Index du Forum


Le Forum garanti sans casse-pieds, avec de vrais morceaux d'intelligence dedans...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ingrid Betancourt

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Le PG Express -> La politique extérieure et l'état du monde...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrice Guyot
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 13 Oct 2007
Messages: 8 096
Localisation: Paris - Saïgon

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 01:36 (2009)    Sujet du message: Ingrid Betancourt Répondre en citant

Il y a un an, la libération d'Ingrid Betancourt, après six années passées aux mains des Farc dans la jungle colombienne, entraînait une déferlante médiatique inouïe. De directs en unes de journaux, de cérémonies du 14 juillet en conférence de presse, l'icône Betancourt était partout.Aujourd'hui, qu'en reste-t-il ? Les révélations successives de ses anciens compagnons de captivité ont écorné l'image de sainte de la franco-colombienne. En quelques mois, d'omniprésente, elle est devenue invisible.





Aux dernières nouvelles, Ingrid Betancourt vivait à Paris. Mais cela fait plusieurs mois qu'elle n'est pas apparue en public. Le journal Marianne, qui a consacré début mars une longue enquête à la personnalité contrastée de l'ancienne otage des farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), émettait l'hypothèse qu'elle se soit retirée aux Seychelles.
Une quasi-disparition qui tranche avec l'ultra-médiatisation d'il y a tout juste un an. A sa libération le 2 juillet dernier, la franco-colombienne était canonisée par la presse, conditionnée par six années de manifestations diverses visant à demander sa libération. Mais aujourd'hui, les lâchers de ballons sont bien loin.Rien ne laissait pourtant présager cette discrétion. Quelques jours après sa libération, elle recevait la légion d'honneur à l'Elysée. En septembre, elle faisait un discours à l'ONU, recevait des prix, rencontrait le pape.



Mais dès le mois de novembre, changement de cap. Tandis qu'elle annonçait, devant de nombreux membres des comités Ingrid Betancourt, son projet de fondation pour "la défense des droits de l'homme et l'écologie", elle a tenu à instaurer une distance claire avec eux. Elle a en effet insisté sur le fait que sa fondation, en aucun cas, n'était la "continuation des comités". Le mot d'ordre est donné : le nom "Ingrid Betancourt" et son portrait doivent disparaître des sites et logo des comités. Un coup dur pour ces bénévoles engagés depuis des années. Même s'ils se sont toujours consacrés à la libération de tous les otages "politiques" des farc, et pas seulement celle d'Ingrid, les comités se sont ralliés à l'image d'Ingrid Betancourt comme symbole de leur lutte. "Je suis partagé", confiait alors le responsable du comité de soutien polynésien Ludovic Bardoux à l'AFP. "Il y a des projets dont elle a parlés auxquels j'adhère des deux mains. Mais elle a passé une heure à nous expliquer qu'il ne fallait pas utiliser son nom. On avait presque l'impression qu'elle n'était venue que pour ça". Les comités ont donc été rebaptisés "Comités Libertad", il en existe toujours une quarantaine.
Visiblement, Betancourt avait besoin de couper les ponts avec l'image de l'ex-otage. Au mois de décembre, elle a précisé les contours de sa future fondation. Ses objectifs semblaient alors assez vastes : "les respect des droits humains", "la libération des personnes retenues en otages à cause de conflits ou d'actions terroristes", "le développement de l'instruction", "la protection de la biodiversité et la sauvegarde des resssources naturelles de la Terre" le tout avec une attention particulière de la Colombie. Elle avait alors prévenu qu'elle se retirait pour écrire un livre sur sa captivité.
redescendue de son piédestal

Mais depuis, plusieurs témoignages ont redescendu l'ex-otage de son piédestal.

Au mois de février, trois Américains, anciens compagnons de captivité de la franco-colombienne, publient un livre intitulé Hors de captivité, survivre 1967 jours dans la jungle colombienne (Harper-Collins). Le livre est sans concession pour l'ex-otage, décrite comme égoïste, autoritaire, manipulatrice et arrogante. Selon leur description, Betancourt volait de la nourriture à ses compagnons d'infortune, gardait pour elle les quelques livres et vêtements qu'ils possédaient, ainsi que les informations qu'elle obtenait via son transistor. "Elle se prenait pour une princesse qui pensait que les Farc allaient lui construire un château pour elle seule, quelle arrogance", explique l'un des Américains, employé d'une société travaillant pour le Pentagone. Elle aurait même mis leur vie en danger dès leur arrivée au camp. : elle aurait alors affirmé aux Farc que les Américains étaient des agents de la CIA, afin que son espace de captivité ne soit pas réduit. Tous les trois ne sont cependant pas aussi critiques : "Elle ne s’est jamais plainte. C’est une dure. Elle donnait du fil à retordre à nos geôliers", déclare l'un d'entre eux, Marc Gonzalves, qui se serait rapproché de la jeune femme, suscitant, peut-être, des jalousies.
La deuxième salve est venue de son acienne directrice de campagne, enlevée en même temps qu'elle en 2002, Clara Rojas. Celle-ci avait été libérée le 10 janvier 2008, et était alors sans nouvelle d'Ingrid Betancourt depuis trois ans. A sa libération, elle avait retrouvé son fils, qu'elle avait eu en captivité.

Début avril, dans un entretien au quotidien El Tiempo de Bogota, Rojas avait commencé par critiquer l'attitude de la famille Betancourt, qui aurait retenu des preuves de vie la concernant "par jalousie excessive", afin qu'Ingrid conserve le "rôle principal". "Dans cet isolement, cela a été plus dur de découvrir que je ne pouvais pas compter sur eux. Ils me maintenaient dans l'oubli. Ils ne faisaient jamais allusion à moi dans leurs déclarations publiques", déplore-t-elle alors. Ses critiques se font plus précises dans un livre publié peu après, intitulé Captive (Plon).

Elle y explique qu'après deux tentatives d'évasion ratées, les deux femmes se sont petit à petit éloignées. "Une mise à distance progressive et mutuelle liée aux circonstances", écrit-elle. Elle se dit aussi gênée par l'attitude de Betancourt. "Je l'avais connue forte, battante, et j'étais déconcertée de la voir s'écrouler au point, je crois, d'avoir perdu toute envie de vivre. (...) Elle qui avait représenté un tel modèle pour moi incarnait maintenant la mort. Elle était devenue totalement apathique et amère." Les deux femmes finissent par ne plus se parler, au point que les guérilleros les prient de se réconcilier, pour la cohésion du groupe. Fin 2004, elles sont séparées dans deux groupes d'otages différents.

Sophie Gindensperger - @si - le 29/06/2009


Je suis très surpris qu'aucun d'entre vous n'ai jamais lu de récits de captivité extrême... Parce que c'est quand même de cela que nous devisons, bien à l'abri derrière les écrans plats de nos ordinateurs ! 6 ans dans une jungle épouvantable, pleine de serpents, insectes et autres bestioles aussi merdiques que dangereuses, aux mains d'abrutis en manque de sexe et qui n'ont aucune raison de se priver...

Les fers aux pieds, des déménagements incessants et épuisants,

Il est très possible qu'elle ait piqué ici ou là la gamelle d'un voisin (qui sans doute avait piqué la sienne la veille)

On dit qu'il n'est pas facile de survivre dans des conditions aussi terribles (mais c'est sans doute une fable : les costauds font ça les doigts dans le nez, et puis 6 ans ce n'est rien...)

On dit aussi qu'on peut ne jamais s'en remettre, mais c'est probablement une autre fable !

Ingrid ! Une chanson !

***


_________________
Le Courrier du Vietnam ... Le Vietnam d’hier...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 30 Juin - 01:36 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Le PG Express -> La politique extérieure et l'état du monde... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com