Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ma définition de la crise.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sili


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 191
Localisation: fr

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 09:01 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

Salut tout le monde,

Petite intervention en passant.


Hier, j'ai trouvé ce post dans un forum:

"Posté le 14-03-2009 à 14:47:03

Aller je vais foutre la merde

Il n'est pas sage de jeter la pierre sur les communistes, surtout de la part d'un occidental. Effectivement si la Russie et la Chine n'avaient pas été communistes de si longues années, croyez-vous vraiment que l'occident aurait pu vampiriser toutes les ressources de cette planète et célébrer dignement ses "30 glorieuses" ? Finalement aucune doctrine n'a mieux servi le capitalisme que le communisme.
Nous leur devons plus qu'un simple "a bas les rouges". Quelle ironie !

Marrant comme point de vue hein "



C’est peut-être le déclique qui manquait pour pouvoir commencer à expliquer, du point de vue capitaliste ce qu’est la crise.

Pas facile d’admettre que les richesses aient disparu, quand on sait pertinemment que nous sommes dans un vase clos, et que de là, rien ne se gagne, rien ne se perd...

Le capitalisme, c’est détenir un maximum de monopoles, oui, au pluriel, afin de détenir un maximum de pouvoir de restriction, pouvoir éliminer la concurrence, imposer les niveaux de rémunération, contrôler l’offre et la demande afin d’être maître de la valeur des matériaux et des services.

Ce qui fait la richesse, ce n’est pas l’abondance, c’est la différence : il ne peut y avoir de riches sans pauvres...

La crise n’est qu’un mots pour cacher les craintes des capitalistes occidentaux qui voient leur vivier de main d’œuvre soumise, se tarir dans les pays pauvres, qu’ils se sont évertué à garder en voie de développement et, qui, malgré eux, réussissent à se développer.

La crise n’est pas une fuite de capitaux, mais une nouvelle source de capitaux qui échappe au pouvoir occidental, c’est le début d’une concurrence et la fin des monopoles, c’est surtout un redéploiement des pouvoirs d’exploitation de la masse ouvrière.

La crise, c’est la diminution de la proportion de tous les capitaux, détenue par une minorité de riches. C’est l’entêtement des capitalistes à entretenir l’écart entre riches et pauvres.


A bientôt.
_________________
Défendre une idée n’implique pas forcement qu’on y adhère
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Mar - 09:01 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Dim 29 Mar - 15:18 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

Très beau texte Sili, et très pertinent !

Ce qui est vrai c'est qu'il est indispensables que les très bons gagnent plus que les moyens ou les mauvais,

Ce qui est certain c'est qu'il est indigne de laisser les uns ou les autres crever de faim (ce qui se fait sans vergogne)

Ce qui est vraiment honteux c'est qu'un écart de 1 à 10 ou de 1 à 20, passe encore (un grand patron ou une star du sport, du rock ou du foot, 15.000 à 30.000 €uros par mois, pourquoi pas, ils feront marcher l'industrie du luxe !)

Mais 1 million d'€uros par mois : NON !

Bernard Arnault (LVMH, Dior, Bon Marché, Guerlain, Séphora...) 55.000.000 d'€uros par mois depuis 35 ans (fortune actuelle  : 18.000.000.000 d'€uros)

C'est n'importe quoi, la honte totale, le racket le plus lamentable !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
sili


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 191
Localisation: fr

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 23:02 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

Tu sais comment me faire réagir...

Les très bons ne méritent pas plus que les mauvais, il ont juste moins de travail à fournir pour le même résultat... C'est sûrement la différence qu'il faudrait remettre en évidence, et que ces enculés qui ont les moyens de facilités se bougent le cul pour le bien de tous, plutôt que de se dorer le cul en roi des cons...
_________________
Défendre une idée n’implique pas forcement qu’on y adhère
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 3 Avr - 12:37 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

Hi ! hi !

J'aime bien ton franc-parler...

Si, les bons méritent plus que les mauvais : ils font des choses que les mauvais sont incapables de faire !

Ou ils prennent des risques que les mauvais sont incapables de prendre,

Toiut ceci mérite plus... Mais pas n'importe quoi car ce qui est pris par les uns n'est plus disponible pour les autres,

Et en ce moment les gros cochons se sont tellement goinfrés qu'il n'y a plus rien à bouffer pour les autres.

Le moment de sortir les fourches sonne !

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
sili


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 191
Localisation: fr

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 20:00 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

Ouai t'as raison, et combien faudrait les payer les bons , pour qu'ils aillent patauger dans la merde, comme les mauvais?

Pour être plus clair dans ce que je disais: Ce ne sont pas les capacités qu'il faut récompenser (rémunérer), mais les résultats obtenus grâce à celles-ci.

Quoi qu'on en dise, on vit dans un monde d'enculés où l'important est que le voisin soit plus mal que soi. On se console du malheur des autres, c'est plus simple que de viser le bonheur... 

Moi, j'men taperais, personne ne m'envie, ils ne savent pas ma richesse, n'ayant besoin de rien, j'ai tout ce qu'il me faut...

Peut-être qu'un jour, les pauvres se lasserons d'établir sans cesse, la hiérarchie des profondeurs, de vouloir être le grain de sable qui dépasse de la première marche.

La compétition, compétitivité, la course à la première place ne détruit pas que les concurants perdants, elle detruit tout sur son passage, usant de tous les moyens sans se préoccuper des conséquences. 

Un jour, tout se payera et, ceux qui vivent de rien n'auront pas besoin de s'adapter pour survivre. C'est pas rassurant pour autant...

Allé, j'retourne dans ma tanière...  
_________________
Défendre une idée n’implique pas forcement qu’on y adhère
Revenir en haut
mimibig


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 2 649
Localisation: landes

MessagePosté le: Mer 8 Avr - 20:01 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

http://www.myspace.com/lhommeparle
_________________
http://artmag.e-monsite.com

http://www.artmajeur.com/ludwigvonbiglee/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sili


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2008
Messages: 191
Localisation: fr

MessagePosté le: Mer 8 Avr - 20:33 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

  Pas mal!...

Merci Mimi.
_________________
Défendre une idée n’implique pas forcement qu’on y adhère
Revenir en haut
mimibig


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 2 649
Localisation: landes

MessagePosté le: Jeu 30 Juil - 23:31 (2009)    Sujet du message: Ma définition de la crise. Répondre en citant

Les boulangers ont des problèmes croissants.
> Chez Renault la direction fait marche arrière. Les salariés débrayent.
> A EDF les personnels sont sous tension.
> Les bouchers se battent pour défendre leur beefsteak.
> Les éleveurs de volaille sont les dindons de la farce. Ils en ont assez de se faire plumer.
> Pour les couvreurs, cette nouvelle loi est une tuile.
> A Limoges, les faïenciers en ont raz le bol.
> Les éleveurs de chiens sont aux abois.
> Les brasseurs sont sous pression.
> Les imprimeurs se font un sang d'encre
> Les cheminots menacent d'occuper les locaux. Ils veulent conserver leur train de vie.
> Les veilleurs de nuit en ont assez de vivre au jour le jour.
> Les pédicures travaillent d'arrache-pied pour de faibles revenus.
> Et pendant que les ambulanciers ruent dans les brancards,
> Les pécheurs haussent le ton.
> Et même les prostituées sont dans une mauvaise passe !! Mr. Green
_________________
http://artmag.e-monsite.com

http://www.artmajeur.com/ludwigvonbiglee/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:29 (2016)    Sujet du message: Ma définition de la crise.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> Crise ou escroquerie ? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com