Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une Affaire d'État

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> L'actualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 19 Juin - 12:53 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

L'Express

PARIS - La justice française ne considère plus comme sérieuse la piste islamiste dans l'enquête sur un attentat suicide qui avait fait 14 morts, dont 11 Français, en 2002 au Pakistan, ont déclaré jeudi deux juges d'instruction.






La justice française ne considère plus comme sérieuse la piste islamiste dans l'enquête sur un attentat suicide contre un bus qui avait fait 14 morts, dont 11 ingénieurs et techniciens français de la Direction des constructions navales (DCN), en 2002 à Karachi, au Pakistan. (Reuters/ Zahid Hussein)

C'est désormais celle d'un attentat commandité par des militaires pakistanais afin de punir la France du non paiement de commissions dans un marché d'armement qui va être suivie, ont expliqué les magistrats Marc Trévidic et Yves Jannier aux familles des victimes réunies au tribunal de Cherbourg (Manche).

"La piste islamiste ne tient plus la route. Une autre piste s'ouvre, elle paraît crédible. La justice française va la travailler", a dit à Reuters une source judiciaire qui a souhaité garder l'anonymat en rapportant ces déclarations.

Ce dossier menace les relations entre la France et le Pakistan, un pays clé dans la lutte contre l'islamisme radical.
Il est encombrant pour l'Elysée, puisque le contrat d'armement a été négocié en 1994 sous le gouvernement d'Edouard Balladur, dont Nicolas Sarkozy était le lieutenant.

Un kamikaze avait précipité un véhicule rempli d'explosifs sur un bus en mai 2002 à la sortie d'un hôtel de Karachi. Au nombre des 14 morts, figuraient 11 ingénieurs et techniciens français de la Direction des constructions navales (DCN) qui travaillaient à la construction de sous-marins français Agosta.

Le régime pakistanais avait initialement mis en cause des activistes islamistes, mais deux d'entre eux condamnés à mort en 2003 ont finalement été acquittés en appel le mois dernier.

DES FAMILLES INDIGNÉES

Certaines des familles se sont indignées lors de la réunion de Cherbourg que l'Etat leur ait menti, a raconté à Reuters Me Olivier Morice, un de leurs avocats, présent à la réunion.

"Il serait temps qu'au plus haut niveau de l'Etat, on se comporte dignement avec les familles et qu'on arrête de leur cacher la vérité", a-t-il dit. Nicolas Sarkozy a refusé en mai dernier une demande d'audition des familles de Cherbourg.

La nouvelle piste impliquant les militaires pakistanais vient d'un mémorandum saisi dans une autre enquête et versé en octobre 2008 au dossier de l'enquête.

Il s'agit d'un rapport anonyme provenant de la DCN, daté de septembre 2002, et concluant que le mobile de l'action était le non versement de commissions promises par la France en marge du contrat portant sur la livraison de sous-marins.

L'hypothèse retenue était que le problème de commissions serait venu du président Jacques Chirac. Après son élection en 1995, il aurait refusé le versement à des responsables pakistanais des sommes initialement convenues.

Le contrat prévoyant la vente de trois sous-marins Agosta avait été signé au moment où s'affirmait la rivalité d'Edouard Balladur avec Jacques Chirac en vue de l'élection présidentielle de 1995. Nicolas Sarkozy était alors dans le camp du Premier ministre de l'époque.

Du beau monde tout ça !

***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...


Dernière édition par Patrice Guyot le Ven 19 Juin - 13:08 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Juin - 12:53 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Ven 19 Juin - 13:07 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

Médiapart

EUROPE 1



***
_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mer 24 Juin - 22:50 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

Charles Millon confirme (Rue 89) :



Chirac a bien demandé à son ministre de la Défense de bloquer des commissions liées à des ventes d'armes au Pakistan.

Charles Millon confirme la piste évoquée par les juges chargés de l'enquête sur l'attentat de Karachi. Oui, dit en substance l'ancien ministre de la Défense, Jacques Chirac m'a demandé de bloquer le versement de certaines commissions sur des contrats de ventes d'armes. Notamment sur celui des trois sous-marins Agosta vendus au Pakistan. Nicolas Sarkozy peut-il continuer à parler de « fable grotesque » ?
Chirac me demande de « stopper » le versement des commissions

Paris-Match lève un nouveau coin du voile épais qui entoure l'affaire de l'attentat de Karachi. En trois questions à l'ancien ministre de la Défense (1995-1997), l'hebdomadaire confirme la piste politico-affairiste : l'attentat aurait été commis pour obtenir le versement de commissions promises dans le contrat de septembre 1994, puis bloquées après l'élection de Jacques Chirac à la présidence, au printemps 1995.

Comme Rue89 le racontait par le menu jeudi dernier, les deux juges chargés de cette enquête se sont rendus à Cherbourg. Ils ont longuement expliqué aux familles des 11 Français (plus trois Pakistanais) tués dans cet attentat pourquoi ils privilégient désormais la piste, « cruellement logique », d'une bataille opposant les réseaux chiraquiens et balladuriens.

A la question de Paris Match : « Est-il exact que la France ait bloqué le versement de commissions destinées à des intermédiaires pour la vente des trois sous-marins de la DCN au Pakistan ? », voici ce que répond Charles Millon :

« Ce qui est certain, c'est que peu après ma nomination au ministère de la Défense, en 1995, Jacques Chirac m'a demandé de passer en revue les différents contrats de ventes d'armes en cours et de stopper le versement des commissions pouvant donner lieu à des rétrocommissions. C'est ce qui a été effectué : chacun d'entre eux a fait l'objet d'une expertise particulière. »


En revanche, Charles Millon dit n'avoir jamais fait l'objet de menaces liées à ce contrat. Du moins tant qu'il occupait l'hôtel de Brienne, jusqu'à la dissolution de l'Assemblée nationale en 1997.

L'avocat des familles : « C'est bien une affaire d'Etat »

Pour Olivier Morice, l'avocat des familles des victimes, que nous avons pu joindre ce mercredi, cette déclaration est un signe supplémentaire de la dimension politique de cette affaire :

« La déclaration du ministre de la Défense de l'époque ne me surprend pas. Nous sommes bien en présence d'une affaire d'Etat. La volonté politique d'arrêter le versement de commissions était due à l'existence de rétro-commissions illicites. »


Comment les services de la Défense ont-ils appris l'existence de « rétrocommissions » ? A qui étaient-elles destinées, si ce n'est à des Français gravitant dans les cercles du pouvoir ? Deux interrogations auxquelles Charles Millon ne répond pas. Pour mémoire, rappelons que le versement de pots-de-vin à des intermédiaires étrangers était en 1994-95, une pratique admise.

Nicolas Sarkozy donnait le feu vert sur les commissions

Mieux : ces commissions versées par de grandes entreprises -publiques ou privées- comme la Direction des chantiers navals (DCN), pouvaient être défiscalisées. A condition de les déclarer aux douanes et d'obtenir l'accord du ministre du Budget… Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995.

Le président de la République a bien démenti une telle « fable », « grotesque », « ridicule », vendredi dernier à Bruxelles. Il a également prétendu que le « secret d'Etat n'existe plus », alors que l'ensemble des DAS 2 (déclarations annuelles de salaires), où sont inscrites ces commissions, sont classifiées « secret défense ».

Mais Nicolas Sarkozy n'a pas convaincu les familles des victimes, furieuses d'être désormais ignorées par l'Elysée. Un point de vue relayé par Olivier Morice :

« Le mobile de l'attentat de Karachi apparaît de plus en plus évident et ceux qui parlent de “ fable ” se moquent de la mémoire des victimes et de leur famille. »


Edouard Balladur, Nicolas Bazire (alors directeur de cabinet du Premier ministre) et Nicolas Sarkozy pourront-ils ignorer ces nouvelles révélations ? Pourront-il encore longtemps éviter de s'expliquer de manière approfondie au pôle anti-terroriste du TGI de Paris ? En tout cas, Jacques Chirac entretient un prudent silence sur le sujet.


Sans commentaire : je deviendrais vite désagréable...

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
MengWan


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 2 859
Localisation: Nulle part

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 04:47 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

Il faudrait tout de même raison garder ...

La responsabilité des attentats ne réside pas en France mais revient bien à ceux
qui ont posé les bombes (ordonné ...) !

Essayer de détourner cette responsabilité vers la France et son personnel politique c'est
de fait chercher à disculper les vrais commanditaires.

Si ces vrais commanditaires sont effectivement des militaires pakistanais, je pense que
quelques opérations du SDECE pour les éliminer seraient les bienvenues, il faut "parler"
le même "language" international qu'eux ...

Crying or Very sad
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 11:26 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

Pas tour à fait d'accord : même si les PRINCIPAUX coupables (et les plus punisables) sont les commanditaires et les exécutants,

Ceux qui par veulerie, mauvaise gestion (et donc manque de fric), basse vengeance, etc. se sont dispensés de tenir la parole donnée par leurs prédécesseurs,

Avec les conséquences prévisibles :

- Perte de crédit auprès du pays concerné

- idem auprès des pays informés de ce grave manquement (peut-être vendrions-nous des rafales sans ce genre de connerie)

- Vengeance auprès des ressortissants à portée de main afin de manifester sa mauvaise humeur...

Enfin la responsabilité morale des imbéciles et irresponsables qui se sont dispensés de payer me semble évidente.

Autour des casinos on trouve souvent d'ex très belles voitures sortant d'une machine à laver équipée de battes de base-ball (le meilleur outil pour transformer un bolide rutilant en épave inutilisable)

Il y a quelques années, du côté du Far West on utilisait plutôt le goudron et les plumes, et hop un petit tour de ville sur une traverse de chemin de fer !

... Ceux-là disais-je plus haut mériteraient bien qu'on leur applique cette méthode, aussi ludique qu'éducative !

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
MengWan


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 2 859
Localisation: Nulle part

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 11:36 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

Ben, là on diffère ...

Lorsque des maffieux (Balla, Sarko ...) font des trucs pas clairs, çà n'engage pas le pays !

Sinon, on n'en finit plus, on a déjà des dizaines de casseroles en Afrique, si on n'est pas
capable de commercer honnêtement ici ou là, on s'abstient Cool

NB:Par contre, il aurait sans doute été possible de "prévenir" une réaction et renforcer
la sécurité !
Revenir en haut
Patrice Guyot
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 12:31 (2009)    Sujet du message: Une Affaire d'État Répondre en citant

Ah ! S'ils n'engagent pas le pays, vu que c'est leur boulot (en principe) faudrait peut être songer à les virer...

De plus vu ce qu'il a déjà emprunté au nom de la France et ses nouveaux projets de vol à main armée (c'est tellement confortable de payer ses domestiques et d'acheter ses Patek Philippe à crédit)

... Ceux qui ont prêté ou ceux qui vont le faire (pas moi) ont du souci à se faire...

... Beaucoup de souci !

(J'emprunte au nom de la France et je ne rembourse pas parce que je suis un voyou et que je vous emmerde !)

***

_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:26 (2016)    Sujet du message: Une Affaire d'État

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> L'actualité -> L'actualité Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com