Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

TERRA CORSA RISERVA INDIANA
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Nos passions... Sans limite ! -> Vive la Corse, terre de résistance !
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 2 Oct - 14:25 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant




http://cll-corse.org/petition/index.php?petition=3&signe=oui



c'est beau la corse Okay


_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 2 Oct - 14:25 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 20:28 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

PANTALONADE SUiTE A PUNTA D'ORU
Plusieurs militants et militantes ont reçu des convocations de la gendarmerie suite à l'action symbolique de Punta d'Oru.


PANTALONADE SUiTE A PUNTA D'ORU
Ce mercredi, des militants et militantes nationalistes ont reçu la visite de la gendarmesque venue porter des convocations à témoin.
Cela suite à une enquête préliminaire du parquet pour "violation de domicile à l'aide de manoeuvre, menace, voies de fait ou contrainte."

Les organisations patriotiques se sont déja exprimées publiquement sur le sujet. Elles ont confirmé ce qu'ont affirmé tous les autres témoins : il n'y a eu ni manoeuvres, ni menaces, ni voies de fait, ni contraintes.

A contrario, les accusations mensongères du président de l'assemblée de Corse sont bien avérées.

Le casting de 10 militants et militantes est mis en place à des heures et endroits différents vendredi 12

communiqué de presse
"Militant(e)s et sympathisant(e)s de la Refondation Nationale, nous sommes aujourd'hui convoqués pour nous « expliquer » devant la gendarmerie et la justice (sic !) françaises sur une prétendue « violation de domicile à l'aide de manœuvres, menace, voie de fait ou contrainte ».
Nous réfutons totalement les termes iniques et mensongers de cette procédure qui survient dans la suite logique des propos provocateurs et fallacieux du promoteur immobilier M. Camille de Rocca – Serra, et accessoirement président de la Collectivité territoriale.
Nous ne sommes comptables que devant toutes ces femmes et hommes qui forment la communauté corse toujours niée pour son identité.
Nous sommes comme beaucoup d'autres les enfants de cette terre insulaire que quelques-uns ont décidé de vendre et d'avilir sous les injonctions de la finance internationale.
Nous réaffirmons notre exigence du retrait du PADDUC, véritable mise en coupe réglée de la Corse.
La répression dont nous sommes l'objet n'est que la démonstration d'un fonctionnement policier et judiciaire totalement vassalisé, preuve s'il en est que la France n'est pas un pays ni d'égalité, ni de liberté. Les droits de l'homme n'y sont pas respectés, les droits des riches et autres nantis sont eux couverts…

Nous sommes et demeurons des personnes libres, qu'aucun diktat ne viendra impressionner.

A TARRA HE DI U POPULU !
"Paul Félix Benedetti , Marie Claude Branca, Joseph Colombani, Gérard Dykstra, Pierre Poggioli, Jean Marie Poli, Rosa Prosperi, Olivier Sauli, Véronique Sciaretti, Jean-Guy Talamoni.

Vendredi, les personnes convoquées sont restées quelques minutes dans les locaux de la gendarmerie. Les mouvements s'étant exprimés sur cette question elles n'avaient rien à déclarer de plus. A Ghisonnaccia, un lacher de coq a eu lieu. Puisque que des honorables correspondants annonçaient aux médias français que les nationalistes avaient jeté un coq mort dans la piscine. Cela permettra de reconstituer la basse cour...

Jean Guy Talamoni, avocat par ailleurs, a déclaré à RCFM "qu'il n'était pas nécessaire d'être un grand juriste pour comprendre que la violation de domicile n'était pas fondée ni juridiquement, ni moralement." Selon lui, "le parquet s'il engage des poursuites va continuer de se ridiculiser comme cela a été le cas dans l'affaire de la déclaration de la manifestation du 12 janvier."

Mercredi 10 Septembre 2008
js
Lu 296 fois
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Dim 12 Oct - 15:26 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Samedi 11 octobre 2008
Tract intégral du FLNC -UC distribué lors du départ de Carbuccia (tour de Corse)


Depuis 1769 la Corse est occupée et annexée par la France.
Conquise militairement, les troupes françaises ont combattus les troupes Paoliste à ponte novu, mettant fin à une expérience de trente années d’une République Corse Indépendante très influente dans le siècle des Lumières.

Il s’en suivit une répression aveugle et meurtrière à l’encontre des Patriotes qui poursuivaient la résistance contre les troupes françaises jusqu’à l’épisode du Fium’Orbu et du Niolu ou une vingtaine d’entre eux furent pendus sans aucune forme de procès, dont Marcu Maeia Albertini, un jeune Beger de 14 ans.

Dès lors la France n’a cessée de nous spolier : mobilisations massives des jeunes Corses lors des deux guerres Mondiales, colonisation de peuplement avec les pieds noirs rapatriés d’Algérie, destruction de toute économie productive et notamment de l’agriculture traditionnelle, interdiction de parler Corse à l’école et dans les lieux publics…

Deux siècles et demi plus tard, la situation n’a pas beaucoup changée :

La France continue d’exploiter l’ile, s’appuyant sur quelques familles locales qui entretiennent clanisme et clientélisme ; elle maintient notre ile sous dépendance économique de grands groupes financiers et réserve notre littoral et notre environnement naturel à ses « élites » qui viennent y passer vacances et retraites dorées.

Les financements du P.E.I, destinés initialement à rattraper le retard structurel et historique de la Corse, servent en fait à alimenter les marchés publics locaux au seul profit de grands groupes français : VEOLIA, SUEZ, TOTAL, BOUYGES en sont les grands bénéficiaires avec la bénédiction des élus du Clan qui s’engraissent au passage.

Pour exemple, VEOLIA est propriétaire des compagnies de transports Maritimes, du marché de l’eau, d’une milice privée de sécurité et bientôt des chemins de fer et du port de Bastia.

Le cout de la vie est plus élevé en Corse que partout ailleurs, les groupes de la grande distribution, CASINO aujourd’hui, LECLERC demain pratiquant des marges inacceptables.

Le Plan de développement de la corse (PADDUC) qui est censé donner les lignes directrices pour les 50 années à venir, ne nous propose qu’un seul axe : la dépossession de la Terre Corse et la multiplication de résidences secondaires pour milliardaires, Peoples ou retraités du Nord de l’Europe.

Sans contenu réel, il n’est en fait que la compilation des projets particuliers de quelques élus influents :

M. Rocca Serra : Président de l’assemblée de Corse et propriétaire de centaines d’hectares en bord de mer à Purti-Vechju (Punta d’Oru)
M. Santini : Premier ministre de la Corse et propriétaire terrien à Calvi, dont le fameux Camping « la pinède »
M. Giorgi : ministre du tourisme nous vente la corse comme « réserve naturelle de vacances » parodiant ainsi Mussolini qui en son temps voulais « la cage sans les oiseaux ».
Tous avaient prévu le déclassement de leurs terrains, sites remarquables, afin des les rendre constructibles.
Dans n’importe quelle démocratie du monde cette prise d’intérêts directe, aurait entraîné un scandale politique et la démission immédiate de ces « élus du peuple ».

Voila pourquoi les étrangers, propriétaires sur notre terre sont aujourd’hui les relais de la politique coloniale française, ils sont indésirables et priés de quitter l’ile au plus vite.

La liste des élus corrompus serait trop longue mais une chose est certaine, malgré la répression constante contre le Mouvement Nationale, la déportation loin de nos familles, le mépris des droits de l’homme, les détentions provisoires à rallonge et la négation des droits Nationaux du peuple Corse,

Le F L N C demeure l’héritier des Patriotes et Résistants Corses qui ont versés leur sang dans le Golu pour la Liberté.

Nous invitons les médias présent actuellement en Corse, à vérifier ces informations afin de faire connaître à l’opinion publique Internationale les pratiques politiques qui ont court en Corse, et qui, dignes d’une république bananière, servent les intérêts exclusifs de la « patrie des droits de l’homme » et des ses valets locaux.

A POPULU FATTU BISOGN’A MARCHJA

F.L.N.C
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Lun 13 Oct - 20:42 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

5 arrestazione sta mane u 13
Sottu l'ordine di i i ghjudice Fragnoli è Thiel, a Sdat ha arrestatu 5 parsonne stu luni matina. Una ghje a u cummissariatu di Bastia, l'altre sarebbenu indè quellu d'Aiacciu. CUMMUNICATU DI U CAR




5 arrestazione sta mane u 13
L’offensive répressive de l’état continue de se dimensionner et cible de plus en plus tous les espaces de l’expression de la revendication nationale corse.

Elle se matérialise par des vagues de rafles anti nationalistes qui concernent tous ceux qui de prêt ou de loin affichent leur sympathie politique envers la lutte de libération nationale et à la résistance des corses face à la politique destructrice de l’état français.

Rien n’est laissé au hasard, y compris le droit de manifester, qui désormais peut faire l’objet de poursuites judiciaires.

Y compris, le jeune garçon de 13 ans qui accroche au mur de sa chambre le portrait d’un patriote tragiquement disparu et à qui l’on inflige les inutiles pressions d’une garde à vue.

Y compris les incessantes décentes de la police politique (SDAT) , qui quotidiennement persécute les militants nationalistes et leurs familles, ainsi que les intimidations judiciaires récemment entamées à l’encontre de responsables politiques que l’on traine devant les tribunaux pour tenter de les faire taire et ainsi faire oublier que la situation faite à la Corse et à son peuple est gravissime.

Le CAR dénonce ces méthodes répressives aveugles et apporte son soutien à toutes les victimes de la répression et il appel l’ensemble des corses à rejeter ces pratiques
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mer 15 Oct - 18:30 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Rocca Serra, un Corse tout terrain
L’union fait la Corse / mardi 14 octobre par Xavier Monnier
http://www.bakchich.info:8080/article5419.html



Le terrain où siège la célèbre villa Clavier a fait l’objet d’un étrange permis de lotir, attribué au président de l’Assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra, à l’époque maire de Porto-Vecchio.

En Corse, comme Bakchich l’a déjà énoncé, terre et familles sont sacrées. Alors les terres de la famille n’en parlons pas. Et voilà sans doute l’une des explications à l’éviction aussi immédiate que rocambolesque du sieur Dominique Rossi de son poste de premier flic de Corse.

Petit rappel des faits. Après que de gentils nationalistes corses pique-niquent dans le jardin de Christian Clavier, pour protester contre le nouveau plan d’aménagement de l’île, Rossi est éjecté aussi sec.

Hurlement dans la presse, Sarko défend son pote Christian. Sûrement, mais pas seulement.

Pour peu que l’on fouine un peu dans l’historique des terrains sur lesquels a été construite l’humble demeure du comédien, l’on découvre une autre explication. L’ensemble des villas de luxes de Punta de Oru n’a pu voir le jour qu’après l’étrange délivrance d’un permis de « lotir », attribué à Camille de Rocca Serra, propriétaire des lieux, alors maire de Porto-Vecchio et désormais président de l’Assemblée territoriale corse, comme le révèle amnistia.net.


Bref, les natios ont aussi piétiné les terres sacrées des Rocca-Serra, grande famille de l’île. Et cela, Sarko ne le supporte pas. D’autant que ces terres ont été l’objet d’étranges tractations.

Précision intéressante, le permis de lotir ne porte pas le seing du préfet de l’île, seulement un tampon. Mieux, selon le site d’enquêtes, dont les informations sont confirmées par le témoignage du préfet de l’époque, le célèbre Bernard Bonnet, ce permis de lotir n’apparaît pas tout à fait en accord avec la loi littoral de 1986, qui vise à préserver le littoral corse du bétonnage massif…

Si le bon préfet Bonnet n’a pas à l’époque remis en cause ledit permis, c’est avant tout une question d’opportunité. « Le projet était bouclé et l’arrêté de lotir devait être mis à la signature du préfet Claude Erignac lorsqu’est survenu le drame du 6 février 1998. Je ne me suis pas senti alors autorisé à revenir sur cet accord, d’autant plus que je me suis trouvé au même moment contraint de remettre en cause un autre accord qui avait été donné par l’administration sur le POS de Bonifacio ».

Bref, le préfet n’avait pas voulu ouvrir deux fronts à la fois… Et Sarko, en épinglant Rossi, d’éviter que l’on fouille trop dans le passé de l’île…
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 20:19 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Le Comité Anti Répression dénonce la récente vague répressive

http://www.unita-naziunale.org/portail/2008actu/Oct2008/171008-CAR-ConfPres…
Le 17 octobre 2008 : (16:25 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org - Corse - Lutte de Masse) Au environ de 12H30, le Comité Anti Répression tenait une conférence de presse sous haute protection policière.

Voici le texte de la conférence de presse

Le comité anti répression dénonce l’offensive répressive de l’état qui s’amplifie et vise de plus en plus tous les espaces de l’expression de la revendication nationale Corse.

Elle se matérialise par des vagues de rafles antinationalistes, qui concernent tous ceux qui de prêt ou de loin, affichent leurs sympathies politiques envers la lutte de libération nationale et à la résistance des corses, face à la politique destructrice de l’état français.

Cette politique, aujourd’hui, cela ne fait plus aucun doute, s’articule autour d’un véritable programme de génocide culturel par substitution de population et par la confiscation de notre terre.

Mais plus grave encore, cette politique, l’Etat et ses relais locaux l’on bien comprit, ne pourra s’accomplir qu’à une seule condition : la neutralisation du mouvement national.

Cette neutralisation, voir cette éradication pour qu’elle soit efficace, doit nécessairement s’accompagner d’un processus répressif, véritable machine de guerre physique et psychologique, ciblant toujours plus fort les militants ou les sympathisants de LLN.

Alors pour ce faire, cette répression qui s’est intensifiée, ces derniers mois ne laisse rien au hasard :

-y compris le droit de manifester, qui désormais peut faire l’objet de poursuites judiciaires.

-Y compris, le jeune garçon de 13 ans à qui l’on inflige les inutiles pressions d’une garde à vue pour avoir accrocher au mur de sa chambre le portrait d’un patriote tragiquement disparu.

-Y compris, comme pour la dite affaire Clavier, les intimidations judiciaires récemment entamées et ordonnées au plus haut niveau de l’état à l’encontre de responsables politiques nationalistes que l’on trainent devant les tribunaux, pour tenter de les faires taires et ainsi faire oublier que la situation faite à la Corse et à son peuple est gravissime.

-Y compris l’interpellation pour une simple présomption de graffitis, qui actuellement occasionne une garde à vue et des poursuites judiciaires diligentées par la SDAT et le parquet anti terroriste de Paris à l’encontre d’un sympathisant nationaliste.

Et enfin les incessantes descentes de la police politique, qui quotidiennement persécute les militants nationalistes et leurs familles.

En effet depuis le début de la semaine la Corse est le théâtre de véritables assauts militaires donné à grand renfort de troupes d’élites , de chiens , d’hélicoptères et autres moyens destinés à impressionner inutilement la population, par des procédés surdimensionnés, population déjà excédée par la pression policière quotidienne tous azimuts , visible à différents endroits de notre ile et à toutes heures de la journée.

Ces vagues d’interpellations se sont conclues par le transfert de deux jeunes corses sur Paris et les gardes à vue de plusieurs autres sur Toulon, Bastia, Borgu et Aiacciu.

Nous, nous attarderons un peu si vous le permettez, sur le sort actuellement réservé à Michael Lando, révélateur d’un acharnement judiciaire contre cet ancien prisonnier politique récemment libéré.

En effet Michael est entendu depuis lundi dans Les locaux du commissariat d’Aiacciu sur des faits qui remontent à la période ou il était déjà incarcéré.

Nous dénonçons également les conditions indignes dans lesquels on a volontairement précipités les transferts sur Paris, alors que les familles se sont vu refusées le droit d’apporter du linge propre et de l’argent à leurs ressortissants.

Pendant ce temps là : Chaque jour l’état Français et ses complices en Corse, transgressent les droits de l’homme et instrumentalise une juridiction d’exception ainsi que les forces de répression, pour intensifier sa lutte contre le mouvement national.

Chaque jour l’état Français bafoue la loi, notamment en matière de rapprochement des prisonniers politiques corses qu’elle n’applique pas délibérément.

Chaque jour l’Etat français pousse encore plus loin les limites du totalitarisme en déployant un arsenal liberticide, intolérable, pour persécuter les patriotes corses.

Le message de L’Etat est clair, et l’utilisation à dessein de la presse, soigneusement , préalablement informée des opérations répressives d’envergures , est là pour en témoigner : cela ne laisse planer aucun doute sur les intentions gouvernementales à l’égard de ce qui aujourd’hui en Corse, constitue la seule alternative pour une véritable sortie de crise : La constitution d’un espace patriotique, unifié et refondé.

Nous devons tous ici, interpeller notre conscience commune d’hommes corses.

A tous ceux qui ressentent un profond sentiment d’injustice au regard de ces événements, nous leur demandons de se mobiliser afin d’empêcher la machine policière de continuer à casser du Corse pour casser du Corse, comme l’on ferait du chiffre pour faire du chiffre.

Nous nous adressons aussi au delà des clivages politiques ou philosophiques, à tous nos compatriotes , qui connaissent ce que peut représenter et ce qu’a apporté à la cause de notre peuple , le dur combat patriotique et qui savent que la survie de notre nation et de ses intérêts, nous commande une impérieuse vigilance , afin d’agir pour rapidement mettre un terme à cette agression caracterisée .

Le C.A.R. apporte son total soutien à toutes les victimes de cette répression aveugle.

Le 21 novembre 2008, un nouvel épisode répressif de cette politique outrancière et outrageante se déroulera à Aiacciu, par l’intermédiaire de la comparution de 10 militants nationalistes, en fait accusés de crime de Lez-majesté, dans l’affaire de la punta d’oro (CLAVIER) .

A cette occasion nous appelons tous les corses à une forte mobilisation afin de rejeter globalement la politique du pire, constitué par une répression systématisée, sournoise et parfois au service d’intérêts très personnels.

Corsi , un si po piu lascia a Francia impone a so strategia di a morte di u nostru populu.

A reprissione e u primu mezzu , pà circha di fa tace a sperenza

in un avvene corsu fattu, di dignita e di libertà.

Libertà per tutti patriotti.


CAR - Intervention GM Poli 17 10 08
envoyé par antofpcl


CAR - Intervention GF Antolini 17 10 08
envoyé par antofpcl
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 20:26 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Procès de 3 militants rinnovu du 3 octobre: NOUVELLE AUDIENCE LE 6 FEVRIER
Antone Carli, Gérard Dykstra, Pierre Thomas Fili sont passés en procès le 3 octobre à Bastia. DANS UN DELBERE LE 21 OCTOBRE, LE TRIBUNAL A DECIDE D'UNE NOUVELLE AUDIENCE CORRECTIONNELLE LE 6 FEVRIER A 8h30, EN CITANT LES GENDARMES QUI LES METTRAIENT EN CAUSE, FAISANT DROIT AINSI A LA DEMANDE DE LA DEFENSE.


harcèlement
Procès de 3 militants rinnovu du 3 octobre: NOUVELLE AUDIENCE LE 6 FEVRIER
Ils avaient été convoqués au commissariat de Bastia en juin 2008, convocation transformée rapidement en une garde à vue, comme le relate cet article précédent

La justice travaillait à retardement dans le cadre d'un rassemblment de soutien suite à l'arrestation d'un militant rinnovu en mai 2007 !

Ils avaient refusé de cautionner cet épisode d'une partie de harcèlement que joue la justice contre des patriotes. L'audience voulait les entendre pour outrage et violence à gendarmes, refus de prélèvement ADN et d'identification.

LE PROCES DU 3 OCTOBRE :
Les 3 militants nationalistes appelés à la barre expliquent que ce sont des motifs politiques qui les amènent ici et déclarent qu'ils n'ont rien à dire et que leurs avocats s'exprimeront.

Me Bellagamba explique que ce dossier est basé uniquement sur des déclarations de policiers très postèrieures au rassemblement. Ces déclarations sont discordantes, elles évoquent ce qui est qualifié initialement par les forces de l'ordre elles-mêmes de "petite bousculade". On ne peut rien reprocher individuellement aux prévenus.
L'ambiance n'est légèrement tendue, ce jour de mai 2007, qu'en réaction à l'extraction menotté dans le dos, et veste sur la tête du militant du rinnovu. Cette contamination avec les pratiques américaines de type Guantanamo est indigne, voila une agit-prop attentatoire à une société parfaitement démocratique. La logique du parquet aurait du être la flagrance si vraiment il y avait eu de véritables outrages ou violences. D'ailleurs il n'y a jamais eu ni plaintes ni ITT de ces forces de l'ordre...

Pour Me Mariaggi, il n' y a pas eu de confrontation, et un policier enquêteur rédige un rapport avec une prose sans éléments, alimentée par un ressentiment contre le mouvement politique de ses clients, voir même contre sa personne. Il n'y a rien d'autre dans ce dossier que des PVs de discours policiers ou gendarmesques.
Il est logique que ses clients restent dans le mutisme, le refus signer quoi que soit ou de se soumettre à quelque identification que ce soit dans cette affaire dérisoire et arbitraire.
La défense demande la relaxe.

Auparavant, le procureur avait demandé des peines de 90 jours-amendes pour Pierre Thomas Fili et Antone Carli ainsi que 2 mois de prison avec sursis pour Gérard Dykstra (en confondant le refus d'ADN et d'identification avec le reste)
Il ne s'oppose pas à la confrontation qui est légitime selon lui , elle est laissée à l'appréciation du tribunal.

JUGEMENT EN DELIBERE LE 21 OCTOBRE

U SUSTEGNU DI CORSICA LIBERA
CORSICA LIBERA...

Communiqué de presse du 01/10/08 :

"Corsica libera apporte son soutien total à ses militants Antone Carli, Gérard Dykstra, et Pierre-Thomas Fili qui doivent comparaitre vendredi 3 Octobre à 8 heures 30 au tribunal de Bastia. Il s'agit d'un dossier complètement inventé, un an après, dans le cadre d'un rassemblement lors de l'arrestation d'un militant du Rinnovu en mai 2007. Ce genre de manoeuvres n'a jamais réussi à intimider les patriotes et le courant de la lutte en général. Instituer la pression répressive comme mode de règlement de la question corse est une stratégie vouée à l'échec. Nous appelons à un rassemblement de solidarité ce vendredi au Palais de Justice de Bastia. »


Indè un cummunicatu, u Stc educazione sustene sti patriotti, tra iquali u so militente gerard dykstra.

Mardi 21 Octobre 2008
RINNOVU.COM
Lu 326 fois

Affaire Clavier - 10 nationalistes cités en correctionnelle
Porto-Vecchio Corse
Agrandir l'image

Crédit Photo : TF1

Image d'archives
10 nationalistes cités en correctionnelle

*
Ces militants indépendantistes corses comparaîtront à Ajaccio pour violation du domicile de l'acteur. Parmi eux : Jean-Guy Talamoni.

-

Dix militants indépendantistes corses - parmi lesquels l'avocat et élu Jean-Guy Talamoni - sont cités à comparaître devant le tribunal correctionnel d'Ajaccio pour violation du domicile de l'acteur Christian Clavier, a indiqué mardi le procureur José Thorel. L'audience se tiendra le 21 novembre.

Deux autres élues nationalistes sont citées par le procureur, Rosa Prosperi et Véronique Sciaretti, du mouvement Corsica Nazione Independente (CNI), principale formation indépendantiste de l'île qui doit prochainement fusionner avec le Rinnovu et l'ANC-PSI dans un nouveau mouvement, Corsica Libera. Aux côtés des deux élues, plusieurs responsables du Rinnovu et du Comité anti-répression (CAR) sont également cités.

Dénoncer la spéculation foncière dans l'île

La justice reproche aux dix militants, d'avoir, en pénétrant le 30 août dans le jardin de Christian Clavier, procédé à une "violation de domicile par menaces, contraintes et violences". Ils encourent un an de prison et 15.000 euros d'amende.

Convoqué le 12 septembre à la gendarmerie de Bastia où il n'est resté qu'une dizaine de minutes, Jean-Guy Talamoni avait estimé que, de son point de vue, les charges retenues ne tenaient pas: "il n'y a pas de violation de domicile, ni moralement, ni juridiquement puisqu'il n'y a pas eu de voies de fait, de menaces ou de manoeuvres".

Les organisations indépendantistes corses s'étaient rassemblées devant la mairie de Porto-Vecchio (Corse du sud) pour protester contre le Plan d'aménagement et de développement durable pour la Corse (Padduc) qui sera discuté prochainement à l'Assemblée de Corse et dénoncer la "spéculation foncière" dans l'île. Une cinquantaine d'entre eux s'était ensuite dirigée vers le lotissement de luxe Punta d'Oro, créé par le président UMP de l'Assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra, et avait pénétré dans le jardin de Christian Clavier, l'occupant brièvement, sans incident notable. Le patron des forces de sécurité en Corse, Dominique Rossi, a été brutalement muté à Paris, en raison de sa gestion de l'affaire.
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 23 Oct - 13:10 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

NON AU DIKTAT POLICIER ET JUDICIAIRE
NOUS N’ACCEPTONS PAS !!!

Le 21 novembre Maria Claudia BRANCA ainsi que plusieurs autres personnes comparaîtront pour une soi – disant « violation de domicile »…

L’objet de ce procès est d’intimider celles et ceux qui se sont rassemblées devant la mairie de Portivechju et qui avaient pour message qu’un autre développement, identitaire, économique social et culturel est possible dans la commune et en Corse.
L’objet de ce procès est d’admonester et menacer celles et ceux qui ce jour là n’ont fait que visualiser un domaine de nantis – le domaine de Cala d’Oru – ou se détendent et se délassent quelques dispendieux amis de Camille de Rocca – Serra et de Nicolas Sarkozy.

Parce-qu’ils sont accusés d’avoir foulé le gazon de la propriété Clavier – crime de lèse majesté ! – un certain nombre de ces personnes sont donc aujourd’hui poursuivies…

Cette chasse aux sorcières digne des lettres de cachets nous ne l’acceptons pas !!!

Nous disons non à ces méthodes autoritaires qui gangrènent chaque jour un peu plus notre quotidien et qui réduisent les espaces et les expressions de la démocratie.
Nous disons non à cette justice et cette police vassalisées protecteur des crésus, people et autres cousus d’or.

Nous lançons une pétition régionale et appelons toutes les personnes qui se reconnaissent dans les valeurs de liberté, de démocratie, et du bien commun à signer la pétition que nous mettons en ligne pour affirmer :

- Notre entier soutien à Maria Claudia BRANCA et toutes les personnes poursuivies avec elle.
- Notre attachement au droit à l’expression, à la différence, à l’égalité citoyenne et universelle.

Lien pour la pétition ci-après

http://www.gopetition.com/petitions/nou ... iaire.html
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mar 28 Oct - 14:01 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Acharnement contre un partiote et sa famille.
Michel Terrachon militant rinnovu et maintenant Corsicalibera et sa famille sont harcelés par la justice et la police poitique. Des policiers "anti terro" (comme ils disent) se sont présentés à son domicile tôt ce matin...
POINT PRESSE DE CORSICA LIBERA, CAR ET AIUTU PATRIOTTU CE MARDI 14 heures DEVANT LE COMMISSARIAT DE BASTIA


Acharnement contre un partiote et sa famille.
Les policiers se sont présentés pour la 4 ème fois en quelques mois chez ce militant patriotique, ils ont menotté son fils et n'ont de cesse que voir entendre son épouse au commissariat en la harcelant au téléphone.

Ces persécutions ciblées sont inacceptables.






_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Mer 29 Oct - 13:59 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Le Comité Anti Répression - Corsica Libera - Aiutu Patriottu : Acharnement policier contre un militant nationaliste

Le 28 octobre 2008 : (08:26 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org - Corse - Lutte de Masse) Ce matin, une nouvelle fois, une fois de trop, la police politique a débarqué de bonne heure au domicile de Michel Terrachon pour l’interpeller. En son absence, une scène bien trop connue de la famille Terrachon s’est reproduite : mise à sac de la maison sous couvert de perquisition, arrestation temporaire avec menottes de son jeune fils de 24 ans, et convocation de son épouse.

C’est la sixième fois en un an et demi que Michel Terrachon est victime d’une interpellation. Michel a même fait de la détention préventive dans l’affaire de l’incendie d’un bureau de l’Assemblée de Corse, alors qu’il a été relaxé en première instance.

Cet acharnement est d’autant plus inconcevable qu’il semble être le fruit du ressentiment particulier d’un inspecteur du commissariat de Bastia, monsieur Guille, qui bizarrement, apparaît dans toutes les procédures concernant Michel Terrachon, du simple accident de la circulation, en passant pas l’incendie de son propre établissement ou encore pour des affaires politiques. Le constat est simple, soit il n’y a qu’un seul inspecteur au commissariat de Bastia qui traite TOUTES les affaires, soit ce personnage tente de régler des comptes personnels à l’encontre de Michel Terrachon, ce qui est inadmissible. Aujourd’hui, en Corse, il suffit de déplaire à un policier pour avoir droit à faire des garde-à-vue à répétition, pour voir sa maison régulièrement saccagée, et sa famille arrêtée.

Nous nous élevons également contre le recours systématique à la « femme otage ». Chaque fois que monsieur Guille a envie de venir embêter Michel Terrachon et qu’il ne le trouve pas chez lui, on s’en prend à sa femme en la mettant en garde-à-vue ou en la convoquant au commissariat, alors que l’on n’a absolument rien à lui reprocher, si ce n’est d’être la femme de Michel. Autre élément inadmissible de cette lamentable affaire.

Les organisations présentes apportent à Michel Terrachon un soutien sans faille, assurent sa famille de toute leur solidarité et exigent l’arrêt immédiat des persécutions à l’encontre de ce militant nationaliste.

Aiutu Patriottu

Corsica Libera

Cumitatu contr’à A Ripressione

Dossier : Répression/Rapprochement
Source photo : Unità Naziunale, Archives du site.
Source info : www.carcorsica.org, Unità Naziunale
© UNITA NAZIUNALE
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 31 Oct - 22:02 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Le Front anti Padduc devient général
Ce plan de mise en vente de la terre corse était à l'origine suspect pour le seul camp patriotique, dorénavant, la société corse et une grande partie des politiques s'y opposent et ouvrent enfin les yeux. A L'Assemblée de Corse tous les groupes politiques hormis la droite UMP se sont déclarés hostiles, dans un communiqué commun ils demandent un débat rapide à l'Assemblée pour sortir de l'opacité. Succès de la réunion anti Padduc au palais des congrès d'Aiacciu mercredi 29. 200 personnes, des gens debouts et atentifs.


Intervention de paul medurio au nom de CORSICA LIBERA à la réuniuon du front contre le Padduc
Le Front anti Padduc devient général
REUNION FRONT ANTI PADDUC 29-10-2008

( DOCUMENT QUI A SERVI DE BASE A L'INTERVENTION du responsable de CORSICALIBERA)




"Pour évaluer les problèmes que suscite le PADDUC actuellement proposé, il nous faut remonter en arrière et le resituer dans sa perspective historique.
Le point de départ le plus significatif se situe en 1971.
Cette année là, le schéma d'aménagement la Corse présenté par la DATAR le 27 juillet pour la période 1971 - 1985 avait été complètement rejeté par l'opinion publique insulaire, par toutes les organisations socioprofessionnelles et par le conseil général qui l’avait complètement amendée.
Ce schéma postulait la disparition du peuple corse. Il prévoyait en effet qu’à l’horizon 1985, la Corse serait composée de 320 000 personnes dont 140 000 Corses au maximum.
Les technocrates de la DATAR n'avaient à l'époque tenu aucun compte d'une étude prospective réalisée par le Hudson Institute, qui, en deux mois, avait brossé un tableau extrêmement réaliste de la situation de la Corse et identifié les problématiques de son développement, et en particulier la question qui constitue ce que l’on a coutume d'appeler depuis plus de 30 ans « le problème Corse ».
Ainsi figuraient dans les conclusions du rapport produit par cet institut américain les termes suivants :
« Un changement décisif de politique est nécessaire.
Il semble qu'il y ait que deux options:
Soit accélérer l'érosion de l’identité culturelle corse, par exemple en encourageant une nouvelle immigration massive en provenance de la métropole. Ainsi la période de transition sera aussi courte que possible et la Corse atteindrait rapidement un niveau élevé de peuplement (environ 500 000) en majorité non Corse.
Soit conserver et restaurer l'identité culturelle et les traditions Corse en développant le potentiel de l'île dans le contexte Corse, selon le schéma donné au chapitre précédent.
Ne choisir aucune de ces deux options accroîtrait le sentiment de frustration.
Il faut reconnaître la première pour douloureuse, difficile et aléatoire.
La seconde semble raisonnable, sans grand risque et pourrait être intéressante et passionnante. »
Ce rapport ne fut jamais divulgué par la DATAR. L'ARC ( Action Régionaliste Corse), qui se l’était procuré par une indiscrétion en donna une diffusion très importante.
Sans tenir compte des amendements proposés par les élus de la Corse, le gouvernement confirma au mois d'août 1972 le schéma d'aménagement de la Corse, document marqué par la volonté de développer le tourisme de masse (le mot tourisme est cité 76 fois sur les 33 pages de texte).
Ce plan prévoyait la création de 250 000 lits touristiques avec des projets énormes par exemple sur la Testa Ventilegne. Il prévoyait aussi, par exemple, de créer 12 000 postes à quai pour les ports de plaisance., etc...
En matière de foncier le schéma d'aménagement indiquait : « le lancement de projets touristiques d'envergure, envisagé pour les 10 ou 15 prochaines années, dans les zones d'entraînement, bute en général sur le problème de la mobilisation des terrains. Celle-ci a déjà été effectuée, parfois depuis longtemps, le défaut d'équipements généraux et l'absence d'un climat favorable à la construction ayant bloqué le développement des opérations. »
Il faut dire que à la fin des années 50 d'énormes portions de notre littoral avaient été achetées pour des sommes dérisoire par un certain nombre de promoteurs et de banques.
Chacun connaît la suite.
Ce projet n'a jamais pu aboutir grâce, et notre peuple en est conscient, aux sacrifices consentis par des générations de jeunes Corses qui y ont laissé leur liberté et parfois leur vie. En 1982 les lois de décentralisation avaient prévu un schéma dont l'assemblée de Corse donna en 1988 une première ébauche qui libéralisait complètement la construction sur le bord de mer. Ce schéma fut complètement rejeté et, devant l'absence de consensus à l'assemblée de Corse, c'est le préfet qui élabora le schéma de 1992, actuellement applicable.
Un nouveau projet de schéma d'aménagement réalisé en 1995-1996 en application du nouveau statut de la Corse de 1991 fut aussi rejeté car il ouvrait encore la porte de façon extrêmement permissive à la bétonnisation de notre littoral.
La période qui suit est marquée par plusieurs faits qui sont révélateurs de la poursuite par l'État et la classe politique traditionnelle d'options désastreuses pour les Corses.
Il s'agit du retour au droit commun des successions d'une part, et de la volonté de déroger à la loi littoral, que l'État français a toujours encouragé. C'est ainsi que lors de sa venue en Corse en septembre, trois mois avant les discussions de Matignon, et alors qu’il refusait à la corse tout pouvoir législatif ou réglementaire dans les autres domaines, Lionel Jospin évoquait déjà la possibilité qui serait offerte aux élus Corse de définir les conditions d'interprétation des lois montagne et littoral.
Au cours des discussions de Matignon la question de l'application en Corse de dispositions dérogatoires à la loi littoral ont été au cœur des débats. Un certain nombre d'élus de premier plan sont intervenus de façon récurrente pour que cette loi soit assouplie chez nous. Mais ces velléités ont été abandonnées devant les oppositions qu’elles ont suscité.

Rappelons toutefois qu’au cours de ces 40 dernières années les objectifs du schéma de 1971 ont été mis en oeuvre de façon rampante et souterraine, notamment lors de l'élaboration des plans d'occupation des sols, les élus locaux optant le plus souvent pour la betonnisation, sous l’œil bienveillant de l’état, en ménageant par ailleurs leurs propres intérêts, qui comme en témoigne l'exemple frappant de l'extrême sud.

En trente ans, c'est la volonté de mettre en oeuvre une soi-disant économie résidentielle qui à prédominé.

En 1999, il y avait en Corse 20 fois plus de résidences secondaires qu’en 1975.
Avec un parc immobilier ou les résidences secondaires représentent 34 % ( chiffres de 1999 qui ont d'ailleurs fortement évolués depuis) la Corse représente un record en Europe pour le nombre de résidences secondaires par rapport à la totalité du parc immobilier.La loi de 2002 intervenue après les discussions de Matignon prévoit que l'assemblée de Corse peut adopter ont une directive territoriale d'aménagement pour le l’interprétation des lois montagne et littoral, et c'est sur ce point, en grande partie, que les propositions de l'exécutif doivent être refusés.
Sans attendre que le PADDUC ait été voté, un certain nombre d’orientations présentées par l’exécutif territorial ont déjà adoptées par l’assemblée de corse, et aussitôt mises en application en vue de créer des faits accomplis.
C’est le cas par exemple du schéma d’aménagement des eaux, du plan de développement rural de la corse, du plan de développement touristique, du PEI, etc…qui orientent déjà les investissements, en cours de réalisation, dans la même direction néfaste que celle proposée par le Padduc.
Ajoutons a ces schémas la fin des arrêtés Miot et la mise en place de l’agence foncière, qui sont destinés a accélérer le déblocage du foncier au profit de la spéculation.
Le PADDUC a pour vocation de lever les obstacles juridiques a une construction débridée, qui conduirait a marginaliser et a appauvrir encore plus les corses sur leur propre terre.
En effet le déblocage de milliers d'hectares sur le littoral, le déverrouillage complet des instruments juridiques de protection montre que les rédacteurs n’ont tiré aucun enseignement des 40 années écoulées et reproduisent toujours les mêmes schémas qui ne peuvent que conduire au conflit."

Paul Medurio, un des participant au comité de pilotage du Front uni contre ce Padduc au nom du mouvement.

Vendredi 31 Octobre 2008
G D
Lu 29 fois
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 21:09 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

http://www.unita-naziunale.org/portail/

THOMAS DUTRONC Okay



http://www.dailymotion.com/bookmarks/antofpcl/video/x6otcs_thomas-dutronc-s…


TABASSAGE DES PROCHES DE MICHEL TERRACHON ALORS QU'IL SE PRESENTAIT A SON CONTROLE JUDICIAIRE CE VENDREDI

http://www.dailymotion.com/antofpcl/video/x798sy_fr3corse-incidents-commiss…


http://www.dailymotion.com/antofpcl/video/x79lr3_fr3corse-rassemblements-ap…

Le 31 octobre 2008 : (12:16 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org - Corse - Lutte de Masse) En début de semaine, des policiers se sont présentés pour la 6 ème fois en quelques mois chez ce militant patriotique, ils ont menotté son fils et n'ont de cesse que de vouloir entendre son épouse au commissariat en la harcelant au téléphone. Perquisition, fouilles, et mise en condition habituelle.

Un rassemblement sous haute surveillance policière avait eu lieu sans aucun incidents, puis une conférence de presse de Corsica Libera, CAR, Cuscenza Viva et Aiutu patriottu dénonçait l'acharnement répressif d'une certaine police tout en apportant un soutien indéfectible à Michel Terrachon et à sa famille.

(source site rinnovu.com) Ce vendredi 30 octobre, le commissariat de Bastia est bunkerisé (barrières métalliques, une dizaine de fourgons collés aux grilles, effectifs impressionnants), alors que Michel Terrachon doit se rendre à son contrôle judicaire ordinaire vers 18 heures, comme il l'a toujours fait.
Il est tranquillement accompagné de sa famille et de quelques camarades. Une caméra de Fr 3 est là.

Il pleut de plus en plus.

Gagnés par la paranoïa, et une agressivité totale, des gendarmes mobiles en tenue de combat bloquent l'étroit passage pour accéder à l'entrée, malgré les explications, en particulier celles de Paul Félix Benedetti pour dire que Michel, à ses côtés, souhaite rentrer seul calmement et dignement. Leur agressivité se déchaine rapidement sans la moindre "sommation", car visiblement il n'y a pas d' autre consigne que le célèbre "personne ne passe" : gaz aveuglant et paralysant en plein visage, tabassage de la famille et dispersion de tout le monde en quelques minutes !

La fille de Michel est sérieusement en état de choc allongée au sol, les pompiers sont appelés, elle est transportée à l'hôpital, ainsi qu'un jeune camarade. Le commissariat est bloqué par des cordons bouclier en avant, et Michel n'a pu y pénétrer.

Voici le bilan surréaliste des actions de l'ordre trouble qui règne en ce moment.

Auparavant dans une déclaration télévisée, Paul félix Benedetti pour Corsica libera avait pris à témoin les médias et les autorités en "demandant le départ hors de Corse de ceux qui harcèlent Michel Terrachon et sa famille dans un esprit de vengeance par rapport aux évènement de Lavasina au lieu d'effectuer une simple mission de service public."

Il convient de se rendre demain au centre hospitalier prendre des nouvelles de tout le monde.
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 22:44 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Bravo Thomas !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 14:16 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

Acharnement contre un patriote et sa famille !!!
CONFERENCE DE PRESSE A L'HOPITAL LE 1er NOV. TABASSAGE DES PROCHES DE MICHEL TERRACHON ALORS QU'IL SE PRESENTAIT A SON CONTROLE JUDICIAIRE LA VEILLE !
Michel Terrachon militant Rinnovu et maintenant Corsicalibera et sa famille sont harcelés par la justice et la police poitique. Des policiers "anti terro" (comme ils disent )




se sont présentés à son domicile tôt mardi matin... REACTION DE CORSICA LIBERA, CAR ET AIUTU PATRIOTTU LE MARDI 14 heures DEVANT LE COMMISSARIAT DE BASTIA: RASSEMBLEMENT ET POINT-PRESSE !


Acharnement contre un patriote et sa famille !!!
Des policiers se sont présentés pour la 6 ème fois en quelques mois chez ce militant patriotique, ils ont menotté son fils et n'ont de cesse que de vouloir entendre son épouse au commissariat en la harcelant au téléphone. Perquisition, fouilles, et mise en condition habituelle.
Cet acharnement répressif n'entame le patriotisme de personne. Surtout pas celui des Corses qui se lèvent le matin pour aller travailler afin de nourrir leur famille et de porter du développement à leur pays. Ces persécutions ciblées sont inacceptables.

RASSEMBLEMENT POUR MICHEL TERRACHON ET SA FAMILLE

Des dizaines de personnes se sont rassemblées à 14 heures, à l'appel des organisations.
>En leur nom, Ghjuvan filippu Antolini a dénoncé l'acharnement de la police politique contre Michel Terrachon et sa famille suite à une descente de police (SDAT) à son domicile ce matin, en son absence. La politique de la femme otage a été dénoncée: on harcèle son épouse Nadia pour qu'elle se rende au commissariat avec un ultimatum ! N'étant pas en garde à vue, elle ne s'y rendra pas ! Ce genre de pression doit cesser.

Le harcèlement que subit notre camarade est principalement le fait d'un ou deux policiers de Bastia que l'on retrouve dans toutes les procédures le concernant ! Cela tourne à la chasse à l'homme personnelle. C'est ce qu'a toujours développé son avocat, a rappelé le porte parole en remerciant tous les participants et les médias.


Evidemment, cela doit être mis en relation avec les évenements de Lavasina quand la police a été mise en échec dans sa tentative d'arrestation et d'extraction de Paul félix Benedetti, porte parole du Rinnovu. Depuis des mois, on cherche à faire payer à Michel Terrachon le sens de la solidarité qu'il a rapidement eu ce jour là.
Evidemment, la liberté de se rassembler n'existe plus, puisque le quartier du commissariat était bouclé à nouveau (nos photos) alors qu'aucun militant nationaliste ne s'y trouvait retenu !


Texte de la conférence de presse donnée le 28 à Bastia.
Acharnement contre un patriote et sa famille !!!
Eccu u testu di a Cunferanza stampa data davant'à u cummissariatu.
Acharnement policier contre un militant nationaliste

"Ce matin, une nouvelle fois, une fois de trop, la police politique a débarqué de bonne heure au domicile de Michel Terrachon pour l’interpeller. En son absence, une scène bien trop connue de la famille Terrachon s’est reproduite : mise à sac de la maison sous couvert de perquisition, arrestation temporaire avec menottes de son jeune fils de 24 ans, et convocation de son épouse.
C’est la sixième fois en un an et demi que Michel Terrachon est victime d’une interpellation. Michel a même fait de la détention préventive dans l’affaire de l’incendie d’un bureau de l’Assemblée de Corse, alors qu’il a été relaxé en première instance.
Cet acharnement est d’autant plus inconcevable qu’il semble être le fruit du ressentiment particulier d’un inspecteur du commissariat de Bastia, monsieur Guille, qui bizarrement, apparaît dans toutes les procédures concernant Michel Terrachon, du simple accident de la circulation, en passant pas l’incendie de son propre établissement ou encore pour des affaires politiques. Le constat est simple, soit il n’y a qu’un seul inspecteur au commissariat de Bastia qui traite TOUTES les affaires, soit ce personnage tente de régler des comptes personnels à l’encontre de Michel Terrachon, ce qui est inadmissible. Aujourd’hui, en Corse, il suffit de déplaire à un policier pour avoir droit à faire des garde-à-vue à répétition, pour voir sa maison régulièrement saccagée, et sa famille arrêtée.
Nous nous élevons également contre le recours systématique à la « femme otage ». Chaque fois que monsieur Guille a envie de venir embêter Michel Terrachon et qu’il ne le trouve pas chez lui, on s’en prend à sa femme en la mettant en garde-à-vue ou en la convoquant au commissariat, alors que l’on n’a absolument rien à lui reprocher, si ce n’est d’être la femme de Michel. Autre élément inadmissible de cette lamentable affaire.
Les organisations présentes apportent à Michel Terrachon un soutien sans faille, assurent sa famille de toute leur solidarité et exigent l’arrêt immédiat des persécutions à l’encontre de ce militant nationaliste. "

Aiutu Patriottu
Corsica Libera
Cumitatu contr’à A Ripressione "

soutien
Acharnement contre un patriote et sa famille !!!
Message de soutien de Cuscenza viva : "Nous tenons à faire savoir que nous soutenons, au même titre que les organisations présentes, Michel et sa famille. Le harcèlement dont il est l'objet est significatif de la politique du "tout répressif" de l'état français envers les vrais patriotes corses."

Cuscenza Viva.

tabassage et gazage des proches de Michel Terrachon devant l'entrée du commisariat
Acharnement contre un patriote et sa famille !!!
Michel Terrachon est harcelé par les forces répressives dans les conditions que l'on sait.

Ce vendredi 30 octobre, le commissariat de Bastia est bunkerisé (barrières métalliques, une dizaine de fourgons collés aux grilles, effectifs impressionants), alors que Michel Terrachon doit se rendre à son contrôle judicaire ordinaire vers 18 heures, comme il l'a toujours fait.
Il est tranquillement accompagné de sa famille et de quelques camarades. Une caméra de Fr 3 est là.
Il pleut de plus en plus.

Gagnés par la paranoia, et une agressivité totale, des gendarmes mobiles en tenue de combat bloquent l'étroi passage pour accéder à l'entrée, malgré les explications, en particulier celles de Paul félix Bendedetti pour dire que Michel, à ses côtés, souhaite rentrer seul calmement et dignement. Leur agressivité se déchaine rapidement sans la moindre "sommation", car visiblement il n'y a pas d'autre consigne que le célèbre "personne ne passe" : gaz aveuglant et paralysant en plein visage, tabassage de la famille et dispersion de tout le monde en quelques minutes !
La fille de Michèl est sèrieusement en état de choc allongée au sol, les pompiers sont appelés, elle est transportée à l'hôpital, ainsi qu'un jeune camarade. Le commissariat est bloqué par des cordons bouclier en avant, et Michel n'a pu y pénétrer.

Voici le bilan surréaliste des actions de l'ordre trouble qui règne en ce moment.

Auparavant dans une déclaration télévisée, Paul félix Benedetti pour Corsica libera avait pris à témoin les médias et les autorités en "demandant le départ hors de Corse de ceux qui harcèlent Michel Terrachon et sa famille dans un esprit de vengeance par rapport aux évènement de Lavasina au lieu d'effectuer une simple mission de service public."

Il convient de se rendre demain au centre hospitalier prendre des nouvelles de tout le monde.



conférence de presse de Corsica libera à l'hopital.
au premier plan: Me Maraggi, paul félix Benedetti et le père de Michel Terrachon, agriculteur.
Le 1er novembre, Corsica libera a tenu une conférence de presse devant l'hôpital de Bastia où se trouve hospitalisée Laetitia Terrachon, fille de notre militant, depuis les brutalités policières de la veille.

Plus d'une Centaine de miltants et amis étaient présents. Présence de Maître Mariaggi avocat de la famille qui déclarait à la presse:
"Je tiens à fustiger l'intolérable répression dont est victime mon client. C'est un homme honnête et responsable qui n'a jamais eu l'intention de se soustraire à l'institution judiciaire. Depuis plus d'un an, il a été abusivement interpellé plusieurs fois. A chaque fois son appartement a été dévasté. Nous avons d'aileurs déposé plainte contre cet abus. Sa femme est régulièrement victime de harcèlement policier et elle est considérée comme l'otage de son mari. Son fils a été menotté et malmené à nouveau. Lors du procès de militants du rinnovu, son fils avait été tabassé sous mes yeux. Alors que nous avons déposé une autre plainte contre ces violences policières... En réponse, on le poursuit lui ...par une procédure judiciaire. Mardi dernier, il y a eu nouvelle descente policière, or Michel Terrachon s'était déja rendu sur le chantier où il travaille. Son fils et son épouse ont été à nouveau maltraités. Vendredi, il se rendait comme tous les quinze jours au commissariat pour un contrôle judiciaire normal. Et là à nouveau de nombreux gendarmes mobiles molestent et gazent sa famille et ses amis. Une nouvelle plainte sera déposée pour coups et blessures volontaires contre sa fille, victime de traumatismes cervicaux et respiratoires."

Politiquement, Paul félix Benedetti a déclaré que : "l'agression de vendredi soir avait surement pour but d'empécher Michel Terrachon de signer son contrôle pour pouvoir le lui reprocher ensuite, alors qu'il s'est présenté sereinement. Nous serons très vigilants quant à la suite de cette affaire et nous demandons que tous les policiers dont la répression est un fond de commerce personnel soient mutés et quittent la Corse."
Notons la présence des élus indépendantistes Jean Guy Talamoni et Rosa Prosperi qui était présente en tant qu'avocate lors de la tentaive de présentation au commissariat de vendredi soir.
Ainsi que celle de Ghjuvan Filippu Antolini militant anti-répressif (CAR).


Mardi 28 Octobre 2008
rinnovu;com
Lu 511 fois
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Sam 8 Nov - 19:13 (2008)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA Répondre en citant

L’exécutif de la CTC et le PADDUC :
Une stratégie de non-développement durable


JE VOUS PRÉSENTE LES TRAITRES ET RAPACES LES FOSSOYEURS DE LA CORSE







La mobilisation entamée ces dernières semaines face au projet de PADDUC élaboré par l’exécutif territorial n’est nullement le fruit du hasard, mais bien l’aboutissement d’un clivage politique clairement établi entre deux visions antagonistes quant au devenir de la Corse. Ce document n’est en définitive que la traduction d’orientations développées par les élus de la majorité depuis plusieurs mois déjà : désanctuarisation du littoral, économie résidentielle…

Le mouvement indépendantiste désormais incarné par Corsica Libera entend bien s’opposer à ce document et proposer une alternative prenant en compte les intérêts de notre pays dans sa globalité.


Une tentative de confiscation du débat public

L’actuel projet de PADDUC n’est en aucun cas une création ex nihilo de l’actuel exécutif territorial. En effet, depuis la mise en application du statut particulier de 1982 issu des lois de décentralisation Defferre, l’Assemblée de Corse se doit d’élaborer un plan d’aménagement : les différentes majorités de droite comme de gauche s’en montreront totalement incapables à tel point que c’est l’Etat français par l’intermédiaire du Préfet qui établira en 1992 le schéma d’aménagement encore en vigueur de nos jours, face à l’incurie de la CTC. Le statut de 2002 (art.12) dispose quant à lui que l’Assemblée de Corse doit se doter d’un Plan d’Aménagement de Développement Durable. Ce document d’une grande importance pour le développement de la Corse des prochaines années s’acheminait vers une adoption en catimini entre les murs de l’Hôtel de Région si certaines voix ne s’étaient élevées, au premier rang desquelles celles des indépendantistes qui n’ont cessé de dénoncer ce projet déjà esquissé depuis de nombreux mois autour d’un principe jusque là inconnu en droit de l’environnement et de l’urbanisme : la «désanctuarisation ». En effet, si l’exécutif se devait d’élaborer le document, il lui incombait naturellement d’organiser un vaste débat traversant la société corse toute entière. Au contraire, MM. Santini et de Rocca Serra, comme ils le déclareront à plusieurs reprises entendaient bien examiner ce fameux PADDUC au sein de l’Assemblée en écartant ceux qu’ils considèrent comme des «professionnels de l’agitation et de la contestation ». «Le lieu où doit s’exercer la démocratie c’est l’Assemblée de Corse», affirmait Ange Santini quelques jours après l’occupation de la villa de Clavier par les militants de ce qu’il convenait alors d’appeler la «démarche de refondation» qui se voyaient visés par la diatribe transmise à la presse par le celui-ci. Voilà une vision bien étriquée du débat démocratique… A Corsica Libara, l’ex-futur maire de Calvi associe dans un même mépris ceux qu’il considère comme des «ayatollahs verts» et «soixantehuitards attardés».

Cependant à y regarder de plus près il ressort que la composition du Front Uni Contre Ce PADDUC constitué à Corti reflète l’opposition à ce projet qui traverse l’ensemble de la société corse. Le refus par le Préfet d’entendre une délégation de ce collectif dans le cadre de l’audition par le Conseil des Sites ainsi que la verve avec laquelle celui-ci défend le projet dénote à merveille la bienveillance de l’Etat envers la logique de «développement » proposée par la CTC.


Un document limité dans l’espace et dans le temps

Pour un document attendu depuis des décennies et présenté comme stratégique, les Corses ont de quoi rester sur leur faim. En effet, en dehors de concepts bien creux ayant bonne presse au sein de la société corse comme celui bien trompeur de «Développement Durable», ce PADDUC apparaît comme un document de piètre facture en bien des domaines.

Celui-ci, très souvent ne fait que recueillir en un même texte quantité de projets déjà anciens (projet de bibliothèque à Corti…) ou de dispositions en parties mises en oeuvre. À ce sujet l’exemple de l’Università di Corsica est criant du vide abyssal de ce document qui prévoit dans la partie consacrée à l’enseignement supérieur et à la recherche : la réduction du taux d’échec en 1ère année sur la base d’une pédagogie rénovée et le renforcement des services d’information et d’orientation déjà prévus par la loi Pécresse ; ainsi que la mise en oeuvre de parcours d’écoles supérieurs qui constitue l’un des axes de programme de la Présidence de l’Università… Cependant, s’il y a bien un concept qui semble être maîtrisé c’est celui d’une littoralisation accrue basée sur un accroissement exponentiel des résidences secondaires.

Ce qui nous amène à dire que ce modèle de développement est limité dans l’espace puisque les pistes de revitalisation de l’intérieur sont inexistantes étant entendu que pour les concepteurs du PADDUC la Corse rurale semble se limiter aux zones périurbaines (communes du Sud-Bastia et de l’agglomération ajaccienne essentiellement). Mais celui-ci est aussi limité dans le temps puisque ce modèle de développement préconisé est déjà en échec dans de nombreux endroits de la planète et que beaucoup tentent de faire machine arrière en sauvant ce qui peut encore l’être. En Espagne, le gouvernement met en mouvement un processus qui s’apparente à une «resanctuarisation», allant jusqu’à détruire des immeubles construits dans des espaces remarquables, désormais conscients du contre-développement que constitue l’économie résidentielle et le règne du béton.


Des enjeux essentiels oubliés : le plan de l’exécutif des bons copains

A la lecture du document on s’interroge sur l’absence de vision stratégique sur des pans entiers de notre économie et de notre société. S’agitil alors d’une volonté délibérée en confinant le développement de la Corse à certains aspects décrits précédemment, ou bien d’une absence totale d’ambition pour ce pays ? A moins que la présence de lieux communs et de concepts sans contenu ne reflètent l’incompétence de l’actuelle gouvernance territoriale à gérer notre île. Après tout la loi les obligeait à élaborer un plan : ne pouvant se ridiculiser une nouvelle fois en se montrant incapables de faire face à cette responsabilité, ils ont fait appel à un cabinet d’étude étranger pour les seconder dans la mise en application du seul axe programmatique dans lequel ils excellent : le mitage du littoral. En effet, quels projets pour un rééquilibrage économique, démographique et structurel en faveur de l’intérieur de l’île ? Quelle gestion de l’eau ? Quel avenir pour notre agriculture? Pour notre jeunesse ? Qu’en est-il de la rénovation de nos équipements sportifs ? Quelle ambition juridique pour notre langue ?

Les seules réponses que l’on nous apporte ne font que confirmer la stratégie de non-développement durable de l’exécutif : des ghettos pour people occupés quelques mois dans l’année comme à Punta d’Oru. Elles n’ont pour but que de stigmatiser les opposants à ce projet présentés comme archaïques et de défendre ses copains de l’exécutif malmenés par ces empêcheurs de tourner en rond à grand coup d’interventions médiatiques.

C’est encore loin 2010 ?

P.A Tomasi
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:02 (2016)    Sujet du message: TERRA CORSA RISERVA INDIANA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Nos passions... Sans limite ! -> Vive la Corse, terre de résistance ! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com