linda,
Arinella de Brandu
Asmsco
Corti capitale
Crapnec
Cumitatu di u Nebbiu
Figari Piaghj’è Monti
Garde
Idees
I Sbuleca Mare
Inseme per Aiacciu
Inseme per Bastia
La Ligue des Droits de l’Homme
L’Erbaghju
Purti Vechju Altrimente
Sabbia
Surfrider Corsica
U Levante
U Pinzalone
U Polpu
U Taravu

Syndicats :
Cfdt
Stc
Unsa
Via Campagnola

Institutions :
Chambre d’Agriculture 2A

Organisations politiques :
Chjama Naziunale
Démarche de refondation (Corsica Nazione Indipendenta, Rinnovu, Anc-Psi, Strada Dritta)
I Verdi Corsi
Manca Naziunale
Pnc
Via Prugressista

Signer la pétition - Voir les signataires

Le Padduc en vidéo - Télécharger le Padduc

pétition réalisée avec le logiciel libre phpPetitions
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 13:29 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

salut , suite de l'affaire du PADDUC , reportage , vidéos .

http://www.unita-naziunale.org/portail/2008actu/Septembre2008/180908-visite…
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mar 23 Sep - 12:16 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

http://www.bakchich.info/article5118.html


COUPS DE BOULE
Chut… des journalistes osent enquêter en Corse
Coup de boule / lundi 22 septembre par Xavier Monnier





Le 4 septembre dernier, une petite bombe était lâchée sur le net. Sur amnistia.net plus exactement, un site qui s’est spécialisé dans les enquêtes sur le petit milieu corse. L’information était toute simple. Lumineuse même. La loi sur le littoral, qui protège tant le littoral de l’île de Beauté qu’il empêche les promoteurs immobiliers de réaliser de jolies opérations, allait être une fois de plus rognée. Le littoral désanctuarisé. Le règne du béton s’installe un peu plus. En cause, comme l’avait relayé Bakchich, « le projet du Plan d’Aménagement et de Développement Durable de la Corse (PADDUC) a été arrêté… et révise un peu la carte des terrains inconstructibles.
Par un hasard sans doute polyphonique, les terrains inconstructibles des « porteurs » de ce plan sont désormais propices à une exploitation plus immobilière. Une malheureuse concordance relevée et développée dans une enquête de l’excellent amnistia.net. Principaux hérauts et bénéficiaires du projet (qui sera débattu à l’Assemblée de Corse à l’automne), Ange Santini, le président du conseil exécutif, Jérôme Polverini, patron de l’office environnemental de l’île et Camille de Rocca Serra, président de l’Assemblée de Corse… et voisin de Christian Clavier. »
Un joli pavé dans la mare d’une île où la terre et sa préservation a un sens. Mais il faut croire que les valeurs se perdent. Ou alors que dans la belle fraternité des journalistes, mieux vaut étouffer le confrère qui prend le risque de sortir une info, que froisser un élu.
Ainsi le 15 septembre, le club de la presse de Radio France Corse, courageusement, évoque la question dudit nouveau plan d’aménagement. Et, portant la plume dans la plaie, sans jamais citer amnistia.net, Joseph Guy Poletti, directeur et éditorialiste du mensuel Corsica, déclare : « J’ai quand même été choqué par ce que j’ai lu sur l’Internet et ces délations… » – Phrase en suspend – « Balancer des noms comme ça à la vindicte publique…. ».
Une enquête, documentée, non démentie par les intéressés, voilà ce qui constitue de la « délation ». Expliquer que des élus se taillent une petite part dans le gâteau immobilier de l’île revient à les balancer à la vindicte publique. Aucun journaliste présent dans l’émission n’a moufté. Et après avoir demandé une réaction à amnistia.net, les gentils salariés de Radio France Corse, Frequenza Maura, se sont rétractés et n’ont pas diffusé la réponse d’amnistia.
Etouffer l’information, noyer les enquêtes, ne pas divulguer de petits secrets d’élus. Un magistral cours de déontologie, comme seuls peuvent les dicter le courage et la droiture. Et dire qu’une majorité de la population ne fait plus confiance aux journalistes. Étonnant !
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Lun 29 Sep - 11:22 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

uncited a écrit:
www.unita-naziunale.org - Corse - Lutte contre la pipolisation de Masse) En pleine polémique sur les velléités immobilières des stars sur l'Ile de Beauté, voilà qui va ajouter à ce dossier explosif : Christine Ockrent devrait recevoir prochainement la visite d'un huissier la sommant de payer 1 500 euros, rapporte le JDD.

La journaliste, qui possède déjà une villa du côté du domaine de Sperone (dont le golf est devenu tristement et juridiquement célèbre, symbole de cette flambée immobilière en Corse), avait acquis il y a un certain temps un autre terrain sur la commune de Bonifacio. Elle en avait revendu une partie à Karl Zéro, conservant l'autre dans le but d'y faire construire une résidence. Mais l'ACBDE s'était intéressée à ce dossier : comme à de nombreuses reprises, l'Association Bonifacienne Comprendre et Défendre l'Environnement avait saisi la justice, qui lui a donné raison, annulant le permis de construire délivré à Christine Ockrent et la condamnant à verser 1 500 euros à l'association.

Cette dernière attend toujours son chèque, et a donc mandaté un huissier pour délivrer un commandement de payer à la compagne de Bernard Kouchner. En manque de liquidités ?




uncited a écrit:

La voix et l’image de la France dans le monde n’ont pas de prix. Les patrons de l’audiovisuel extérieur français, France Monde pour les non initiés, ont le leur : un million d’euros pour Alain de Pouzilhac et Christine Ockrent.

La refonte de l’audiovisuel extérieur français, si subtilement baptisée AEF [1], n’inquiète pas que les salariés de RFI, France 24 ou TV5 et autres. Elle fait aussi grimper aux rideaux la très institutionnelle et d’habitude peu expressive Direction de développement des médias (DDM). Non que l’office gouvernemental s’inquiétât de la ligne éditoriale du futur ensemble ou du sort des salariés éjectés. La DDM est tout simplement tombée sur la fiche de paie de l’hydre à deux têtes de l’ensemble, la directrice générale Christine Ockrent et le président Alain de Pouzilhac : un million d’euros brut annuel avec les charges sociales pour les deux compères. Bon, dit comme ça, cela paraît gros.


http://www.bakchich.info/article5086.html

_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:05 (2016)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Nos passions... Sans limite ! -> Vive la Corse, terre de résistance ! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com