Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Jourde & Naulleau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Les Arts (autrement dit : les choses vraiment intéressantes) -> La Littérature : ce que vous aimez ou ce que vous écrivez
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mer 21 Jan - 06:24 (2009)    Sujet du message: Le Jourde & Naulleau Répondre en citant

Fantastique ouvrage de critique littéraire, une rigolade gigantesque...

Qui a la bonne idée de commencer par Marc Lévy… (Bao qui sait qu’il est le plus vendu veut en lire pour se faire une idée !)
 
La Prochaine Fois (2004) – Le livre que je lirai la prochaine fois !
 
Extrait (parmi pas mal d’autres vraiment croquignolets) :
 
À l’étage, dans la chambre de Clara, les tapisseries avaient retrouvé leurs couleurs originelles. Sa jupe glissa le long de ses jambes, elle s’approcha de Jonathan et se serra contre lui. Ils s’aimèrent jusqu’au petit matin*.
 
* Commentaire d’Eric Naulleau : Comme dans les meilleurs films inutile d’entrer dans les détails. La sobriété est ici la marque d’un artiste accompli. Elle exige toutefois quelques éclaircissements. En fait, l’auteur ne veut pas dire que ses personnages éprouvèrent un sentiment intense l’un pour l’autre jusqu’au petit matin, en somnolant ou en se regardant dans les yeux. Il fait allusion à une relation physique. Cependant il n’aurait pas pu écrire non plus : Jonathan besogna Clara de 0 h 30 à 0 h 37, puis sombra instantanément dans un sommeil lourd. Dans l’amour littéraire, la durée du Coït doit toujours répondre à l’intensité du sentiment, comme le préconisait Boileau dans son Art poétique. Il s’agit d’allier poésie et performance. D’un autre côté le réalisme est à proscrire (Marc Lévy a évité d’infliger au lecteur des considérations oiseuses telles que : Après une magistrale fellation, ils passèrent à une bonne cravate de notaire. Jonathan opta ensuite pour une levrette, qu’il eut la fantaisie d’épicer en enculant Clara inopinément, etc.). La poésie s’avance toujours voilée. L’auteur réussit donc ici un petit miracle de discrétion et d’élégance classique ?
 
À lire de toute urgence, 13,50 Zeuros chez Gallimuche Raspail !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Jan - 06:24 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mer 21 Jan - 06:58 (2009)    Sujet du message: Le Jourde & Naulleau Répondre en citant

Celle-ci, sur cette buse de Labro, je manque m'étouffer de rire chaque fois que je la lis, surtout la chute...

Attention : à la fin de l'envoi je touche !

Labro (Tomber sept fois, se relever huit, pp 157-158)
 
Qu’est-ce qui fait que les musiques tziganes me touchent, que se réverbèrent en moi les violons et que me captivent les chansons, qu’elles fussent fado portugais, blues, Lieder ou country western, pourvu qu’elles expriment une langueur, de la nostalgie, et pourquoi ai-je écrit quand je n’avais pas quinze ans : « Tout ce qui est beau est forcément un peu triste », et pourquoi plus Chopin, Liszt et Schubert et Schumann se font nocturnes et désespérés, plus je les aime ?
 
Tout ça, c’est dans le sang, s’il vous arrive de saliver à la vue d’une bonne choucroute, c’est probablement que votre grand-mère était alsacienne, s’il vous arrive de suivre des yeux dans la rue quelque jolie paire de jambes, il y a fort à parier que votre grand-oncle était majorette, et s’il vous vient du vague à l’âme en écoutant les chaussettes noires, inutile de chercher plus loin, vous êtes à tout coup l’héritier d’une longue lignée de ravaudeuses.
 
On ne sort pas indemne d’un pareil ébranlement intime – oui, voilà, c’est ça, les livres de Philippe Labro, c’est de la littérature d’ébranleur.

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:59 (2016)    Sujet du message: Le Jourde & Naulleau

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Les Arts (autrement dit : les choses vraiment intéressantes) -> La Littérature : ce que vous aimez ou ce que vous écrivez Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com