Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Comment bousiller les trains : mode d'emploi !
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> L'actualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 13:06 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

Je vais d'abord vous raconter une petite histoire que tout le monde ne connaît pas forcément.

En février 1993 d'aimables Islamistes entreprirent de faire sauter le World Trade Center, une demie tonne d'explosif dans un minibus garé dans les parkings souterrains. Résultat : 6 morts, plus de mille blessés, un très joli cratère et un début d'incendie assez réussi.

Ramzi Yousef, l'instigateur de ce relatif succès s'était fait agrafer 2 ans plus tard au Pakistan, jugé avec ses comparses ils purgent actuellement 240 ans de trou à eux tous.

Mais là où l'affaire devient vraiment intéressante et en rapport avec le sujet des matinautes c'est qu'au procès de ces avenants jeunes gens d'aimables experts et spécialiste ont été assez fins pour dauber sur ces andouilles de terroristes mal dégrossis même pas foutus de savoir que le point faible des tours style Twin Towers se situe au deux tiers de leur hauteur, et pas du tout dans les sous-sol (Je n'invente rien, cela figure dans les minutes du procès)

Je ne vous raconte pas la suite qui intervient 6 ans après ce premier procès, je ne sais même pas s'ils ont remercié poliment pour l'info…

Aujourd'hui on nous fournit aimablement la photo du couteau Suisse à désosser les trains, c'est trop gentil, pourquoi pas les cotes avec et la bonne méthode pour le positionner adroitement à 7 mètres de hauteur sans se prendre 25.000 volts dans les trous de nez ?

C'est fou comme les andouilles aiment fournir de l'aide aux terroristes pour le plaisir simplet de faire les malins !

Et puis c'est dingue ces petits épicemards gentils avec tout le monde, pas sarkozistes mais appréciés par leurs voisins qui se transforment en techniciens de haut vol et tentent de tuer plein de gens… Je vais regarder d'un autre œil les marchands de fruits et légumes bio près de chez moi qui vont un peu trop souvent en Inde (ou au Pakistan, sait-on jamais), et qui fument parfois de drôles de cigarettes. Peut-être qu'ils dégonflent aussi les pneus des bagnoles, il me vient un doute !

Claude Guéant a déclaré qu'il n'y avait plus de renseignement politique en France... Au fait, ce que dit Claude Guéant et rien, c'est exactement la même chose, non ?

Et puis Edvige est une belle salope, mais ça on s'en doutait un peu, il faut l'avouer, et quand vous dites : “Mais putain, qui c'est cette Edvige ?”, la réponse est contenue dans la question !

Au fait dans la rubrique on brade et on s'en va, après l'éradication du renseignement politique, on éradique le fisc ? Chiche ?

Ah ! Merde ! Je viens de donner à Monsieur Princen, flic de l'Elysée sur le net, la solution pour éviter l'écroulement du pouvoir d'achat et les convulsions sociales qui ne manqueront pas d'en découler !

Je vais lui envoyer une facture style parachute en platine massif pavé de diamants gros comme des œufs de caille, 55, rue du faubourg Saint Honoré – 75008 – Paris : un service d'une telle dimension mérite une récompense du même niveau ! Surtout qu'une révolution ça coûte énormément plus cher, je peux lui faire des estimations et des fourchettes sur Oracle s'il juge cela utile (coût humain et financier) : il se trouve que je sais utiliser les ordinateurs pour des choses plus intéressantes que de vagues surfs flicardiers qui se résument à l'évidence à lire des centaines de milliers de textes hostiles au pouvoir en place et à tenter d'en tirer des synthèses (ça doit être gai à lire !) tout en fichant (sur des data bases avant de les ficher au trou plus simplement) tous ceux qui pourraient représenter un danger potentiel pour la monarchie à peine déguisée qu'on tente de nous infuser. N'est-il pas Jean Sarkozy ? Louis arrive sous peu !

Sachant que 65% des Français de défient officiellement de NS, que la blogosphère est encore plus sévère, il ne reste que le site de l'UMP et celui de l'Elysée pour dire du bien du locataire de l'Elysée… Partout ailleurs, bonjour des dégâts !

Tout ceci pour montrer qu'un simple crochet peut conduire loin, surtout quand il arrête les trains ou quand il est de “boucher” et qu'il sert à accrocher le cadavre de Benito Mussolini pour l'exposer aux quolibets de ses anciens admirateurs…

Ou si c'est Marcel Cerdan qui le décroche, le crochet, voire Casius Clay !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...


Dernière édition par Patrice Guyot le Jeu 25 Déc - 18:23 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 13:06 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 14:19 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

salut patrice , ce qui me botte le train Wink , c'est ce tapage médiatique , ce déploiement d'encagoulés , les bons bien sur Evil or Very Mad




!
tout ça pour dire qu'il faut à l'état des minis affaires de "terrorisme" genre l'affaire clavier pour détourner l'attention des veaux qui broutent , pardon qui gobent, encore pardon qui tètent la propagande du gentil état de droit , attention ! un l'état est capable de tout , y compris l'ignoble , les gros ennuis arriverons tôt ou tard et ce n'est pas un envahissement de pelouse , la marseillaise sifflée ou les trains en retard qui les arrêterons.
Il a fallu 15 jours pour en Europe, trouver 2 000 Milliards d’€ pour renflouer les spéculateurs, 360 milliards d’€ rien qu’en France pour l’instant.

ALORS QU’IL FAUDRAIT SEULEMENT :

. 9 Milliards pour le SMIC à 1500 € NET

. 7 Milliards pour boucher le « trou de la sécu »

. 82 milliards pour résoudre le problème des épidémies et la faim dans le monde


jeudi 13 novembre 2008 (15h43) :
Sabotage SNCF :Témoignage d’un genevois de la Communauté de Tarnac

Un genevois membre de la communauté de Tarnac a été perquisissionné mais non interpellé, contrairement à ce que disaient les médias . ( témoignage dans le lien Tribune de Genève )

Par ailleurs les dix prévenus ont vus leur garde à vue prolongée de 24 h et sont auditionnés dans le cadre d’une enquete pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste .

La loi prévoit qu’après 48h d’interrogatoire par les policiers de l’antiterrorisme, les prévenus ont le droit de s’entretenir avec un avocat

Pour rappel, ses interpellation ont eu lieu dans le cadre d’une opération appelée " Taiga "et a mobilisé plus de 150 policiers .

ps : en parrallèle avec un article nauséabond du Figaro, des commentaires très pertinents ( ils apparaissent en rouge dans l’article )

Pris pour l’un des «saboteurs» de TGV, un Genevois raconte

TÉMOIGNAGE | Mardi à l’aube, l’épicerie de Tarnac (France) a été perquisitionnée par la Brigade antiterroriste. Son gérant, un Genevois, a été réveillé en sursaut.

XAVIER LAFARGUE

«C’est un mauvais film !» Au téléphone, Paul Kohler. Cet ancien secrétaire de la Fédération genevoise d’échecs, âgé de 38 ans, est parti s’établir dans un village paumé au milieu de la France, Tarnac, en Corèze. Il y a ouvert une petite épicerie. Qui a été perquisitionnée avec fracas, mardi matin à l’aube, par les hommes de la Brigade antiterroriste française. Une descente musclée qui fait suite aux multiples actes de sabotage ayant touché le réseau TGV français, entre le 26 octobre et le 8 novembre (lire la «Tribune» d’hier). Pris pour l’un des «saboteurs», Paul raconte.

«Les policiers nous ont réveillés sans ménagement, à 6 h du matin. Ils cherchaient des personnes impliquées dans les actes de sabotage visant la SNCF. Je dormais ici, dans l’épicerie, dont je suis l’un des cogérants. On fait aussi bar, tabac et station-service. La police est restée jusque dans l’après-midi. Je n’ai pu rouvrir qu’à 15 h 30.»

Des documents ont-ils été saisis, des personnes interpellées? Hier soir, Paul ne souhaitait pas s’étendre sur ce sujet. En revanche, à aucun moment lui-même n’a été inquiété. Ni placé en garde à vue, comme le laissaient entendre certains journaux. «Là, je tombe des nues, lance-t-il. J’ai seulement dû décliner mon identité. Je n’ai pas du tout été interpellé ! J’ajoute qu’aujourd’hui, j’ai fait ma tournée dans les patelins avoisinants, car l’épicerie est ambulante, et j’ai plutôt eu des encouragements et du soutien partout où je me suis arrêté.»

Biennois d’origine, Paul a pendant bien des années élu domicile à Genève. Il était connu dans le petit monde des échecs. Il a été secrétaire de la Fédération genevoise pendant deux ans, jusqu’en 2006. «Un bon joueur de club, 1800 à 1900 points au classement ELO», confirme Philippe Martin, l’actuel président de la fédération, qui l’a côtoyé durant ces années. «Mais je ne peux pas croire qu’il a pu participer à des actes de sabotage sur les lignes TGV ! Non, Paul était sans aucun doute en marge de la société, il habitait dans un squat, je crois. Il avait des idées bien à gauche, mais quand même ! Il avait d’ailleurs monté un club d’échecs dans un squat. Là, il était très positif, constructif socialement.»

Une épicerie appréciée

C’est sans doute pour vivre un peu différemment que Paul est parti à Tarnac, petit village de 350 âmes. Et qui se félicite d’avoir, aujourd’hui, une épicerie-bar-tabac, vantée par les habitants. D’autant plus chaleureusement depuis les événements de mardi. «Mais songez qu’à la fin des années 60, il y avait encore une bonne dizaine de bars à Tarnac, souligne Paul. C’est un village qu’on a vidé de ses habitants…» Mais qui a été bien secoué, mardi matin ! D’autres perquisitions ont également eu lieu à Paris, Rouen et dans la Meuse. Une dizaine de personnes ont été placées en garde à vue, dont une femme née en Suisse. Il semble néanmoins que le chef présumé de ce groupuscule ­défini comme «anarcho-autonome» était établi à Tarnac.

Hier soir, cependant, selon les agences, une source judiciaire confiait que les enquêteurs ne disposaient d’aucune preuve formelle de l’implication de ces dix personnes dans les actes de sabotage ayant visé le réseau de la SNCF.

http://www.tdg.ch/geneve/actu/pris-...

RAMASSIS DE CONNERIES : QUAND LE FIGARO AGITE LE SPECTRE DES “TERRORISTES D’ULTRAGAUCHE” POUR FAIRE PLAISIR À ALLIOT-MARIE

Cet article du plumitif du Figaro est un chef d’oeuvre de désinformation et de manipulation de l’opinion. Il se trouve que nous connaissons certains des interpellés de Tarnac et nous ne les reconnaissons absolument pas dans le portrait “tremblez braves gens” qui est dressé ici… Outre la soupe qu’il sert complaisamment à Alliot-Marie, le journaliste utilise tous les petits procédés rhétoriques pour faire croire à un vaste complot de fous nihilistes s’apprétant à faire sauter l’Etat… tout est bon pour faire peur au populo et lui faire accepter encore plus de surveillance… et détourner son attention des mesures gouvernementales en cours…

Sabotages de la SNCF : la piste de l’ultragauche
[ Christophe Cornevin - LE FIGARO - 12/11/2008 ]

Susceptibles d’être violents, ces nihilistes clandestins voulaient s’attaquer à un symbole de l’État.

Les saboteurs du rail auraient presque pu être interpellés en flagrant délit tant ils étaient surveillés depuis des mois par les services de renseignements.

(NdL&I : Ils étaient surveillés et malgré cela ils ont pu réaliser une opération à la logistique aussi lourde, au nez et à la barbe de leurs surveillants ? Et ce alors que la majorité du groupe n’a pas quitté Tarnac aux dates où les sabotages ont eu lieu ? Soit ces mecs sont très forts, soit les flics sont très cons)

Il aura donc fallu une enquête éclair d’à peine 48 heures avant de démanteler le groupuscule d’ultragauche qui a posé dans la nuit de vendredi à samedi dernier cinq pièges d’acier sur les caténaires du réseau SNCF enfin d’en perturber le trafic.

Mardi, pas moins de dix personnes - cinq hommes, quatre de leurs compagnes et la mère d’un dernier - ont été interpellées par la sous-direction antiterroriste (SDAT) et les gendarmes à Rouen, Paris, Limoges, dans la région de Nancy ainsi qu’à Tarnac. C’est d’ailleurs dans ce petit village corrézien que les gendarmes ont appréhendé, retranchés dans une ferme isolée, le «cerveau» et deux femmes membres présumées du réseau.

(NdL&I : Le “cerveau” est un “deep ecologist” de 33 ans qui cultive ses propres légumes et a participé aux blocages des trains CASTOR aux côtés de dangereux terroristes comme Dominique Plancke, élu du Nord. Il a aussi manifesté contre le CPE, a signé des pétitions contre EDVIGE et lit le journal “La Décroissance”. Avec un profil pareil, il est bon pour Guantanamo… tout comme un paquet d’autres gens en France )

Présentés comme «appartenant à l’ultragauche, mouvance anarcho-autonome», les suspects, en totale rupture de ban avec la société, vivaient en communauté. «Leur vie autarcique, qui n’avait aucune connotation sectaire, garantissait leur clandestinité», précise un policier. Embarqués dans un mode de vie altermondialiste, vivotant pour certains du négoce de produits agricoles, fuyant le regard des rares riverains qui les entouraient, ces apprentis terroristes de la gauche ultra présentaient un profil bien particulier. Âgés de 25 à 35 ans pour le plus âgé, ces nihilistes considérés comme «potentiellement très violents» étaient articulés autour d’un petit «noyau dur» d’activistes déjà fichés pour divers actes de violences et de dégradation.

(NdL&I : Ils étaient tellement clandestins qu’ils avaient un site Web !!!! Et ils fuyaient tellement le regard des riverains qu’ils habitaient à côté de la mairie et tenaient une épicerie… et jouaient aux boules avec le Maire !!!

Quand au fichage, pour actes de violence, il s’agit des classiques interpellations pour barbouillage de panneaux de pub… et le traditionnel “outrage” qui accompagne désormais toute arrestation de militants lors d’une manif quelconque…

Mais le plumitif veut nous faire croire qu’il s’agit d’une version moderne de la Bande à Bonnot. Ca tombe bien, il y a un film sur la Bande à Baader au cinoche !)
Aucun ne travaillait

Deux d’entre eux avaient notamment été repérés à la fin de janvier pour des troubles à l’ordre public provoqués en marge d’une réunion anarchiste se tenant à Times Square à New York. Avec une rare véhémence, ils protestaient alors devant un centre de recrutement de l’armée américaine qui, d’ailleurs, a été frappé par un attentat le mois suivant. En France, le groupuscule s’était distingué lors des manifestations lycéennes de décembre 2007 ou, plus récemment, parmi les associatifs appelant à la disparition du fichier de police Edvige.

(NdL&I : Des chomeurs terroristes qui réussissent à se payer un billet d’avion pour New York, au plus fort de l’hystérie sécuritaire US ? Tu nous prends pour des cons Christophe ? Quand aux manifestations anti-CPE ou anti-EDVIGE, le Figaro est trop content de servir la soupe à sa copine Alliot-Marie et de réduire les manifestants à des “terroristes en puissance”.)

A priori, aucun d’entre eux ne travaillait. «Cela ne correspondait pas à leur philosophie», lâche un enquêteur.

(NdL&I : On aimerait savoir qui est cet “enquêteur”. Si par “ne pas travailler” il entend que ces personnes n’étaient pas des salariés “metro-boulot-dodo”, alors en effet… mais dans ce cas là il y a des millions de personnes - agriculteurs, commercants, artisans - qui “ne travaillent pas” en France. Probablement parce que cela ne “correspond pas à leur philosophie”… Encore une fois, le plumitif tente de nous dresser un tableau de nihilistes oisifs et tarés, vivant aux crochets de la “bonne société”. Tremblez braves gens ! )

Les femmes de la bande, (NdL&I :Notez l’élégance toute phallocratique de l’expression, “les femmses de la bande”. ) quant à elles, sont plus volontiers dépeintes sous les traits de «filles de bonne famille issues de la bourgeoisie de province». Un profil somme toute guère étonnant au regard de la jeune fille chic en Burberry qui répondait au nom de Joëlle Aubron à l’époque d’Action Directe.

(NdL&I : Aaaah, en 30 ans, aucun des arguments de la droite n’a changé. Les radicaux sont toujours des fils de bourgeois dégénérés et des petites jeunes filles écervelées… un grand classique. Or dans le cas présent, les membres du groupe sont issus de familles RMIstes, enseignants, petits-fonctionnaires, agriculteurs… on est loin de la bourgeoisie dégénérée qui fréquente les écoles de journalisme et les cafés du Boulevard Hausmann )

Dès son arrivée au ministère de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, très sensible aux «risques de résurgence violente de l’extrême gauche radicale», a demandé à ses services de renforcer les surveillances.

(NdL&I : C’est bien Christophe, bon toutou, tu n’oublies pas de citer ta patronne… mais il fallait nous le dire tout de suite que tu bossais pour le Service d’information du Ministère de l’Intérieur. )

Les agents de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, ex RG-DST), qui avaient secrètement déployé leurs antennes, ont ciblé et identifié avec patience les «objectifs» appréhendés mardi. Olivier Besancenot, le leader trotskiste, a affirmé que les actes de sabotage «ne sont pas et ne seront jamais ceux de la LCR», tandis que SUD-Rail a mis en garde «ceux qui frisent la diffamation en voulant confondre terrorisme et action syndicale».

Déjà confondus par des éléments techniques, dont de l’ADN, les saboteurs du rail devront expliquer la présence de matériel d’escalade confisqué en perquisition à leur domicile. «Nous commençons à imaginer comment ils ont fixé les fers à béton sur les caténaires, confiait mardi après-midi une source proche de l’enquête. En revanche, nous tentons toujours de comprendre comment ils ont pu intervenir sur des câbles dans lesquels courent 25 000 volts…»

(NdL&I : Aucune mention du fait que la plupart des appréhendés ont été relachés avant même le découlement du délai légal… quand aux “confondus par des éléments techniques”, on brûle de connaître le dossier !!! )


Dans la mesure où aucun cheminot ne figure parmi les suspects, reste à déterminer s’ils ont bénéficié d’une aide extérieure. «Ces gens ont voulu s’attaquer à la SNCF, car c’est un symbole de l’État et ils savaient que leurs actes auraient un fort retentissement médiatique», a affirmé Michèle Alliot-Marie.

(NdL&I : Elle en sait des choses Michelle dis donc. Pour notre part, il s’agissait plutot d’opérations de répétition en vue de blocages de trains nucléaires. La technique du crochet à catenaire est abondamment décrite dans la “Direkte Aktionen Fibel” publiée par les anti-nucléaires allemands et librement en vente dans la moindre boutique “radikal” de Berlin. Le PDF est disponible sur tous les réseaux P2P. )

Mais mardi, alors qu’un dernier suspect était recherché, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) s’attendait à ce que les suspects ne soient guère loquaces pendant les 96 heures que doit durer leur garde à vue. Ils encourent trois à dix ans d’emprisonnement et jusqu’à 75 000 euros d’amende.

http://libertesinternets.wordpress....
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news


Dernière édition par CHE le Jeu 13 Nov - 19:31 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 19:06 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

jeudi 13 novembre 2008 (16h47) :
sabotages : la police fabrique des coupables

Sabotage : «Sans coupables, la police en fabrique»

Propos recueillis par Aziz Zemouri (Figaro Magazine) 13/11/2008 |

INTERVIEW - Sébastien Schifres est doctorant en science politique et militant du mouvement des «autonomes», classé à l’ultra-gauche, auquel sont soupçonnées d’appartenir les dix personnes gardées à vue en lien avec les sabotages de caténaires à la SNCF. Il dénonce des arrestations sans «aucun élément matériel».

Connaissez-vous certains des interpellés ?

Pour le moment, la seule personne dont l’identité a été rendu publique c’est Julien Coupat (ancien de l’École des hautes études en sciences sociales et fondateur de la revue Tiqqun, ndlr). C’est un ami à moi qui a souvent été à mes côtés dans le mouvement étudiant. Je suis scandalisé des accusations que la police ose porter contre lui. Aujourd’hui, un intellectuel est en garde à vue pour ses idées. Il n’y a aucun élément matériel pour appuyer la thèse de la police. Et évidemment, quand la police ne trouve pas de coupables, elle les fabrique. En Julien Coupat elle a donc trouvé un faux coupable sous prétexte qu’il a écrit dans une revue révolutionnaire. Michèle Alliot-Marie prétend défendre la démocratie, mais le capitalisme n’a jamais été un régime démocratique.

Vous faites partie du mouvement des «autonomes», qu’est-ce que c’est ?

Il y a aujourd’hui en France des gens qui pensent que Mai 68 ce n’est pas fini et que ce n’est pas en votant pour Olivier Besancenot que l’on fera la révolution. Le mouvement autonome est une tendance du mouvement libertaire qui est apparu en France à la fin des années 70. A la différence des anarcho-syndicalistes qui considèrent que la lutte contre le capitalisme doit s’organiser dans les syndicats, les autonomes préfèrent s’organiser dans des collectifs informels, sans existence légale.

Vous avez vous-même participé à des actions, notamment l’occupation de l’EHESS en 2006. La violence est-elle inhérente au mouvement?

Les autonomes ne sont pas nécessairement violents. Généralement, la violence vient plutôt de la police comme on l’a vu à Gênes avec la mort de Carlo Giuliani, ce manifestant tué par balle par la police italienne. La plupart des actions des autonomes sont aujourd’hui des actions non-violentes du type manifestation, occupation, ou piquets de grève.

Pourquoi ne pas faire de la politique dans des mouvements légaux ?

Le fait de s’organiser en dehors des structures légales est une question de cohérence révolutionnaire : c’est l’idée que la révolution ne peut se faire à l’intérieur d’un cadre légal. Si un révolutionnaire authentique était élu Président de la république, en admettant qu’il veuille sincèrement mettre fin au système capitaliste, je pense qu’il serait renversé par un coup d’Etat militaire.

Etes-vous hostiles à la démocratie parlementaire ?

Les lois ne sont pas faites pour défendre l’intérêt général. Elles sont faites pour défendre les intérêts de la bourgeoisie. Comme ces lois ne peuvent être changées par un processus légal, on ne peut les changer que par un rapport de forces. Or, ce rapport de forces est nécessairement illégal. Il n’existe pas dans l’histoire d’exemple de révolution qui se soit faite en respectant un processus légal. Pour ces raisons, le mouvement autonome est contre la démocratie représentative car il la considère comme une dictature. De mon point de vue, la seule véritable démocratie c’est celle que pratique le mouvement social : c’est la démocratie directe des assemblées générales.

Historiquement, le mouvement autonome est l’expression de cette démocratie directe née en Italie dans les assemblées ouvrières. Pour ma part, c’est cet engagement pour la démocratie directe qui fonde ma participation au mouvement autonome, dans une perspective autogestionnaire à la fois communiste et libertaire.


Vous avez rédigé une thèse sur le mouvement autonome en France de 1976 à 1984. Le mouvement autonome actuel a-t-il des similitudes avec celui des années 1970 ?

D’une certaine manière, à travers le mouvement des squats et le mouvement étudiant, le mouvement autonome d’aujourd’hui est à mon avis assez similaire à celui des années 70. Cependant, il faut reconnaître que depuis les années 90 les autonomes ont abandonné le recours à la violence militaire. Les hold-up, les attentats à l’explosif, la violence systématique, tout ça c’est terminé ! C’est une question de génération. Entre-temps, la société française a été largement pacifiée. En particulier, on a aboli la peine de mort et le service militaire. Le contexte international a également profondément changé. Les années 70 c’était encore la guerre froide, l’époque de la RDA. La Grèce, l’Espagne, et le Portugal étaient encore des Etats fascistes. L’un des premiers groupes autonomes, le MIL (Mouvement Ibérique de Libération), avait d’ailleurs été fondé par Jean-Marc Rouillan pour lutter contre le régime de Franco en Espagne. Donc le contexte a profondément changé.

Le mouvement a-t-il jamais cessé d’exister ? Pourquoi refait-il parler de lui aujourd’hui ?

Le mouvement autonome n’a jamais disparu même s’il a eu tendance à s’effondrer dans les périodes de repli du mouvement social, lorsque la gauche était au pouvoir. Depuis cinq ans, il y a donc une résurgence du mouvement autonome qui correspond au retour de la droite au gouvernement et à la reprise de l’agitation sociale. Mais si on en reparle aujourd’hui, c’est surtout parce que le ministère de l’Intérieur a décidé d’en faire une campagne médiatique pour se faire valoir.
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 19:16 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

Terrorisme à grande vitesse

Même quand elle ne fait pas dérailler les trains, l’ultra-gauche a des choses à dire

Jérôme Leroy



Jérôme Leroy est né en 1964. Il a publié une quinzaine de livres (romans, nouvelles, poésie). Il a arrêté récemment d’enseigner pour se consacrer pleinement à la littérature, l’alcoolisme et le mauvais esprit. Il publie en septembre "La minute prescrite pour l’assaut" (Mille et une Nuits).

“Aimons la vitesse qui est le merveilleux moderne”, écrivait Paul Morand à l’époque où aller vite était une expérience poétique. Aujourd’hui, c’est une aliénation. Ce n’est pas autre chose qu’ont voulu expliquer ces jeunes autonomes, ou anarchistes, ou “membres de la mouvance d’ultra gauche” comme disent les gazettes avec ce flou qui sent bon les informations récoltées chez les nouveaux Javert du renseignement intérieur centralisé plutôt que chez les éditeurs avisés qui ont publié les textes dont leurs actes s’inspirent. A ce titre, l’édito de Libération de ce mercredi ressemble étrangement à des éructations de l’époque droite pompidolienne – cuvée 1973 (les pauvres usagers, l’ennemi intérieur…), ce qui ne manque pas de sel quand on est l’héritier de la Gauche Prolétarienne. Quant à notre ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, elle est tout heureuse. Ses lunettes martiales, son tailleur-pantalon ajusté comme un treillis et ses rodomontades sur l’ordre public en font la digne héritière de Raymond Marcellin, ce John Egard Hoover français qui traquait le gauchiste pendant que la France écoutait Joe Dassin pour oublier le premier choc pétrolier. Elle revient sur le devant de la scène politique intérieure, on l’avait un peu oubliée avec la crise financière, et on va voir ce qu’on va voir. Eh bien, justement, voyons…

De quoi s’agit-il au juste ? Des jeunes gens trouvent notre monde invivable. Comme ils sont intelligents, ils lisent. Ils lisent les livres de l’Encyclopédie des Nuisances, de Tiqqun ou du Comité invisible. Ces noms mystérieux cachent des textes très clairs, à la langue très pure et d’une lucidité sur notre époque qui confine à la poésie. Leurs auteurs, qu’il ne faut évidemment pas confondre avec les jeunes gens soupçonnés d’être passé à l’action directe, s’appellent Jaime Semprun, René Riesel, Baudoin de Bodinat ou Jean-Marc Mandosio, s’inscrivent dans une tradition situationniste et luddite, c’est-à-dire qu’ils estiment que la technologie et l’industrie qui se développent de manière si criminelle et désordonnée aujourd’hui, conduisent à un suicide planétaire et génèrent des modes de vie aberrants.

On peut ne pas être d’accord avec eux, on ne peut pas faire comme si cette pensée n’existait pas, comme si les maladies liées à l’environnement, les comportements psychologiques déments dus aux rapports de production inhumains et le désenchantement du monde si visible dans les zones commerciales qui cernent désormais toutes les villes n’étaient pas une réalité, une réalité que l’on aimerait bien faire dissoudre dans l’addiction à la consommation ou aux anxiolytiques.

La vitesse est donc pour eux la première maladie de notre société. L’Encyclopédie des Nuisances qui a édité le manifeste d’Unabomber mais aussi les Essais, articles et lettres d’Orwell, avait publié, il y a quelques années un stimulant Relevé provisoire de nos griefs contre le despotisme de la vitesse, ou la critique du TGV tenait une bonne place.

L’auteur de cet article ne sait pas si la vitesse est bonne ou mauvaise en soi, il partage avec les Grecs anciens et les marxistes la conviction que les choses sont ce qu’on en fait. Si la vitesse me ramène vers la femme aimée, alors la vitesse est bonne. Mais si elle me permet d’accroître ma productivité au service d’un système injuste, alors elle est mauvaise. Il en va de même pour les OGM qui soigneront les maladies ou ruineront les paysans comme pour les couteaux qui tranchent le pain ou qui poignardent.

J’affirme en revanche sans la moindre hésitation qu’utiliser le mot “terrorisme” pour qualifier les actions dont il est question est un abus de langage. La technique utilisée pour stopper ces TGV en rase campagne est la même que celle des antinucléaires allemands pour bloquer les convois de déchets : dans les deux cas, le mode opératoire vise à éviter toute victime. La célérité avec laquelle la police les a coffrés les a pour l’instant empêché d’expliquer au public, donc aux voyageurs lésés le sens de leurs opérations. (Tiens, pourquoi n’ont-ils pas été arrêtés avant d’agir si on savait tant de choses sur leur compte ? Mais je préfère arrêter là : de nos jours, on est si vite accusé de nourrir une paranoïa complotiste dès que l’on avance une explication policière à l’Histoire…)

On a aussi envie de croire que certains passagers, pas ceux qui ont été filmés complaisamment par les télés pour exprimer leur juste indignation d’usager-client, mais d’autres, qui n’avaient plus eu le temps de penser depuis longtemps, auront vécu ces heures comme un soulagement ou une respiration. Je précise pour éviter les commentaires trop évidents qu’il m’est arrivé plus d’une fois de me retrouver coincé pendant des heures et que j’ai parfois vécu cela comme une chance puisque je pouvais, miraculeusement, voler du temps libre et terminer une lecture, un poème ou une conversation avec une voisine souriante qui avait décidé, elle aussi, d’en prendre son parti.

Plus sérieusement, cette affaire dite, si faussement, du “retour de l’ultra gauche” va être un test intéressant pour voir l’état de nerfs de notre société et du pouvoir actuel. Ou ces actes seront pris pour ce pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire une forme de protestation, de désobéissance civile, de refus du monde aliéné et la sanction sera proportionnée ; ou l’on décidera que l’on à affaire à de dangereux terroristes et l’on s’acharnera sur eux comme on a pu le faire sur d’autres activistes qui eux avaient du sang sur les mains, ce qui répétons-le n’est pas le cas ici, au point que l’on pense d’avantage à Gandhi qu’à Ravachol.

On peut prévoir, hélas, étant donné que la mansuétude judiciaire n’est pas la vertu principale du sarkozysme, que l’on se dirige vers la seconde issue.

Et alors, avec cette logique de la fatalité qui fait les tragédies, dix autres jeunes gens se lèveront à leur tour, “dans l’épouvante le sourire aux lèvres” comme le dit l’Evangile, ne comprenant pas pourquoi arrêter un TGV vaut dix ou quinze ans de prison quand ruiner une économie du tiers-monde sur un coup de bourse vous vaut l’admiration de la presse économique.

Ou plutôt, le comprenant trop bien.
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 21:58 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant



Texte complet en PDF : http://www.lafabrique.fr/IMG/pdf_Insurrection.pdf

125 pages (que je n'ai pas encore lues)

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 22:00 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

o MAM o désespoir ! tu as eu ton 11 novembre certes ridicule à souhait , que dis-je ultra ridicule , petit bout de fer tordu contre bombe atomique et escadrons de héros encagoulés et bien nourri à l'emploi humani.........pardon alimentaire .
pot de fer contre pot de terre biologique !
dame de fer qui telle tatcher regarderait crever quelques anars en grève de la faim sous le portrait de boby sand !
o mamamilla , heureusement que la honte ne tue pas ....................
mais élevée dans le moule de l'état de droit ,la honte tu ne la pas !
bande de fascistes sous les couches démocratiques d'apparences , la force du nombre ,pour le moment vous protège ,prenez bien soin de vos esclaves de sbires , car peut être un jour ils se retournerons contre vous !
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 18:06 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

L'ultra-gauche bientôt accusée d'avoir fomenté la crise financière ? L'ultra-gauche bientôt accusée d'avoir fomenté la crise financière ? L'ultra-gauche bientôt accusée d'avoir fomenté la crise financière ?

TROIS FOIS ! au cas ou les ultra cons du gouvernement seraient en manque de terrorisation des veaux Laughing Laughing Laughing

14 novembre 2008, 12:55, Les mots ont un sens, par Napakatbra


SNCF : L'enquête de la police sur l'Ultra-gauche est au point mort.

Il fallait un ennemi qui fasse l'unanimité. Les Etats-Unis ont Al Qaida, la France aura dorénavant l'Ultra-gauche. Des terroristes indicibles, indétectables, surentrainés, des experts... des anarchistes !
enquete ultra gauche sncf tgv

27500 actes de malveillances en 2007 contre les biens et les installations de la SNCF. Mais ceux-là sont très particuliers, ils ont été réalisés par des experts. Des gens qui possédaient des manuels pour résister aux interrogatoires de la police, des gens qui se réunissaient en secret pour refaire le monde, qui lisaient des livres sur l'anarchisme et, comble de l'extrémisme... ils possédaient des ordinateurs ! Ils avaient même réussi à se faire apprécier de leur village. C'est dire...

Des spécialistes surarmés

Sur TF1, on détaille les techniques des terroristes à grand renfort de détails. Au péril de leurs vies, ils se hissent sur les caténaires à 7 mètres de hauteur sur un câble de 25000 volts, et y posent un crochet qui, au passage du TGV, arrachait tout sur son passage. Curieusement, la plupart des incidents sont décrits comme ayant été provoqués par des blocs de béton déposés sur la voie, mais l'enquête journalistique suit son cours. Sur France 2, on évoque un attirail impressionnant, découvert lors des perquisitions : des livres, des barres métalliques, des cagoules, des fumigènes, des gilets pare-balles, ou encore... des tiges de fer. Armés jusqu'aux dents !

Une nébuleuse internationale

Autre détail croustillant, sur France 3 : ils ont protesté contre le CPE ! Et les images violentes défilent à l'écran. Ils ont manifesté en Allemagne ! Et les images violentes défilent à l'écran. Ils ont défilé aux Etats-Unis devant une caserne militaire ! Et les images violentes défilent à l'écran. D'ailleurs, cette caserne a été la cible d'un attentat un mois après, bizarre... Autre détail très important, l'opération de sabotage a été saluée par un groupe libertaire est-allemand. La preuve !

... surveillée par la police et le FBI

On en appelle aussi à l'expertise des techniciens de la SNCF. Aucun doute, il s'agit de sabotage, si quelqu'un en doutait encore. On en appelle aussi à l'expertise des experts, aucun doute, l'ultra-gauche est dangereuse, car indépendante et hors de contrôle : anarcho-autonomes, selon le ministère de la Justice. D'ailleurs, de nombreux rapports des RG le soulignent : les gens dangereux sont dangereux. La presse se risque même à reproduire les propos d'Alain Bauer, spécialiste parmi les spécialistes, sarkozyste parmi les sarkozystes, qui ose un rapprochement avec le groupe terroriste "Action Directe". Sur France 3, Michèle Alliot-Marie déclare que ces gens étaient sous surveillance depuis longtemps, qu'ils ont été vus à proximité de voies TGV, que des rapprochements ont été faits, qu’ils étaient aussi sous surveillance du FBI, etc. La police et le FBI les auraient donc laissé faire ? "Il s'agissait donc bien d'actes de terrorisme" conclut le journaliste. CQFD.

Jugement sans appel d'une habitante de Tarnac : "On n'imaginait pas qu'ils étaient à la limite du terrorisme. Vous savez, les RG, en général, ils ne font pas de descente pour rien"... Tout est dit. Mais à chaque fois, après ce déferlement de témoignages à charge, un journaliste conclut le reportage, devant un bâtiment officiel orné de drapeaux tricolores, par une résurgence d'esprit journalistique : "on ne sait pas grand chose, il n'y a pas de preuve". Ce qui a été confirmé par plusieurs sources judiciaires. Aucune preuve. Rien... au moment où l'on vous parle.

Une enquête ? Quelle enquête ?

Pire, même. Selon une information Europe 1, les dix gardés à vue n'ont pas été interpellés dans le cadre de l'enquête sur les sabotages de la SNCF, mais dans celui d'une enquête préliminaire ouverte le 16 avril par le parquet anti-terroriste. Cette enquête vise à établir leur rôle dans des violences qui ont eu lieu lors de manifestations à Vichy début novembre et à Thessalonique début septembre. SNCF : "donner au train des idées d'avance", dit le slogan, et aux journalistes, aussi...

Et si on trouvait des traces d'un compte bancaire, on pourrait aussi les accuser d'avoir fomenté la crise financière ? Les journalistes veillent au grain...

Dexia annonce une perte colossale de 1,54 milliard d’euros au 3e trimestre
vendredi 14 novembre 2008 (13h57)



(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 18:18 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

les habitant de Tarnac soutiennent les arrété-es
vendredi 14 novembre 2008 (17h01)


terroristes ? n’importe quoi !

Publié le 13 novembre 2008

TEMPS FORT : Tulle TARNAC JEUDI 13 NOVEMBRE 2008 - 06:12

« Terroristes ? N’importe quoi ! »

Au lendemain de l’opération policière en Haute-Corrèze, notre journal a rencontré des amis des jeunes gens interpellés. Et des habitants de la commune qui prennent leur défense...

« Terroristes, nous ? C’est du n’importe quoi. Croyez-moi, on ne pensait pas un jour être réveillés à 6 heures du matin, un flingue devant le visage. » Le ventre légèrement rebondi, Mélanie (*) nous accueille devant la ferme de Tarnac en Haute-Corrèze, où a eu lieu l’interpellation la veille de cinq de ses amis. « Encore déboussolée », cette jeune femme enceinte était présente quand les policiers de l’anti-terrorisme et ceux de la police judiciaire de Limoges ont débarqué dans la ferme. « Ils n’ont, j’en suis sûr, rien à voir avec ce qu’on leur reproche ».

"Absurdité" A ses côtés, Cédric (*), 30 ans, vêtu d’un jean et d’un pull accepte de répondre à quelques questions. Il se dit musicien, donne un coup de main pour retaper la ferme, va bientôt aider à la construction d’appentis pour le bois. Pour lui ces interpellations sont « une absurdité totale. Les analogies avec l’ETA, ou Action Directe, c’est incroyable. Le gouvernement cherche à faire revivre des spectres enterrés depuis longtemps pour susciter la peur. »

Le discours est politisé. Il le reconnaît. « Effectivement, notre idée de l’humanité ne correspond pas aux canons de la droite ! » lâche-t-il. Mais il assure que « le passage à l’acte est hors de question ». Etonnamment, ce n’est pas ici, auprès des amis, que l’on entend les plus vives réactions. Mais dans le village. La plupart des habitants rencontrés hier étaient particulièrement remontés. Et n’hésitaient pas à prendre la défense des jeunes gens. Comme Laurent, employé communal depuis 16 ans. « Vous ne les connaissez même pas et vous les jetez en pâture ! Les jeunes, nous on les connaît. Ils ont fait plein de choses pour notre village. On ne peut rien leur reprocher. Pour moi, c’est un coup médiatique du gouvernement. Ils n’ont jamais fait de mal à personne ici. Et certainement pas fait ce qu’on leur reproche !. »

(*) Les prénoms ont été modifiés

Franck Lagier 
franck.lagier kqd centrefrance.com

source

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/tulle/terroristes_n_importe_quoi_ kqd CARGNjFdJSsEEhwFBxQ-.html


Sabotages SNCF et médias...
vendredi 14 novembre 2008 (16h45)

Quelques réflexions

Certains «medias» nous on parlé de «perches isolantes» qui auraient servies aux « saboteurs» pour placer ces crochets

Réflexion Une

il faut quand même être sacrément costaud pour manier une perche isolante (ça existe parait il) avec cet engin qui doit bien faire son Kilo et plus et le placer ensuite sur la caténaire

reflexion2

une perche isolante on veut bien mais même télescopique ou démontable c’est du genre pas, très très discret a trimballer dans ce genre d’actions et on a pas entendu nos médias parler de ça au départ de leurs "reportages" mais de matériel d’escalade saisi dans le 20 éme et à Tarnac

Réflexion 3

Pour revenir a la hauteur une caténaire fait généralement entre 6 et 7m 50 (source la vie du rail vérifiez sur leur site c’est plein d’infos) de haut ce que ne nous on pas dis les médias, et si vous approchez d’un a deux mètres de la caténaire

http://www.laviedurail.com/

Maintenant tapez dans votre moteur de recherche une requête comme

http://www.google.fr/search?hl=fr&q=histoire des catenaires de chemin d…

On y trouve bien plus de renseignements sensibles sur les chemins de fer et les caténaires que dans le fameux "manuel de sabotage" des invisible qui aurait été retrouvé chez l’une des personnes arrêtées

reflexion4

Les Sites internet de la presse "maintream" de véritable défouloirs a fachos

Voici enfin sur un article de l’express qui nous en dis très long sur le pouvoir de lavage de cerveaux de ces médias aux ordres et a la botte du Sarkozysme et de ses barbouzes de la DCRI

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/commentaire.asp?id=698807&disc…

Sur le sujet le genre d’appel au lynchage public que des «lecteurs» postent et qui ne semblent pas gêner outre mesure les «modérateurs» du site de l’express

Citations le site de l’express un boulevard pour fachos et autres milices de beaufs f haine

Ces attentats terroristes contre nos lignes de chemin de fer sont attribués à la Gauche Anti-Capitaliste. Il est temps que nous ouvrons notre Guantanamo français, que nous légalisons la torture et que nous appliquons notre patriot act. L’axe du bien de la droite doit anéantir l’axe du mal de la gauche par tous les moyens....... Quel scénario, la fin du film est lamentable pour le vrai Bush, pour sa réplique française elle ne sera pas meilleure

Entièrement d’accord avec Marcus. Nous parlons d’extrémistes politiques. Quand au terrorisme islamiste ou autres...nous savons qu’il existe et je ne me souviens pas qu’on en ait jamais parlé et qu’il ne soit pas combattu.

D’abord , je félicite notre Police qui a arrêté ces terroristes puisqu’on ne peut que les qualifier ainsi. Ensuite, j’espère que celà contribuera à ouvrie les yeux de ceux qui pensent , y compris jusqu’au PS, que l’extrème gauche et l’extrème droite , ce n’est pas pareil.Les deux détestent autant la démocratie et la liberté qu’elles n’hésitent pas à employer la violence et la démagogie la plus pernicieuse.

Effrayant Non une telle haine, et le site de l’express n’est pas une exception, des commentaires du même acabit et écris avec autant de haine vous en retrouverez aussi sur les "forums" et les fils «commentaires» de radio comme RTL-F-Rance Inter, Rmc, et de toute la presse de " gauche" comme le nouvel obs, libe, Marianne, a la pire des pires comme le parisien, l’express, le point, le figaro

des pas dupes
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 18:22 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

pardon d'insister! mais je vous le dis mes frères , la dictature (sournoise ) s'installe

signé dieu Laughing
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 20:06 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant








ça c'est du sérieux , même les morts dans l'au delà en tremblent , sus à l'ennemi , ah! si en trente neuf nous avions eu ces héros ...........
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 22:07 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

Ah ! La Sous-direction de la Direction, c'est toujours un bonheur...

On sent les cadors !

Des bêtes énormes ! A 100 contre un, protégés par des tenues de robocop et des hélicoptères ils arrivent parfois à coincer un voleur de poule...

Mais pas souvent, une petite mollesse du genou, peut-être ?

Ou de la couille gauche (la droite va bien, merci !)

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Sam 15 Nov - 16:33 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

cette "affaire" me fout les boules ! cette pratique politico-policière est la même qu'en corse , à gerber !

Création d’un Comité de soutien aux interpellés de Tarnac
vendredi 14 novembre 2008 (22h48)
8 commentaires

A l’initiative de l’ancien maire de Tarnac et du maire d’une commune voisine La Villedieu, un Comité de soutien vient d’etre créée pour les interpellés de Tarnac .

Un comité de soutien aux cinq jeunes corréziens interpellés dans l’enquête sur les "sabotages" contre le réseau SNCF a été officiellement crée vendredi soir à Tarnac, le village dans lequel ils vivaient.

Ce comité, créé par trois personnes se revendiquant "de gauche", a pour principal objectif de dénoncer la manière dont les cinq personnes ont été interpellées, a expliqué lors d’une conférence de presse un des co-fondateurs, Thierry Letellier, maire de la commune voisine de La Villedieu. "Leur façon de faire était inacceptable", a-t-il souligné, estimant que c’est "une affaire qui tombe à pic politiquement". "Ce sont des gens qui fuient l’anonymat et l’aggressivité des grandes villes et que l’on vient rafler car ils ont décidé de vivre autrement et pour cela on fait l’amalgame avec des terroristes", a pour sa part dénoncé Michel Ginnaber, un habitant de la commune proche de la communauté à laquelle appartenaient les cinq jeunes.

Pour ce co-fondateur du comité, créé au lendemain d’une réunion qui a rassemblé, selon les organisateurs, près d’une centaine d’habitants de Tarnac, "la façon dont on les présente est différente de la réalité partagée ici dans le village", ajoutant qu’ils "vivent de façon ouverte et sont bien intégrés".

Des propos confirmés par Jean Plazanet, élu municipal et maire PC de la commune entre 1967 et 2008, qui a expliqué avoir été "le premier à accueillir" le chef présumé, un homme de 34 ans, en lui permettant de louer une chambre dans l’ancienne maison de retraite. "Il est d’une grande intelligence et gentillesse", a-t-il affirmé. Pour lui, cette vingtaine de jeunes venaient repeupler ce village du plateau de Millevaches, et donc "il y avait nécessité d’être fraternels avec eux". "Grâce à eux, il y a encore une épicerie et de quoi manger dans le village", a souligné l’élu municipal, les qualifiant de "monsieur et madame tout le monde" qui "se lèvent à 6 heures du matin pour préparer leurs légumes et les amener aux vieux".

Le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, a annoncé vendredi l’ouverture d’une information judiciaire sur les récents sabotages à la SNCF et requis la mise en examen des neuf gardés à vue, notamment pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

http://france-info.com/spip.php?article212336&theme=69&sous_ theme=69
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Sam 15 Nov - 16:39 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

Communiqué FA : Les véritables saboteurs, ce sont les capitalistes et l’Etat !
samedi 15 novembre 2008 (15h05)
1 commentaire

Il apparaît de plus en plus clairement que la crise financière et son impact sur les économies vont affecter plus durement le sort des travailleurs et des classes les plus pauvres. Appliquant le principe bien rôdé : privatisation des bénéfices et socialisation des pertes, le Capital et son fidèle chien de garde l’Etat entendent bien nous faire supporter le côut de leur folle course à la spéculation et aux profits en accentuant nettement la dégradation des conditions de vie de ceux et celles qui partout dans le monde ne possèdent que leur force de travail pour subsister.

Cette crise intervient donc à point nommé pour justifier une nouvelle offensive du capitalisme. Elle constitue en cela un puissant outil de propagande visant à fabriquer le consentement collectif, à réaliser l’Union Sacrée pour sauver l’économie et nous faire accepter licenciements, baisses de salaire, chômages techniques, délocalisations, travail le dimanche, retraite à 70 ans, casse du CDI et de la réglementation du travail, tout en cherchant à paralyser notre capacité à riposter.

Cependant, et les tenants du capitalisme le savent, la manoeuvre est trop grossière pour que les travailleurs l’acceptent sans broncher, et la situation sociale, comme le reconnaissait récemment Nicolas Sarkozy, est potentiellement explosive. Dès lors, pour contenir la colère qui monte inévitablement, L’Etat doit montrer ses muscles et affirmer sa détermination à frapper ceux et celles qui envisageraient d’exprimer leur résistance à la marche forcée du capitalisme en dehors des clous du débat républicain et démocratique.

C’est dans ce cadre que l’on peut placer la spectaculaire et médiatique arrestation mardi 11 novembre d’une dizaine d’individus quelques jours après la découverte de sabotages sur les caténaires de lignes ferroviaires parcourues par les TGV.

Ce raid policier s’accompagne par des déclarations triomphalistes de la Ministre de l’Intérieur sur la résurgence d’une menace terroriste d’extrême-gauche, incarnée aujourd’hui par une obscure mouvance « anarcho-autonome d’ultra-gauche » dorénavant désignée comme l’ennemi public à combattre.

La précipitation policière et l’emballement médiatique à présenter ces présumé-e-s innocent-e-s comme de dangereux saboteurs et futurs poseurs de bombes malgré l’absence de revendication politique et de la moindre preuve formelle a rapidement fait place à la prudence et à la réserve tandis que l’enquête semble piétiner.

Que sont quelques caténaires arrachées (parmi 27 000 actes de malveillances recencées par la SNCF pour la seule année 2007) causant le retard de quelques dizaines de trains sans jusqu’à preuve du contraire présenter de risques aux personnes en regard de la véritable politique de destruction des organismes de solidarité, des services publics en général et du chemin de fer en particulier, du terrorisme patronal qui génère stress, maladies et accidents (2 millions de personnes meurent chaque année dans le monde d’accidents ou de maladies professionnelles), d’un système économique qui pille et détruit l’environnement, nous affirmons aujourd’hui que les véritables saboteurs, ceux qui nuisent quotidiennement à nos vies, à notre santé, à la planète, ce sont l’Etat et le capitalisme !

Quels que soient les auteurs de ces sabotages, et une provocation policière ne sera jamais à exclure, la Fédération anarchiste exprime son désaccord sur ces actes de sabotage qui contribuent d’une part à développer l’incompréhension et la condamnation des opinions sur l’éventuel sens politique de ses actions, et d’autre part au renforcement des mesures répressives du Capital et de l’État qui, tentant de faire payer les frais de la crise aux travailleurs, font peser sur eux le poids d’une répression accrue.

Les anarchistes reconnaissent le droit inaliénable, individuel et collectif, à l’insubordination, à la révolte et à l’insurrection. Nous proclamons la liberté de choix de tout moyen d’action qui ne soit pas en contradiction avec les principes libertaires et les objectifs finalistes poursuivis par le mouvement. Nous prônons la pratique de l’action directe et révolutionnaire, c’est à dire la lutte sans intermédiaires des individus en dehors et contre les structures autoritaires étatiques et d’exploitations capitalistes, les partis politiques et les bureaucraties syndicales pour conquérir l’égalité économique et sociale et la liberté. L’action directe doit trouver son apogée dans la grève générale expropriatrice et autogestionnaire, prélude à la société communiste libertaire à laquelle nous aspirons.

Pour autant, nous considérons qu’il est contre-productif et suicidaire de rechercher la mise en oeuvre de telles actions de sabotages quand on ne travaille pas à l’affirmation d’une capacité politique offensive dans le mouvement ouvrier. Les anarchistes ne croient pas que la propagande par le fait, conçue comme le réveil mythique de la conscience du prolétariat toujours prêt à la riposte, puisse obtenir le moindre succès. Si cette ligne politique s’affirmait, elle ne pourrait qu’appronfondir le fossé entre activistes et population.

Si nous considérons que le sabotage est une arme à laquelle peut légitimement recourir le mouvement social dans une situation où un rapport de forces s’est constitué, il n’est en revanche d’aucune utilité dans le cas contraire, les cheminot-e-s le savent.

Même si la Fédération Anarchiste n’a jamais fait le choix de l’avant-gardisme, elle demande la libération immédiate de toutes les personnes emprisonnées et mises en examen.

La Fédération anarchiste dénonce le terrorisme policier et toute volonté de criminaliser la révolte et la contestation sociale, elle appelle à la solidarité avec toutes les victimes de la répression et de la violence étatique et patronale.

La Fédération anarchiste appelle enfin les cheminot-e-s à entrer en lutte pour gérer sans patron ni Etat le service public ferroviaire.

Fédération anarchiste

le 15 novembre 2008

http://public.federation-anarchiste.org/article.php3?id_article=354
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Sam 15 Nov - 17:21 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

Patrice Guyot a écrit:


Texte complet en PDF : http://www.lafabrique.fr/IMG/pdf_Insurrection.pdf

125 pages (que je n'ai pas encore lues)

***




un livre qui ma l'air très intéressant , le nabot en mangerait ses talonnettes!


Une insurrection, nous ne voyons même plus par
où ça commence. Soixante ans de pacification, de
suspension des bouleversements historiques,
soixante ans d’anesthésie démocratique et de gestion
des événements ont affaibli en nous une certaine
perception abrupte du réel, le sens partisan
de la guerre en cours. C’est cette perception qu’il
faut recouvrer, pour commencer.
Il n’y a pas à s’indigner du fait que s’applique depuis
cinq ans une loi aussi notoirement anticonstitutionnelle
que la loi sur la Sécurité quotidienne. Il
est vain de protester légalement contre l’implosion
achevée du cadre légal. Il faut s’organiser en
conséquence.
Il n’y a pas à s’engager dans tel ou tel collectif
citoyen, dans telle ou telle impasse d’extrême
gauche, dans la dernière imposture associative.
Toutes les organisations qui prétendent contester
l’ordre présent ont elles-mêmes, en plus fantoche,
la forme, les moeurs et le langage d’États
miniatures. Toutes les velléités de «faire de la poli-

tique autrement» n’ont jamais contribué, à ce jour,
qu’à l’extension indéfinie des pseudopodes
étatiques.
Il n’y a plus à réagir aux nouvelles du jour, mais à
comprendre chaque information comme une opération
dans un champ hostile de stratégies à déchiffrer,
opération visant justement à susciter chez
tel ou tel, tel ou tel type de réaction; et à tenir cette
opération pour la véritable information contenue
dans l’information apparente.
Il n’y a plus à attendre – une éclaircie, la révolution,
l’apocalypse nucléaire ou un mouvement social.
Attendre encore est une folie. La catastrophe n’est
pas ce qui vient, mais ce qui est là. Nous nous
situons d’ores et déjà dans le mouvement d’effondrement
d’une civilisation. C’est là qu’il faut
prendre parti.
Ne plus attendre, c’est d’une manière ou d’une
autre entrer dans la logique insurrectionnelle. C’est
entendre à nouveau, dans la voix de nos gouvernants,
le léger tremblement de terreur qui ne les
quitte jamais. Car gouverner n’a jamais été autre
chose que repousser par mille subterfuges le
moment où la foule vous pendra, et tout acte de
gouvernement rien qu’une façon de ne pas perdre
le contrôle de la population.
_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
CHE


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2007
Messages: 663
Localisation: BDR

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 18:16 (2008)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi ! Répondre en citant

http://www.dailymotion.com/video/k1mwwbHRsnLAMT53Lv
CHE a écrit:
o MAM o désespoir ! tu as eu ton 11 novembre certes ridicule à souhait , que dis-je ultra ridicule , petit bout de fer tordu contre bombe atomique et escadrons de héros encagoulés et bien nourri à l'emploi humani.........pardon alimentaire .
pot de fer contre pot de terre biologique !
dame de fer qui telle tatcher regarderait crever quelques anars en grève de la faim sous le portrait de boby sand !
o mamamilla , heureusement que la honte ne tue pas ....................
mais élevée dans le moule de l'état de droit ,la honte tu ne la pas !
bande de fascistes sous les couches démocratiques d'apparences , la force du nombre ,pour le moment vous protège ,prenez bien soin de vos esclaves de sbires , car peut être un jour ils se retournerons contre vous !

_________________
STINTU RIBELLU

« Sans l’autorité d’un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L’autorité d’un seul, c’est un crime. »

Louise Michel

http://www.dailymotion.com/video/xtla2_30-anni-di-resistenza_news
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:43 (2016)    Sujet du message: Comment bousiller les trains : mode d'emploi !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> L'actualité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com